Vous êtes ici : Autres traditions & spiritualités | MARTINISME, MARTINEZISME & MYSTICISME | Livres, Textes & Documents | Le Nouvel Homme | Partie 10

Le Nouvel Homme

Louis-Claude Saint-Martin
© France-Spiritualités™






Colombe


28.

      Pourquoi craindrais-je de revenir trop souvent à la charge pour avertir ce nouvel homme des lois qu'il doit suivre, s'il veut arriver à son terme, et des joies et des consolations qui l'attendent dès le moment qu'il sera sous la main du Seigneur ? N'est-ce pas par des coups réitérés que le manœuvre parvient à briser le rocher, et à en détacher la pierre qui doit entrer dans l'édifice ? N'est-ce pas par un travail soutenu qu'il parvient à lui donner la forme et le poli qu'elle doit avoir avant d'être mise place ?

      Souviens-toi donc, nouvel homme, à quel prix tu devras te maintenir dans le poste que le Seigneur t'aura donné. Moïse disait aux Hébreux : "Si votre frère, fils de votre mère, ou votre fils, ou votre femme qui vous est chère, ou votre ami que vous aimez comme votre âme, vous veut persuader, et vous vient dire en secret : allons et servons les dieux étrangers qui nous sont inconnus, comme ils l'ont été à vos pères, les dieux de toutes les nations, dont nous sommes environnés, soit de près ou de loin, depuis un bout de la terre jusqu'à l'autre, ne vous rendez point à ses persuasions, et ne l'écoutez point, et ne soyez touché d'aucune compassion sur son sujet, ne l'épargnez point, et ne tenez point secret ce qu'il aura dit ; mais tuez-le aussitôt. Que votre main lui donne le premier coup, et que tout le peuple le frappe ensuite."

      Nouvel homme, c'est dans toi-même que se peuvent trouver tous ces parents infidèles, auxquels il t'est défendu de pardonner. N'en ménage aucun. Quand ce serait le plus cher d'entre eux qui tâcherait de s'insinuer dans ton esprit, et de t'attirer à un culte trompeur pour quelqu'autre portion de toi-même que celle où la voix de ton Dieu s'est fait entendre, lorsqu'il a allumé lui-même sa lampe vivante dans le sanctuaire de ton propre temple, rejette-le loin de ta fureur. Plus tu exerceras de sévérité envers ces parents séducteurs, plus tu assureras le règne et la gloire de ton maître, parce que plus tu conserveras par là l'unité, la simplicité et la sainteté de ce fils chéri qui doit le représenter sur la terre.

      Accoutume-toi aussi d'avance à embrasser par un grand coup d'œil le cercle que tu dois parcourir, et qui, non seulement comprend l'éternité, et le temps, avec toutes les causes de tout genre qui le font mouvoir mais encore toutes les lois que cette sagesse éternelle a envoyées à l'homme dès l'instant de sa chute, qu'elle déroule successivement devant lui, à mesure que tourne la roue des siècles, et dans lesquelles il peut toujours reconnaître le même esprit, le même amour, la même justice, la même bienfaisance, soit qu'il observe ces lois dans leur premier âge, soit qu'il les observe dans leurs divers états de développement ; car c'est l'unité qui les a dictées, c'est aussi l'unité qui les dirige, qui les fait croître, et qui leur fait manifester leur lumière, lorsque le temps en est arrivé.

      La seule différence, c'est que ces lois t'ont paru pénibles, et fatigantes tant que tu n'as été admis qu'à la première enceinte de ce sanctuaire, parce que cette enceinte est limitrophe des nations étrangères contre lesquelles il te fallait continuellement être en garde, au lieu que quand tu pénétreras dans les enceintes intérieures, ces lois te paraîtront douces, et calmes comme l'atmosphère de l'éternité, parce que ce seront elles qui agiront pour toi, et dans toi, et qui te feront goûter le repos.

      C'est là ce sabbat que le Réparateur dont tu es devenu l'image, et le frère, a apporté sur la terre et a désiré qu'il pénétrât dans le cœur de tous les hommes, parce qu'il était lui-même ce lieu de repos et qu'il savait combien son œuvre paraîtrait calme, et délicieuse, en comparaison de l'œuvre compliquée de tous les agents inférieurs ; car lorsqu'il dit que l'homme était maître du sabbat même, il n'entendait guère parler que de cette œuvre laborieuse, et pleine de tourments, qui avait occupé ci-devant la postérité humaine, et ce divin Réparateur venait l'abolir pour y substituer l'œuvre de la paix, et le sabbat de l'amour.

