Vous êtes ici : Autres traditions & spiritualités | MARTINISME, MARTINEZISME & MYSTICISME | Livres, Textes & Documents | Traité de la réintégration des êtres | 18

Traité de la réintégration des êtres

créés dans leurs primitives propriétés, vertus et puissances spirituelles divines
Martines Pasqually
© France-Spiritualités™






TRAITÉ DE LA RÉINTÉGRATION DES ÊTRES – 18

      Je reviens à l'explication du type que fait la naissance d'Abel, l'assassinat commis sur sa personne et l'opération spirituelle divine qu'il fit pour obtenir la réconciliation générale d'Adam et d'Eve avec le Créateur.

      Adam et Eve ayant coopéré à la naissance d'Abel par une opération très succincte de la matière sans aucune participation d'excès des sens de la matière, si ce n'est celle que la nature produit légitimement à l'homme pour une pareille opération de postérité, le Créateur relativement à la résignation spirituelle divine qu'Adam et Eve eurent pour sa plus grande gloire, constitua un être mineur dans la postérité d'Adam, qui était doué de toute vertu et sagesse spirituelle divine. C'était ce mineur qui devait être le vrai type de la manifestation de la justice et de la gloire divine que le Créateur opérerait à l'avenir pour l'avantage du mineur et pour la honte des princes des démons et tout ce qui est d'intelligence avec eux. Abel avait été la principale cause et instrument de la réconciliation d'Adam et d'Eve. Le type de la naissance d'Abel pour l'avantage des mineurs n'était pas uniquement pour la figure spirituelle qu'il devait faire, mais il devait encore en faire une pour toute la postérité qui devait exister de génération en génération. Non seulement ce type de la naissance d'Abel fut pour l'avantage des dits sujets, mais encore pour l'avantage particulier de tout être spirituel créé. Cette naissance est encore le type des mineurs doués de la grâce divine, que le Créateur ferait naître chez les hommes pour être des instruments spirituels pour la manifestation de sa justice, pour l'avantage ou le désavantage, la récompense et la punition que le Créateur veut infliger à sa créature, suivant que ses actions sont exactes ou contraires à sa loi divine, ainsi que la pensée à la créature l'a connu.

      Adam et Eve ayant coopéré à la naissance d'Abel par une opération très succincte de la matière sans aucune participation d'excès des sens de la matière, si ce n'est celle que la nature produit légitimement à l'homme pour une pareille opération de postérité, le Créateur relativement à la résignation spirituelle divine qu'Adam et Eve eurent pour sa plus grande gloire, constitua un être mineur dans la postérité d'Adam, qui était doué de toute vertu et sagesse spirituelle divine. C'était ce mineur qui devait être le vrai type de la manifestation de la justice et de la gloire divine que le Créateur opérerait à l'avenir pour l'avantage du mineur et pour la honte des princes des démons et tout ce qui est d'intelligence avec eux. Abel avait été la principale cause et instrument de la réconciliation d'Adam et d'Eve. Le type de la naissance d'Abel pour l'avantage des mineurs n'était pas uniquement pour la figure spirituelle qu'il devait faire, mais il devait encore en faire une pour toute la postérité qui devait exister de génération en génération. Non seulement ce type de la naissance d'Abel fut pour l'avantage des dits sujets, mais encore pour l'avantage particulier de tout être spirituel créé. Cette naissance est encore le type des mineurs doués de la grâce divine, que le Créateur ferait naître chez les hommes pour être des instruments spirituels pour la manifestation de sa justice, pour l'avantage ou le désavantage, la récompense et la punition que le Créateur veut infliger à sa créature, suivant que ses actions sont exactes ou contraires à sa loi divine, ainsi que la pensée à la créature l'a connu.

      Voyons donc le fruit qu'Hénoc a recueilli du culte divin qu'il a professé envers le Créateur, et qu'il a enseigné aux descendants de Seth. C'est lui qui le premier a enseigné aux descendants de Seth le cérémonial de ce même culte, c'est lui qui a dressé le premier autel en nature de marbre blanc, c'est sur la pierre du centre de cet autel qu'Hénoc devait recevoir le fruit de son culte divin, puisqu'il s'y offrait lui-même. Il a encore enseigné au premier maçon mineur spirituel à élever et bâtir les édifices divins sur leur base. Il a prophétisé la justice du Créateur qui devait être réversible sur toute la terre en punition du crime de la postérité de Caïn. Il mit aussi des bornes à la postérité de Seth, lorsqu'il leur dit de la part du Créateur que les enfants du Créateur divin ne se lieraient point avec les fils des hommes. Vous devez comprendre par ce que j'ai dit de la prévarication première Adam et par le fruit qu'il retira de ses opérations, quels sont les enfants des hommes. Il a annoncé les vrais élus du Créateur, qui devaient naître de par l'Eternel pour manifester sa gloire dans le contenu de l'univers, par l'élection qu'il fit lui-même de dix sujets pour opérer le culte divin parmi la postérité de Seth.

