Vous êtes ici : Autres traditions & spiritualités | MARTINISME, MARTINEZISME & MYSTICISME | Livres, Textes & Documents | Les enseignements secrets de Martinès de Pasqually | 17

Les enseignements secrets de Martinès de Pasqually

Franz Baader
© France-Spiritualités™






      Ce fut une vaste désorganisation. Plusieurs provinces refusèrent d'adopter les conclusions du convent. Les loges de Pologne et de Prusse pratiquèrent, les premières, le rite écossais rectifié de De Glayre, les secondes, les systèmes de Zinnendorf ou de Wölener [Note de l'auteur : O'Etzel, Histoire de la Grande Loge des Etats prussiens. Ces loges déclarèrent que les dispositions adoptées à l'assemblée de Wilhemsbad ne pouvaient leur être appliquées, et elles invitèrent toutes les loges d'Allemagne et de l'étranger, à la seule exception de la secte des Illuminés, à leur faire l'honneur d'engager ou continuer avec elles une correspondance maçonnique.]. Les loges de Hambourg et du Hanovre adoptèrent le système de Schröder et celles de la Haute-Allemagne se rangèrent dans le système éclectique établi par Ditfurth [Note de l'auteur : L'idée de ce système éclectique, qui ne reconnaissait que les trois premiers grades, mais qui autorisait la pratique de tous les autres, était due au frère Franz, baron de Ditfurth, de la loge Joseph de l'Aigle impérial, de Wetzlar. La circulaire du système éclectique fut adressée à toutes les loges par la loge provinciale de Francfort-sur-le-Mein et par celle de Wetzlar en 1783. Ces loges se défendirent d'avoir aucun rapport avec les Illuminés, parmi lesquels venait de se faire affilier le duc Ferdinand de Brünswick, Grand-Maître de la Stricte-Observance. Nous n'avons pas été peu surpris de lire dans M. Papus : « C'est Willermoz qui seul, après la Révolution, continua l'œuvre de son initiateur (lisez Martinès) en amalgamant le rite des Elus-Coëns avec l'illuminisme du baron da Hundt pour former le rite éclectique. » Phrase qui contient autant d'erreurs que de mots.] ou contractèrent des alliances avec les Illuminés de Weishaupt. La Russie se partagea entre les divers systèmes suédois, anglais ou de Mélesino. Le prince du Gagarin, qui y avait accepté la présidence de la. loge directoriale, se vit obligé d'autoriser l'emploi de l'ancien et du nouveau système de la Stricte-Observance, en laissant aux frères le soin de démêler lequel des deux était le meilleur.
      En résumé, le nouveau régime templier rectifié ne fut réellement adopté à l'étranger que par la province de Lombardie (1783-1784), par les deux directoires helvétiques (1783) [Note de l'auteur : Encore devons nous dire que l'adaptation n'eut aucun effet pour l'un de ces directoires, puisque l'helvétique roman venait d'être dissous.], par celui de Hesse-Cassel et par une loge de Danemark (1785) ; car nous avons lieu de croire que la loge centrale de Brünswick (Charles à la colonne couronnée), celle de Dresde, celle de Prague et celle de Bayreuth continuèrent à suivre l'ancien système.
      En France, les provinces d'Auvergne et de Bourgogne seules pratiquèrent le nouveau système. Des deux autres provinces, l'une, celle d'Occitanie n'existait plus ; quant à l'autre, celle de Septimanie, réduite aux huit membres de la loge de , qui, en 1781, avait passé un traité avec le Grand-Orient de France, il y a apparence dans les documents qui nous restent qu'elle ne pratiqua plus ni l'ancien ni le nouveau système. Même, en 1782, cinq de ses membres, les frères Vincendi, Pierrugues, Dessalles, Selignac et De Bonnefoy, qui, depuis 1780, étaient affiliés aux Philalèthes, étant entrés en pourparlers avec les Elus-Coëns d'Avignon et devenus désireux, par contre, de suspendre toute relation avec les directoires, donnèrent leur démission et s'entendirent avec le temple d'Avignon pour une affiliation qui eut lieu le 23 février de l'année suivante [Note de l'auteur : Archives de l'Ordre maçonnique de Misraïm. 1780-85. Ces archives ne possèdent malheureusement sur le Directoire de Septimanie aucun document autre que la déclaration du frère Pierrugues sur la situation de ce Directoire antérieurement à mai 1783. Les archives des Philalèthes ne mentionnent que les affiliations. Quant aux archives du Grand-Orient, elles n'ont rien conservé touchant ce Directoire qui ne soit relaté dans tous les auteurs ; encore ne possèdent-elles plus la collection de cahiers déposée en 1781.]. Un passage de la déclaration qui fut faite en cette circonstance par le frère Pierrugues nous fait connaître l'opinion des cinq membres démissionnaires sur le convent de Wilhemsbad et sur l'administration du Directoire d'Auvergne, opinion qui vient corroborer les anciennes protestations de la Loge provinciale de Lyon lors des traités de 1778. Voici en effet ce passage :
      « J'avais fait le détail des tracasseries multiples dont cette correspondance était la source. La majorité de notre cercle ne se considérant plus comme faisant partie d'un système rendu plus insupportable par les réticences de la dernière assemblée, nous devions souhaiter que chacun s'occupât de ses propres affaires sans vouloir imposer aux autres ses faiblesses et ses incertitudes. Nous n'enviions pas de connaître les membres dont Prothière et Willermoz faisaient une réception inconsidérée sans prendre souci de leurs opinions déréglées sur les sujets les plus dignes de respect, sous le vain prétexte du crédit que ces réceptions pouvaient leur donner. Je rappelais les dernières difïîcultés et l'engagement pris par les Directoires de maintenir la discipline dans leurs loges pour que le gouvernement politique n'ait jamais lieu de faire à leur occasion aucun reproche au Grand-Orient de France. Maître Dessalles ne voulait plus se charger des envois et personne ne voulait s'en charger après lui », etc., etc.
      Parvenus à l'année 1784, nous allons étudier les causes qui devaient amener, d'abord, l'affaiblissement des directoires templiers, et, ensuite, leur destruction. Ces causes sont au nombre de deux. Nous en avons déjà étudié une dans la lutte soutenue par les Philalèthes du Grand-Orient de France pour l'autonomie de la Maçonnerie nationale contre l'hégémonie de la loge directoriale de Brünswick, lutte qui, en raison du peu d'importance des directoires français, devait fatalement amener la fusion de ces directoires avec le Grand-Orient.
      A l'étranger ce fut tout différent, et, bien que la Grande Loge d'Allemagne se fût engagée par l'article IX de son traité avec la Grande Loge d'Angleterre à détruire la Stricte-Observance [Note de l'auteur : « ...Les deux Grandes-Loges contractantes s'engagent en particulier à faire tous les efforts imaginables pour écarter de la Maçonnerie toute division et principalement cette secte de maçons qui a pris le nom de Stricte-Observance, dont la doctrine et les principes sont complètement erronés, faux, en opposition avec ceux de l'ancienne et véritable Franc-Maçonnerie et qui ne peuvent subsister avec elle. »], la véritable cause de la chute des directoires templiers étrangers réside dans le discrédit que l'Ordre des Illuminés devait jeter sur ces territoires à la suite des scandales de 1784 et des enquêtes de 1785, ainsi que nous allons le voir.