      Aussi, que nous dit la sagesse quand nous voulons contempler nos voies, et les sentiers pénibles de notre retour vers la lumière ? Elle nous dit dissipez vos ténèbres matérielles, et vous trouverez l'homme ; dissipez vos ténèbres spirituelles, et vous trouverez Dieu. Quand le chaos de la nature se débrouilla, l'homme parut comme étant l'organe de la vérité pour l'administration de l'univers. Quand le chaos spirituel où l'homme coupable s'était plongé fut dissipé, le Réparateur se montra comme étant la vie de l'esprit, et le suprême agent de notre délivrance et de notre régénération. C'est alors que la source du fleuve put dire aux eaux qui s'écoulaient : Vous êtes ma génération. C'est alors que se prononcèrent réellement ces passages prophétiques et figuratifs, répétés si souvent dans les écritures : Vous connaîtrez que je suis le Seigneur ; je serai votre Dieu, et vous serez mon peuple.

      Si nous n'avons donc pas dissipé nos ténèbres matérielles pour trouver l'homme, et nos ténèbres spirituelles pour trouver Dieu, comment pouvons-nous sentir en effet s'accomplir cette vérité en nous, comment pouvons-nous de nouveau sentir Dieu engendrer notre âme, comment pouvons-nous connaître ce sabbat qui ne se trouve que dans Dieu, comment pourrons-nous voir paraître en nous le nouvel homme, comment pouvons-vous voir s'élever en nous cet édifice, et ce temple impérissable où le feu sacré doit brûler éternellement, et où les victimes ne doivent pas cesser d'être immolées pour la manifestation de la gloire et de la puissance du Dieu qui ne peut être connu et honoré que par l'organe de ceux qui sont saints ?

      Cependant ne nous abusons point. Nous n'arrivons ici-bas à cet heureux terme que pour en jouir pour quelques moments passagers, et par intervalle, vu la privation à laquelle nous sommes condamnés ; et nous ne pouvons entendre d'une manière constante, et non interrompue la parole continue qui crée toujours. Mais n'est-elle pas assez grande cette vérité que nous pouvons apprendre dès ce monde, savoir: que le cœur de l'homme est la région que la Divinité a choisie pour son lieu de repos, et qu'elle ne demande qu'à venir l'habiter ? N'est-ce pas une assez grande vérité pour nous que de savoir que Dieu n'a choisi un semblable lieu de repos que parce que le cœur de l'homme est amour, tendresse, et charité, et que, par conséquent, ce secret nous découvre la véritable nature de notre Dieu qui est d'être éternellement amour, tendresse et charité, sans quoi il ne chercherait pas à habiter chez nous, s'il n'y devait pas trouver ces indispensables rapports ?

      Ame de l'homme, songe donc à te soigner, et à te nettoyer avec vigilance, puisque tu es destinée à recevoir un pareil hôte ; songe que tu dois être le miroir de l'éternel, oui, le miroir, et le reflet actif de son amour. Quoique tu ne passes, pour ainsi dire, qu'un jour sur la terre, tu y demeures assez longtemps pour observer, et pour connaître non seulement que tel est le terme de ton existence, mais encore quelle est la voie qui t'est tracée pour te maintenir dans le poste quel qu'il soit, qu'il plaît à la sagesse suprême de te confier pendant ce séjour passager.

      Nous voyons que chaque jour le Soleil parcourt un arc de son grand cercle ; nous voyons que chaque jour cet arc est le seul qu'il parcourt pour nous, et nous voyons qu'il en suit tous les points avec une régularité parfaite. Prenons là l'exemple et la leçon que nous devons suivre. Regardons-nous tous comme des astres qui ont chacun un arc à parcourir dans la grand sphère de l'œuvre de notre Dieu. Depuis le pôle jusqu'à la ligne, quelle que soit notre latitude, parcourons notre arc avec fidélité, et sans laisser échapper le moindre murmure, sans le moindre mouvement de jalousie, ni de désir d'avoir à paraître sur un climat plus fortuné que celui auquel nous sommes attachés. Parcourons notre arc comme fait continuellement le Soleil, sans examiner si nous brillons sur l'Arabie heureuse, ou sur les sables de l'Afrique, et sur les déserts de la Tartarie ; parcourons notre arc, comme lui, en purifiant les régions qui se trouvent sous nos pas, et en ne laissant jamais ternir notre éclat par les souillures et les influences infectes qui s'élèvent de ces régions.

