Vous êtes ici : Articles & interviews | La Provence est-elle une carte du ciel dessinée par les druides ? article de Jean-Claude Noubel

La Provence est-elle une carte du ciel dessinée par les druides ?

Jean-Claude NOUBEL
article de Jean-Claude Noubel
(<i>Le Provençal</i>, 1967)
© France-Spiritualités™



      Oubliant pour quelques heures le visualisme et sa déontologie, les participants du 17ème rendez-vous graphique international de Lurs se sont passionnés lundi soir lors des révélations de M. Bourlonge sur le destin astral de la Provence.
      Ingénieur d'aéronautique en retraite, pour la première fois, M. Bourlonge parlait en public et révélait les résultats de 10 ans de recherche, résultats qui laisseront perplexes nos lecteurs, dont les quelques extraits de cette conférence que nous allons publier ne pourront qu'exciter la curiosité.
      La Provence, mais aussi toute la France, le Nord de l'Espagne et de l'Italie ne seraient qu'une carte du ciel réalisée par les mages de Provence, ces druides qui guidaient le peuple gaulois.
      Ingénieur au centre d'essais en vol d'Istres, M. Bourlonge passionné d'archéologie, de vieilles pierres et de civilisations anciennes, s'est penché ol y a de nombreuses années sur le passé d'Istres, dont les origines sont inconnues.

Istres et sa grotte


      Au cours d'une promenade, par pur hasard, il découvrit sous une bastide une chapelle souterraine datant du XIème siècle mais pouvant être antérieure.
      Non loin de là, il devait découvrir une grotte spectaculaire de forme originale à plusieurs étages, dont la grande salle circulaire est ornée de colonnes rustiques. Pratiquement inconnue, cette grotte remonterait au temps des druides ; pour M. Bourlonge, les druides, que l'on appelait mages en Provence, ont appris aux hommes à cultiver la terre, à vaincre le forêt et comme il fallait installer les habitants au milieu des récoltes, ce sont ces personnages vénérés qui les ont incités à quitter leurs grottes pour s'installer dans les plaines.
      Recherchant dans les légendes locales, M. Bourlonge, actuellement retiré dans le région de Pertuis, a été attiré par la fête de l'Épiphanie, tradition aujourd'hui perdue qui était une célébration de la belle étoile (cône enflammé posé sur un charlot tiré par 7 bœufs et qui parcourait les rues de le ville).
      Par pur hasard toujours, M. Bourlonge, en se promenant entre la tour d'Aigues et le Lubéron, fit une découverte qui le laissa perplexe. Il découvrit plusieurs lieux-dits, hameaux, anciennes églises, près du hameau de la grande Etoile dans la vallée d'Aigues, et lorsqu'il joignit ces lieux il eut le dessin d'une étoile à 6 branches. Poussant plus loin ses investigations, il découvrit que dans la direction Nord-Sud et dans le même alignement se trouvaient Simiane-la-Rotonde et le village de l'Étoile en Dauphiné ; pour M. Bourlonge, la fameuse Rotonde de Simiane ne serait qu'un observatoire druidique qui se situait sur la ligne géodésique des étoiles.
      Autre constatation : dans le même alignement figurait le village de Simiane, près de et de Venelle.

La Provence et la Grande Ourse


      Remarquant au Sud et au Nord de la Provence des villages portant le même nom &151; qu'il s'agisse de Valbelle, de Bourres, du Brusc et de Vallaury —, il joignit ces quatre villages et s'aperçut qu'il avait sur le carte le grand et petit chariots de la carte céleste.

      Ces deux quadrilatères avaient des prolongements : le plus grand sur Cabasse, le Muy et le Pic de l'Ours, le plus petit se terminait à la Sainte-Baume.

      Ces quadrilatères avec leur queue n'étaient que la petite et la grande ourses.

      Tous les villages faisant partie de cette constellation « provençale » ont des légendes curieuses, qu'il s'agisse de le région désertique de la Sainte-Baume, de Cabasse, du Muy, dont les grottes dans le massif de Roquebrune et Notre-Dame de la Roquette ont toujours intrigué les savants. Coïncidence ou faits curieux, dans la grande ourse une étoile s'appelle l'Epreuve ; elle permet, si on l'aperçoit à l'œil nu, de juger si un homme a une bonne ou une mauvaise vue ; or, sur la carte de la Provence, dans le quadrilatère du grand Chariot, iI existe à l'emplacement d'une constellation un hameau baptisé l'Épreuve. Poussant plus loin ses recherches, M. Bourlonge, dont les révélations lundi soir ont laissé ses auditeurs muets d'étonnement, s'est aperçu que plusieurs constellations figuraient sur la carte de la Provence mais qu'elles débordaient du cadre régional ; c'est ainsi que l'Étoile de la Tour d'Aigues est sur l'alignement du village de la Belle Étoile dans le Limousin, alignement qui aboutit à quelques mètres près sur Moustiers-Sainte-Marie. De Moustiers-Sainte-Marie, un autre alignement passe par des villages appelés Estelle dans les Pyrénées, passe par Montségur (dernier refuge cathare dans l'Ariège), pour aboutir à Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne.
      Cet alignement prolongé à l'Est rejoint un lieu-dit en Italie qui s'appelle Estrella. Ces alignements ne peuvent que nous laisser perplexes, d'autant plus qu'au départ de Moustiers il y a un autre alignement qui tombe sur Carnac et ses fameux menhirs.
      Toutes ces constatations ont un rapport avec le lever du soleil le 21 juin, jour de l'équinoxe. M. Bourlonge, après 10 ans d'études secrètes a peur que des curieux ou des touristes peu scrupuleux viennent dégrader les lieux-dits qu'il a découverts ; il travaille surtout sur des cartes Michelin et des cartes d'État-Major, ce qui lui permet d'affirmer que les alignements qu'il a découverts sont justes à quelque 10 mètres près.
      Les Provençaux ne manqueront pas d'être étonnés par ces révélations qui méritent d'être rendues publiques, et nous ne pouvons qu'encourager M. Bourlonge dans ses passionnantes recherches.

Jean-Claude NOUBEL




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2020  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte