Vous êtes ici : Autres traditions & spiritualités | ALCHIMIE & SPAGYRIE | Dictionnaire de chimie et d'alchimie | Aludel / Alutel

Aludel / Alutel

© France-Spiritualités™




Dictionnaire M. Bescherelle

Substantif masculin Chimie
Chapiteau en terre, conique et sans fond, de manière qu'on puisse en emboîter plusieurs l'un dans l'autre.

Aludel : Chimie
Assemblage ou emboîtage de ces chapiteaux. L'aludel sert pour sublimer.
On ne fait maintenant usage des aludels qu'aux mines d'Almaden, en Espagne, et d'Idria, en Carniole, pour extraire le mercure de son minerai. (Legoar)  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume I (A-F) (1856), p. 144.



Dom Antoine-Joseph Pernéty

      Vase requis pour le grand œuvre. Geber le décrit ainsi dans la 4ème partie du livre I de sa Somme de la perfection. L'Aludel doit être fait d'un verre épais également partout ; toute autre matière ne vaut rien pour cet effet, à moins qu'elle ne soit d'une substance qui ait beaucoup d'affinité avec le verre, telle que celle des cailloux. Car le verre seul est propre par sa consistance et en substance inaltérable à retenir les esprits ténus et subtils des mixtes, qui s'évaporeraient par les pores des autres matières. Les métaux mêmes ne valent rien pour cela, parce que l'affinité qu'ils ont avec les esprits minéraux et métalliques en feraient une réunion, au lieu de les laisser sublimer.

      Mais Geber, comme les autres Philosophes, n'entend pas toujours le vase de verre, par le terme Aludel ; souvent, et le plus communément, ils désignent sous ce nom le vase philosophique, qu'il ne faut pas confondre avec le vase dans lequel on renferme la matière. C'est pourquoi quand ils disent de sceller hermétiquement l'Aludel, cela veut dire, qu'il faut fixer le mercure des Sages. Voyez Vase.

      Les Chymistes vulgaires ont interprété Aludel par fourneau, cucurbite ; lorsque les Adeptes en parlent en semblant indiquer un fourneau, il faut l'entendre de leur fourneau secret, qui quelquefois se prend pour la matière de laquelle ils extraient leur mercure ; d'autres fois, de leur soufre animé, vif, ou pierre ignée, qui entretient et conserve le feu interne et agissant de l'œuvre. Aludel se prend encore pour le mercure même animé.  Dom Antoine-Joseph Pernety, Dictionnaire mytho-hermétique, Edition de 1758 - Français modernisé par France-Spiritualités.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2021  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte ALCHIMIE & SPAGYRIE MARTINISME, MARTINEZISME & MYSTICISME OCCULTISME & MAGIE MAGNETISME, RADIESTHESIE & ONDES DE FORMES THEOSOPHIE ASTROLOGIE & ASTRONOMIE ROSE-CROIX & ROSICRUCIANISME SPIRITISME & TRANSCOMMUNICATION PRIÈRE & TEXTES INSPIRANTS