      N'ambitionnons pas d'embrasser dans notre cours un champ plus vaste que celui qui nous est prescrit ; si un seul homme avait suffi pour veiller aux besoins de toutes les régions de1'univers, l'éternelle sagesse n'aurait pas créé ce nombre incalculable d'individus qui composent la famille humaine.

      Soleil divin, toi dans qui tous les esprits et toutes les âmes ont puisé leur existence, toi qui domines sur le centre de notre monde spirituel, comme le Soleil élémentaire domine sur le centre de notre globe, à toi seul appartient le pouvoir d'éclairer à la fois, comme lui, tous les points de notre atmosphère, et de balancer le poids des ténèbres par l'abondance et la vivacité du jour que tu répands sur toutes les parties de la région divine que nous habitons ; à toi seul appartient le pouvoir de nous communiquer même cette portion de lumière que tu charges notre âme de verser ensuite sur les divers climats spirituels où tu nous attaches.


29.

      Nous ne sommes encore parvenus dans cet écrit que jusqu'au second âge du nouvel homme, et nous n'avons point encore ouvert l'entrée du règne divin, parce que le nouvel homme est encore dans sa croissance, et n'a point atteint l'âge de sa virilité ; pendant qu'il croit, faisons ici sur le règne prophétique une observation essentielle : c'est que les esprits de Python n'ont point agi sur les patriarches et sur les prophètes, comme ils l'ont fait dans tous les temps sur le genre humain. Abraham, Jacob, Noé, Moise, David, Ezéchiel, Jérémie, Daniel, ont suivi la voie naturelle dans mille circonstances de leur vie, où la lumière supérieure se reposait pour eux. On leur montrait les événements prophétiques les plus éloignés, on leur montrait souvent même en songe, et puis on les livrait à la loi du temps, et aux ténèbres naturelles qui enveloppent toute la famille humaine.

      Quant à ceux qui furent dépositaires de la loi sacerdotale, ils avaient le droit de consulter le Seigneur, et d'appliquer l'Ephod, et le Seigneur seul leur répondait. Mais ces privilèges s'étant affaiblis par les iniquités des prêtres et le règne prophétique n'ayant eu qu'un temps, les nations de la terre se sont laissé engloutir à la fois et dans les ténèbres, et dans les abominations pythoniques. Ne doutons pas même qu'à la fin des temps ces abominations ne deviennent comme universelles, et que les nations ne descendent presque toutes sous la direction d'esprits particuliers et inférieurs, qui n'étant point liés à la grande source de la lumière, égareront les hommes chacun de leur côté. Il naîtra une multitude de sciences, de sectes, de prodiges, et de faits merveilleux qui se combattront les uns et les autres. C'est là le sens de l'Évangile : On verra s'élever peuple contre peuple, royaume contre royaume.

      Car toutes ces routes seront autant de divergences et de subdivisions ; mais la masse corrompue de ces sciences verra toutes ces parcelles se séparer, et se dissoudre à mesure qu'elles s'élèveront ; et c'est cet état de fermentation réciproque, et de division universelle entre ces fausses sciences, et entre ces faux savants qui les fera disparaître et les dissipera, pour ne laisser régner que la vérité qui sauvera les restes du monde.

      On peut, à certains de ces signes, reconnaître que ces temps sont déjà ouverts sur la terre, par la multitude de visions, d'inspirations, d'associations spirituelles qui s'élèvent de toutes parts, et qui, se dévorant les unes et les autres, se précipitent mutuellement vers la destruction. On peut le reconnaître aussi à ce que la plupart de ces prodiges éloignent d'autant plus l'esprit de l'homme, de la seule route simple et intérieure qui puisse le sauver. Aussi nous est-il dit dans l'Evangile que malgré toutes ces merveilles prédites pour la fin des temps, il n'y aura cependant point de foi sur la terre.