      Depuis le convent de Wilhemsbad, l'Ordre des Illuminés avait fait de grands progrès. Tant dans les loges de la Stricte-Observance que dans celles des autres systèmes, il était parvenu à recruter près de deux mille membres. Mais, comme nous l'avons déjà exposé plus haut, l'illuminisme renfermait dans sa constitution même l'élément de sa perte. Weishaupt en travaillant à l'organiser avait pris pour base et pour modèle la constitution et les formes sociales de l'Ordre des Jésuites ; lui aussi avait adopté le principe que la fin justifie les moyens [Note de l'auteur : C'est vraisemblablement ce qui a fait interpréter par maint auteur les initiales S. I. : Societas Jesu.]. Cependant, cette constitution despotique était non seulement en opposition avec l'idéal que rêvait le fondateur mais encore, vu la position des membres de la société, matériellement impraticable. La surveillance mutuelle et la communication aux Supérieurs Inconnus des observations recueillies engendrèrent l'espionnage, la défiance et l'hypocrisie. Bientôt la délation s'en mêla et certains faits scandaleux étant parvenu à la connaissance du public, l'éditeur Strobl, le chanoine Danzer et le professeur Westenrieder (Pythagore) commencèrent à fulminer contre les Illuminés et contre les francs-maçons qui les recevaient dans leurs loges.
      Pour comble de malheur, Knigge, la cheville ouvrière de l'Illuminisme, qui venait de se brouiller avec Weishaupt et qui avait renoncé à prendre désormais aucune part à ses intrigues, se mit à critiquer amèrement le système des Illuminés, en reprochant publiquement à Weishaupt les services qu'il lui avait rendus et en se vantant d'avoir écrit pour lui plaire contre les Rose-Croix qui ne lui avaient jamais fait de mal.
      Les Rose-Croix de Bavière dont Weishaupt avait si souvent raillé les travaux alchimiques et théurgiques qu'il qualifiait de viles superstitions [Note de l'auteur : Il est curieux de constater que, tout en se moquant des Rose-Croix, Weishaupt n'avait pas négligé, conformément à ses principes de dissimulation, de rédiger une instruction confidentielle « sur les moyens de diriger ceux des Illuminés qui sont enclins aux rêveries théosophiques ». Le bon abbé Barruel a traduit ces derniers mots par fantaisie de croire en Dieu ; mais cette traduction est une simple calomnie.], et les Rose-Croix de Prusse dont Weishaupt, par l'intermédiaire de Knigge, avait fait repousser les conclusions au convent de Wilhemsbad, se mirent promptement de la partie. De son côté, la Mère-Loge Aux-Trois-Globes de Berlin signifia par une circulaire de 1783 qu'elle exclurait de son association toutes les loges qui dégraderaient la Franc-Maçonnerie en y introduisant les principes de l'Illuminisme. Enfin parut le 22 juin 1784 une ordonnance de l'Electeur de Bavière interdisant formellement toute confraternité secrète.
      La Maçonnerie étant englobée par l'Electeur dans la proscription dont il frappait l'Illuminisme, la loge de Münich, Théodore au bon Conseil, adressa à ses membres et à toutes les loges de sa correspondance une circulaire par laquelle elle se justifiait des accusations que l'on avait soulevées contre elle. Son seul crime était d'avoir reçu dans son sein des frères dont elle ignorait les intentions et d'avoir contracté des affiliations avec une société dont elle avait cru le but louable. Elle annonçait en même temps sa dissolution.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2020  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte ALCHIMIE & SPAGYRIE MARTINISME, MARTINEZISME & MYSTICISME OCCULTISME & MAGIE MAGNETISME, RADIESTHESIE & ONDES DE FORMES THEOSOPHIE ASTROLOGIE & ASTRONOMIE ROSE-CROIX & ROSICRUCIANISME SPIRITISME & TRANSCOMMUNICATION PRIÈRE & TEXTES INSPIRANTS