Vous êtes ici : Autres traditions & spiritualités | OCCULTISME & MAGIE | Dictionnaire ésotérique et occulte | Sylphe / Sylphide

Sylphe / Sylphide

© France-Spiritualités™




Dictionnaire M. Bescherelle

Substantif masculin / Substantif féminin [Du latin sylvani, sylvains]
Nom donné, dans la théosophie du moyen-âge, aux génies élémentaires des deux sexes peuplant l'air, leur élément particulier, et se mettant fréquemment au service de l'homme.
Les sylphes ont des sympathies moins aériennes, des communications moins invisibles. (Chateaubriand)
Vous ne vous doutez pas de la multitude de sylphes légers que vous avez à vos ordres. Continuellement occupés à recueillir vos pensées, à peine vous prononcez un mot, qu'ils s'en emparent, et le vont répéter tout autour de vous. Leur légèreé est si grande qu'ils parcourent mille pas en une seconde, ce sont les sylphes de Paracelse et de Gahalès. (A. Martin)

Les sylphes vaporeux
Ont caressé de leur souffle amoureux
La vierge pure, et font jouer dans l'ombre
De leurs miroirs les facettes sans nombre.

(Millevoye)  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume II (G-Z) (1856), p. 1412.



Dictionnaire universel d'histoire et de géographie de Bouillet

      Génies qui, dans la mythologie poétique du moyen-âge, peuplaient l'air, comme les Ondines peuplaient l'eau. On les représentait sous une forme svelte et légère, avec des ailes transparentes aux épaules. Ces inventions paraissent dues à la théologie juive ; c'est dans les livres cabalistiques qu'on en trouve les premières traces.  Marie-Nicolas Bouillet, Dictionnaire universel d'histoire et de géographie, 20ème édition (1866), p. 1827.



Jacques Collin de Plancy

      Esprits élémentaires, composés des plus purs atomes de l'air, qu'ils habitent. L'air est plein d'une innombrable multitude de peuples, de figure humaine, un peu fiers en apparence, dit le comte de Gabalis, mais dociles en effet, grands amateurs des sciences, subtils, officieux aux sages, ennemis des sots et des ignorants. Leurs femmes et leurs filles sont des beautés mâles, telles qu'on dépeint les Amazones. Ces peuples sont les sylphes. On trouve sur eux beaucoup de contes.  Jacques Collin de Plancy, Dictionnaire infernal (1844).




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte ALCHIMIE & SPAGYRIE MARTINISME, MARTINEZISME & MYSTICISME OCCULTISME & MAGIE MAGNETISME, RADIESTHESIE & ONDES DE FORMES THEOSOPHIE ASTROLOGIE & ASTRONOMIE ROSE-CROIX & ROSICRUCIANISME SPIRITISME & TRANSCOMMUNICATION PRIÈRE & TEXTES INSPIRANTS