      Seigneur, l'iniquité des hommes serait trop grande pour ne pas lasser ta patience, et pour ne pas enflammer ta justice ; sûrement, il y a des hommes de paix, et des élus déjà parvenus à ta demeure sainte, qui par leurs vertus et leur encens te consolent des abominations accumulées des autres hommes ; c'est par leurs prières qu'ils te consolent, et retiennent ton bras, en attendant que les mesures étant comblées, tu fasses éclater ta fureur, qui ne pourra manquer de se développer, lorsqu'il n'y aura plus de foi sur la terre, puisque lorsque tu ne trouveras plus d'asile dans le coeur de l'homme, tu briseras l'homme dans ta sagesse et dans ta justice, comme un vieil édifice qui n'est ni sain, ni sûr, et où tu ne pourrais plus habiter.

      Mortels, ensevelis dans le sommeil, relevez-vous, et voyez combien cette fureur sera terrible puisqu'elle doit balancer, et emporter le poids des iniquités qui se seront accumulées pendant toute la durée des siècles, et apprenez d'avance que c'est vous qui déterminez vous-mêmes la mesure des fléaux et des vengeances que vous devez faire un jour tomber sur vous ; apprenez, dis-je, à ne plus blasphémer votre Dieu, parce que si vous devez vous attendre à trouver en lui une justice, et une puissance supérieures à toutes vos abominations, pourquoi ne croiriez-vous pas également y rencontrer une douceur, et des bienfaits supérieurs à vos vertus, et à vos mouvements les plus purs, et les plus animés du feu de l'esprit ? Si vous déterminiez vous-mêmes la mesure de vos maux et de vos tourments, vos avez également le droit de déterminer vous-mêmes la mesure de vos joies et de vos récompenses, et ne doutez pas que le coeur de votre Dieu n'aimât mieux mille fois vous récompenser que de vous punir.

      Mais vous avez préféré vous livrer à des routes illusoires et séductrices, vous avez préféré les images de la vérité, à la vérité elle-même ; bien plus, vous n'avez pas pris le soin d'examiner de quelle main vous venaient ces images, et sur le brillant de leurs couleurs, vous avez cru devoir en orner vos habitations, vous avez cru devoir vous en décorer vous-mêmes, sans songer que vous vous engagiez par là à observer les lois, les ordonnances et les volontés de celui qui vous envoyait ces décorations.

      Voilà comment les iniquités se sont glissées sur la terre, voilà comment se combleront les mesures de l'abomination, parce que chaque souverain ou plutôt chaque usurpateur ne manquera pas de répandre abondamment ces trompeuses, mais attrayantes décorations pour augmenter son règne, et s'attirer la foi, et les hommages de ceux qu'il aura subjugués par de semblables prestiges.

      C'est par ces voies fausses et erronées qu'il amène les hommes à n'avoir de facultés que pour des connaissances de l'ordre inférieur, qui ne sont elles-mêmes que des apparences mortes et mensongères ; c'est par là qu'il fait que ces sortes de lumières troubles et incertaines deviennent les seuls éléments de l'homme, et la seule mesure de son esprit. Aussi, quel effet peuvent opérer alors sur les hommes, les tableaux vifs et les allégories spirituelles envoyées par la vérité ? Cet effet est nul ou faux à leurs yeux, ils rapportent le tout à des sciences inférieures, ou à l'invention de l'historien ou bien ils n'y voient rien.

      Or, pourquoi ces figures prophétiques si éloquentes, et ces formes si pittoresques que l'esprit prend sans cesse, ont-elles si peu d'empire sur l'esprit des hommes, si ce n'est parce qu'ils ont entièrement perdu de vue les modèles et les grandes vérités et qu'ils se sont ensevelis dans les images qui ne demandaient pour leur part aucun effort de leur intelligence, ni de leurs autres facultés morales et divines ?

      Le nouvel homme a déjà vu briller trop clairement en lui sa propre lumière de son essence pour ne pas échapper à de pareils pièges. Il dira avec David (Ps. 15:7, etc.) : "Je bénirai le Seigneur de m'avoir donné l'intelligence et de ce que, jusque dans la nuit même, mes reins m'ont repris et instruit. Je regardais le Seigneur, et l'avais toujours devant mes yeux, parce qu'il est à mon côté droit pour empêcher que je ne sois ébranlé. C'est pour cela que mon coeur s'est réjoui, et que ma langue a chanté des cantiques de joie, et que de plus, ma chair même se reposera dans l'espérance, parce que vous ne laisserez point mon âme dans l'enfer, et ne souffrirez point que votre saint soit sujet à la corruption. Vous m'avez donné la connaissance des voies de la vie, vous me comblerez de joie en me montrant votre visage des délices ineffaçables sont éternellement à votre droite."