      Hénoc est donc le grand type du culte divin parmi les hommes passés et présents. En voici la preuve.

      Hénoc tint une assemblée toute divine parmi la postérité de Seth, selon qu'il en avait reçu l'ordre du Créateur. Hénoc n'était autre chose qu'un esprit saint sous une forme corporelle de matière apparente. Il tint son assemblée vers la région septentrionale, voyant le grand désir et la bonne volonté de quelques-uns de ses disciples pour être instruits par lui du culte divin. Il donna à la postérité de Seth le nom d'enfants de Dieu. Ce chef spirituel divin opérant fut enfin reconnu pour homme divin par la force de ses opérations saintes. Aussi les enfants d'Enos le nommèrent le saint homme Hénoc, nom qui veut dire « dédicace », ou « dévoué au Créateur ». Il entreprit avec le plus grand succès de réformer la conduite des mineurs pervers, qui le reconnurent vraiment homme de puissance sur toute chose créée. Hénoc s'assembla avec eux, les interrogea sur les différentes opérations et invocations journalières qu'ils pratiquaient contre la volonté de leur père créateur, quoiqu'ils fussent appelés enfants du Dieu vivant. Les représentations qu'il leur fit, jointes aux menaces terribles sur les événements funestes qui devaient arriver dans peu de temps sur eux par la volonté de l'Eternel, portèrent ces mineurs à se livrer entièrement sous la conduite et la discipline et les instructions du saint homme Hénoc, qui après les avoir rassurés, et raffermis dans la foi et la pratique de ses opérations, qu'ils ne connaissaient que par les discours qu'il leur avait tenus dans cette première assemblée, qui se fit le jour de sabath, et voyant ces mineurs déterminés à suivre ponctuellement ses conseils, fit l'élection de dix de ces mineurs qu'il avait réconciliés, leur déclara la volonté du Créateur, et leur prescrivit un cérémonial et une règle de vie pure, sainte et agréable au Créateur pour leur invocation.

      Il les admit à la connaissance de ses travaux listiques catholiques, et des sciences spirituelles divines. (Ailleurs, je donnerai la signification de ces deux mots.) Il leur fit ensuite élever un édifice qui n'avait qu'un seul appartement, ou enceinte, dans lequel se plaçaient les dix sujets que Hénoc avait choisis pour l'assister, dans ses saintes opérations. Il donna à chacun de ces dix sujets une lettre initiale des saints noms de Dieu, ce qui formait en tout dix lettres, afin qu'ils suivissent avec régularité et la plus scrupuleuse attention toute espèce d'opération bonne, utile, nécessaire aux mineurs réconciliés et agréable au Créateur. Après cette première opération, il renvoya chacun dans sa tente au quartier qu'il leur avait assigné lui-même, ainsi que Moïse l'a représenté depuis par le campement particulier des lévites autour de la sainte arche.

      Par l'ordre de l'Eternel, Hénoc tint cette assemblée d'opérations divines avec ses dix chefs mineurs réconciliés, de dix semaines en dix semaines, et leur transmit dans chaque assemblée une lettre initiale nouvelle du saint nom de Dieu, de sorte qu'après les sept assemblées qu'ils tinrent, chaque mineur eut en son particulier deux noms puissants, avec lesquels il commandait et dirigeait toute chose créée, depuis la surface terrestre jusqu'à la surface céleste. Chacun de ces mots contenait sept lettres, dont quatre formaient le nom redoutable, puissant et invincible de l'Eternel, qui gouvernait et soumettait tout être créé dans le corps céleste, et le mot saint composé de trois lettres soumettait tout être créé sur le corps terrestre à la puissance formidable de l'homme Dieu. Ces dix sujets remis par le secours d'Hénoc dans leur première vertu et puissance spirituelle divine firent, par leurs opérations saintes, des prodiges signalés et si grands qu'ils ramenèrent à eux plusieurs sujets de leurs familles et qu'ils instruisirent les mineurs vraiment appelés par l'esprit saint dans les sciences qu'ils possédaient par le pouvoir et la puissance d'Hénoc, type de réconciliation du genre humain.

      Le nombre de postérité devint en peu de temps très considérable, mais ils n'augmentèrent pas également en vertu et en puissance. La conduite atroce d'un des dix admis par Hénoc à la réconciliation divine suscita la haine et la dissension parmi eux, et un air de mépris sur les instructions d'Hénoc. Cet esprit de confusion et de révolte se répandit si fort parmi ces nouveaux appelés qu'ils se livrèrent avec plus d'emportement que jamais à l'abandon du Créateur et la jouissance de la matière sous la conduite et l'appui de ce nouveau chef prévaricateur. Il ne resta plus que le nombre de neuf sujets justes sur la terre. Ils se replièrent sur les forces et les connaissances qu'ils avaient reçues du saint Hénoc, qu'ils prièrent de s'assembler encore une fois avec eux pour remplacer celui de leurs frères que le démon leur avait ravi.

      Le saint homme fut sensible à leurs prières et les assembla. C'est dans cette assemblée qu'il leur communiqua son secret. Il fit son élection secrète parmi les neuf fidèles qui lui restaient, pour remplacer le prévaricateur, mais que, toutefois, que celui qu'il avait nommé pour le remplacer n'entrerait en vertu et puissance divine qu'après qu'ils auraient fait l'expiation de leurs péchés pendant le cours de leur durée sur cette surface terrestre et que la justice divine aurait sévi contre les criminels. Le cœur de ces justes fut si fort saisi qu'ils restèrent tous dans une espèce d'anéantissement qui les assoupit pendant une heure environ. Hénoc fit alors son invocation au Créateur en faveur de ces neuf disciples qui virent dans cette situation tous les fléaux dont le Créateur devait se servir pour frapper la terre et le reste de ses habitants. La frayeur fut si grande chez ces justes qu'ils revinrent de leur abattement en poussant un cri, et regardant ensuite Hénoc, ils lui dirent : « Comment se peut-il, maître, que ce que nous venons de voir arrive sur la terre ? Ne pouvez-vous pas, par vos prières, calmer le courroux de celui qui vous a envoyé parmi nous et retenir les fléaux qu'il se propose de lancer sur cette terre et ses habitants ? La vision que nous avons eue n'est point fausse, le Créateur est juste et vous êtes saint, fort et invincible. »

      Hénoc répondit à ces disciples : « Qui vous a donc instruits de moi ? Soyez tous un seul homme et vous serez également saints. Soyez tous une même loi, vous serez tous forts. Soyez tous sous la même règle de vie, celle que je vous prescrite, et vous serez éternellement mineurs invincibles. Telle est la volonté du père et de son saint esprit sur son fils. Soyez toujours fils du Tout-Puissant ici-bas. Vous saurez que celui que vous avez nommé figurativement Hénoc est l'esprit du père qui est en haut. »

      A peine eut-il fini ces paroles et béni ses disciples, qu'une nuée enflammée descendit du ciel et leur déroba Hénoc et s'éleva rapidement pour porter cet esprit saint à sa destination.

      Les neuf justes abandonnés se lamentèrent : « Qu'allons-nous devenir, ô Eternel, privés de l'assistance de notre père Hénoc ? Pourquoi le ravis-tu à ses frères et à ses disciples ? Si la terre est coupable, en quoi nous, hommes corporels, sommes-nous responsables, si ce n'est du sang matériel que nous avons reçu d'elle ? Nous l'abandonnons à ta sainte justice. Examine, Seigneur, nos vœux et prends pitié de tes fils et serviteurs. »

      C'est ainsi qu'Hénoc se sépara d'avec ses disciples et retourna vers celui qui l'avait envoyé, pour se disposer à être par la suite un nouveau type, suivant la volonté du Créateur ; ainsi qu'on a pu voir qu'il y en a eu plusieurs successifs jusqu'à ce jour. On voit, par cette époque, que le premier principe de religion spirituelle divine vint dans la postérité de Seth par le moyen du saint homme Hénoc. Elle fut conservée et remise en vigueur sous Noé, dont il est encore un type en sa qualité d'élu spirituel de réconciliation, comme l'on peut s'en convaincre par l'examen de la conduite qu'il tint lorsqu'il fit entrer dans l'arche qu'il avait construite, des différentes espèces d'animaux, qu'il conserva de l'inondation générale : On peut aussi examiner le repos de l'arche pendant le déluge, et les saintes instructions qu'il donna à ses fils légitimes.

      Voilà ce que je puis vous dire sur les opérations d'Hénoc sans détailler les faits particuliers d'Hénoc, de ses disciples et de son élection. Ainsi, l'on voit que le vrai Messias a toujours été avec les enfants de Dieu, quoique innommé.

      On trouve dans cette époque l'interprétation de ce qu'a voulu dire le prophète Daniel en parlant emblématiquement dans une de ses prophéties de la captivité des enfants d'Israël, par le nombre des soixante-dix semaines converties en soixante-dix années de servitude sous Nabuchodonosor, confirmées par l'événement à Israël, dont il fut délivré par les puissantes opérations divines de Zorobabel, après l'expiration des soixante-dix années de captivité, auxquelles le Créateur les avait condamnés pour les fautes qu'ils avaient commises contre Dieu et contre leurs frères.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2020  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte ALCHIMIE & SPAGYRIE MARTINISME, MARTINEZISME & MYSTICISME OCCULTISME & MAGIE MAGNETISME, RADIESTHESIE & ONDES DE FORMES THEOSOPHIE ASTROLOGIE & ASTRONOMIE ROSE-CROIX & ROSICRUCIANISME SPIRITISME & TRANSCOMMUNICATION PRIÈRE & TEXTES INSPIRANTS