      En effet, le nouvel homme est celui qui gardera soigneusement en lui la parole du Seigneur, de peur qu'il ne la transporte ailleurs. Il travaillera jour et nuit pour conserver dans son coeur la chaleur de l'esprit, et pour en conserver la lumière dans les trésors de son intelligence. Il regardera le corps de l'homme comme un vase d'un puissant métal, qui soutient l'action du feu sans se briser, et sans se fondre. Il se dira : avant que j'eusse reçu sensiblement pour moi cette naissance spirituelle qui m'éclaire si puissamment sur ma vraie nature, le Seigneur me comblait cependant de ses biens. Comment m'abandonnera-t-il après m'avoir donné l'existence ? Il m'a enseigné à distinguer la joie que nous goûtons en lui; comment ne viendrons-nous pas tout entiers pour la posséder ? Comment nous contenterions-nous de la joie qui ne serait attachée qu'aux images, quand nous pouvons goûter la joie attachée aux réalités, et surtout quand les images nous sont offertes comme au milieu d'un abîme, et au sein des plus profondes ténèbres ?

      Quelle grâce ne nous faut-il pas d'en-haut, et quels efforts ne nous faut-il pas faire pour nous tenir fermes sur les bords du précipice où nous marchons !

      Le nouvel homme ne connaît le besoin de ces secours indispensables, et c'est parce qu'il les a reçus, qu'il se remplit d'indulgence et de pitié pour ses malheureux concitoyens qui sont encore dans l'attente. Il sait que nous ne connaissons Dieu ici-bas que par les objets sensibles ; qu'à notre mort nous commençons à le connaître par les centres spirituels, mais que ce n'est qu'à notre entière réintégration que nous le connaîtrons par lui-même. Il voit que c'est une attente qui décourage les mortels, et qui les mène dans le désert par les sentiers de l'impatience. Il frissonne de douleur de savoir que la voie du retour n'est pas, à beaucoup près, si large que la font les hommes, avec toutes leurs doctrines qui semblent n'être que des recettes empiriques et de charlatans.

      Alors il dit au Seigneur : Ne laissez pas les hommes dans des voies qui nuisent à votre oeuvre même, que j'ai si grand désir de voir s'accomplir. Venez au secours de leur faiblesse, puisque vous seul pouvez les préserver de la mort, et leur donner les forces et tous les appuis qui leur manquent. Puis se tournant vers l'ennemi, il lui dit : Faut-il que le sang de mon esprit coule pour assouvir ta soif et te faire lâcher ta proie ? Le voici : laisse aller mes frères en liberté. Ce n'est pas seulement en mon nom que je te parle, c'est au nom de celui qui vient de me rendre à la vie; mais si tu ne veux pas croire en mon nom, ni au nom de celui qui m'a envoyé, crois au moins à l'oeuvre qu'il a faite dans mon être et dont tu ne peux nier la réalité puisqu'elle t'est prouvée par mon existence que ton oeil ne peut méconnaître et que tu ne peux t'empêcher de sentir.


30.

      Un des plus merveilleux prodiges que l'homme puisse apercevoir, c'est celui qu'il sent se passer en lui-même, lorsqu'il fait quelque pas dans la carrière de sa régénération. Ce qu'il éprouve est comme si toutes les grâces qu'il a reçues se rassemblaient en une forte union, pour combattre et les obstacles que ses anciennes souillures ont pu élever en lui, et tous ceux que l'ennemi a élevés lui-même, et élève tous les jours sur ces bases qui sont ses propres oeuvres, et les fondements de son temple d'iniquité. L'homme sent que non seulement on le bénit dans toutes ses substances, mais encore que toutes ses substances deviennent bénissantes à leur tour, et qu'il peut par le secours de ces grâces divines qui descendent en lui, devenir un baume bienfaisant, et répandre partout la plus agréable odeur.

      Aussi, son désir et son zèle s'accroissent à ces douces expériences ; sa prière se transforme, pour ainsi dire en une sainte fureur, et il veut prendre le ciel par violence. Dieu de ma vie, viens donc vivre dans ma vie, afin que je puisse approcher la mort sans mourir, mais au contraire afin que je puisse à mon tour faire revivre la mort, comme tu m'as fait revivre moi-même lorsque j'étais mort.

      Hélas ! Les hommes ne se touchent que par la mort au lieu de, se toucher par la vie ! Quels étaient les desseins de la justice, lorsqu'après leur crime elle les a précipités dans l'abîme terrestre où nous vivons, et qu'elle les a placés les uns auprès des autres ? C'était pour qu'ils se servissent mutuellement de témoignages de leur égarement, et de signes de leur misère. C'était pour qu'ils eussent continuellement devant les yeux le triste tableau de l'horreur où le péché les avait réduits. C'était pour que chacun d'eux voyant son frère dans les ténèbres, dans l'inquiétude, dans les tribulations, dans les souffrances et dans les puissances de la mort physique et morale, il s'attendrît, il rit un retour sur lui-même, et qu'en reconnaissant humblement les droits de la justice qu'il verrait exercer avec tant de constance et de sévérité, il tâchât, par ses larmes et sa pénitence, d'en calmer le courroux et d'en tempérer la rigueur.

      Par ce moyen, les hommes, après s'être servis réciproquement de témoignages de leur égarement, et de signes de leur état d'expiation, auraient pu se servir ensuite les uns aux autres, de signes d'amendement, de résignation, d'encouragement à la prière pour fléchir la colère divine, et sans doute ils seraient arrivés bientôt après, à se servir mutuellement de signes de grâces célestes, de pardons, de consolations, et de jouissances qui eussent changé pour eux le règne de la mort, et les eussent placés, en quelque sorte, dans le royaume de la vie, avant même qu'ils eussent quitté cette région terrestre et mixte, à laquelle l'unité paraît devoir être si étrangère. N'en doutons pas, telles étaient les vues de la sagesse sur la postérité de l'homme puisque cette sagesse ne cherche qu'à remplir toute la terre.

      Mais les hommes ne sont les uns pour les autres, ni des signes de consolation, ni des signes d'amendement, ils font même tous leurs efforts pour effacer d'entre eux ces témoignages de leur égarement, et ces signes de leur misère qu'ils devaient s'offrir réciproquement, et il ne sont devenus les uns pour les autres, que des réalités actives d'imprudence, d'orgueil impie, d'iniquité, et de corruption pestilentielle.

      Nous voyons bien, à la vérité, dans la nature, le même air, la même source de vie se communiquer à toutes les plantes, et cependant les unes nous le rendent rempli de baumes et de parfums, tandis que d'autres ne le rendent que corrompu et plein d'infection ; mais ce n'est point cette image pénible qui fait la véritable affliction du nouvel homme, c'est de voir que le malheureux homme offre à nos yeux le même tableau, et avec des couleurs cent fois plus choquantes et propres à jeter la désolation dans toutes les substances de l'esprit.

      La vie divine pénètre les âmes, comme l'air pénètre tous les corps. Elle pénètre les âmes pour qu'elles puissent germer et produire des fleurs sans nombre, et dignes de parer le jardin d'Eden. Mais ces mêmes âmes, au lieu de remplir l'atmosphère de la douce odeur des aromates bienfaisantes, ne répandent dans la région de l'homme que les poisons les plus pénétrants et les élus fétides.

      Pleurons de honte et d'humiliation de nous trouver si loin de notre patrie ; de nous trouver continuellement serrés et déchirés par le cilice de l'iniquité. Le sang ruisselle de tous nos pores, et de peur que la douleur ne soit pas assez vive, nous tournons le glaive mutuellement dans nos plaies, et nous nous servons tous de bourreaux les uns aux autres. Amis, amis, bornons-nous à nous servir réciproquement de sacrificateurs, et efforçons-nous chacun de faire sortir de l'âme de nos frères, des victimes pures, qui puissent être présentées sur l'autel des holocaustes.

      Voyez ce nouvel homme; il a laissé jusque dans lui, par 1'organe de ses prières, l'antidote puissant qui seul peut détruire ces animaux malfaisants dont le coeur de l'homme est le repaire. Il a raclé chaque jour, comme Job, la sanie de ses ulcères, avec le morceau, de pot de terre qui lui restait ; aussi, l'esprit du Seigneur est venu renouveler son sang et lui rendre la santé. Aussi, son âme deviendra un jour le trône du Seigneur. Du haut de ce siège superbe, il étonnera les nations dans sa gloire, il lancera la foudre contre ses ennemis, il tracera les lois de sa puissance aux peuples innombrables qui habiteront dans ses domaines ; il publiera des lois de grâce pour ceux qui voudront rentrer dans les voies de la vérité ; il distribuera des prix et des récompenses à ceux qui se seront dévoués au service de son maître, et qui n'auront respiré que pour la gloire de la maison du Seigneur.

      Veille donc sans cesse, ô homme de paix, ô homme de désir, pour que le trône soit ferme et inébranlable, puisque si ce trône n'est pas en état, tu peux par ta négligence, retarder l'oeuvre et la manifestation des merveilles et des grâces du Seigneur. Que serait-ce donc si ce trône n'était pas érigé au nom de la vérité ? Dieu vous dirait, comme dans Amos (5:20, etc.) : "Je hais vos fêtes et je les abhorre ; je ne puis souffrir nos assemblées ; en vain vous m'offrirez des holocaustes et des présents, je ne les recevrai point, et quand vous me sacrifierez les hosties les plus grasses pour vous acquitter de vos voeux, je ne daignerai pas les regarder. Otez-moi le bruit tumultueux de vos cantiques ; je n'écouterai point les airs que vous chantez sur la lyre ; mes jugements fondront sur vous comme une eau qui se déborde, et ma justice comme un torrent impétueux. Maison d'Israël, m'avez-vous offert des hosties et des sacrifices dans le désert, pendant quarante ans ? Vous y avez porté le tabernacle de Moloch, l'image de vos idoles, et l'étoile de votre Dieu qui n'étaient que des ouvrages de vos mains. C'est pour cela que je vous ferai transporter au-delà de Damas, dit le Seigneur qui a pour nom le Dieu des Armées."

      Le nouvel homme ne veut pas d'un Dieu qui soit ainsi l'ouvrage de ses mains ; voilà pourquoi il n'a d'autre soin, d'autre désir que de laisser agir sur lui la main du Seigneur. Il la sent pénétrer jusque dans l'intérieur de son être. Elle commence par réveiller en lui la sensibilité spirituelle par son approche ; elle lui communique une nourriture douce et vivifiante, qui flatte son goût et qui répand des parfums délicieux pour son odorat ; ce sont là les premiers sens spirituels qui prennent naissance dans l'homme, par la main de l'esprit.

      Cette main bienfaisante lui ouvre ensuite les yeux pour le rendre témoin des merveilles de sa sagesse et de sa puissance ; elle a soin de proportionner pour lui les tableaux à la jeunesse de sa vue, et à la faiblesse de ses organes ; mais, dès qu'il a une fois les yeux ouverts sur les richesses de la main divine qui lui communique tous ces trésors, il ne peut plus en détacher ses regards, et il parvient, par l'usage et le temps, à en discerner encore mieux la valeur et la richesse.

      Cette main divine lui ouvre alors le sens de l'ouie, pour le convaincre que tous les trésors ne sont pas muets et silencieux comme les trésors de la terre et son oreille est charmée par l'harmonie des concerts qu'elle entend, de même que par l'éloquence vive, lumineuse et persuasive de toutes les langues dont il, est environné.

      Enfin, cette main divine délie la langue même de ce nouvel homme, afin qu'il puisse prouver à ceux qui lui parlent, qu'il a le bonheur de les entendre, et qu'il n'a point laissé tomber leurs paroles. Dès lors, la vie entière de ce nouvel homme va être un accroissement continuel, et un développement de tous ses sens et de toutes ses facultés spirituelles, par lesquels il témoignera que l'esprit est venu en lui, et qu'il l'a rendu son organe ; il tâchera de persuader ses semblables que cette main l'esprit est exclusivement la seule qui puisse faire toutes ces diverses opérations dans son âme, comme nous voyons que la nature est la seule qui les opère dans les sens physiques de notre corps, et que nous ne pouvons que nuire à notre conformation à notre régularité, si nous gênons, en la moindre chose, cette opération de la main divine ; il leur apprendra aussi que le don de la parole est le dernier de nos sens spirituels que la main divine délie dans notre âme, comme nous voyons que la parole matérielle est le dernier développement que reçoivent les enfants.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2020  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte ALCHIMIE & SPAGYRIE MARTINISME, MARTINEZISME & MYSTICISME OCCULTISME & MAGIE MAGNETISME, RADIESTHESIE & ONDES DE FORMES THEOSOPHIE ASTROLOGIE & ASTRONOMIE ROSE-CROIX & ROSICRUCIANISME SPIRITISME & TRANSCOMMUNICATION PRIÈRE & TEXTES INSPIRANTS