Vous êtes ici : Autres traditions & spiritualités | OCCULTISME & MAGIE | Livres, Textes & Documents | La Magie d'Arbatel | Septième

La Magie d'Arbatel

Marc Haven
© France-Spiritualités™






SEPTIÈME SEPTENAIRE D'APHORISMES

      Aphorisme 43 - Dieu est vivant et ses œuvres vivent dans l'état où elles ont choisi de vivre, car il a voulu que par leur liberté elles puissent se soumettre spontanément ou s'opposer à ses lois ; aux obéissants, il offrit ses récompenses, ses peines justes aux désobéissants. Par leur libre volonté, des Esprits orgueilleux et méprisant le fils de Dieu s'éloignèrent du créateur : ils sont réservés pour le jour de la colère. Il leur a été laissé un très grand pouvoir dans la création, pouvoir limité cependant, et toujours retenu dans cette limite par le frein de Dieu. Le Mage de Dieu, c'est-à-dire l'être illuminé de la sagesse divine, formé par Dieu, est conduit par sa main vers tout bien éternel et vers les plus modestes comme les plus grands des biens terrestres.
      Grande est la puissance de Satan à cause des grands péchés des hommes ; aussi les mages de Satan ont-ils accompli des œuvres puissantes et plus qu'on ne pourrait le croire. Quoique maintenus dans leur sphère, ils dominent cependant la science humaine, en tout ce qui concerne les choses corporelles et transitoires. Beaucoup d'histoires très anciennes et l'exemple quotidien des événements le prouvent. Par le but qu'elle poursuit, chaque magie est spéciale : l'une mène aux biens éternels et ne se sert des biens temporels qu'avec actions de grâces ; l'autre, peu soucieuse de l'éternité, se livre tout entière au corporel pour jouir plus librement de tous les désirs et de toutes les délices, méprisant Dieu et sa colère.
 
      Aphorisme 44 - Le passage de la vie ordinaire des hommes à la vie magique ne diffère pas du passage du sommeil à la veille (47). En effet, ce qui dans la vie ordinaire arrive à l'homme d'une façon inconsciente et ignorée arrive au mage consciemment et de sa pleine volonté.
      Le mage comprend quand son esprit pense de lui-même ; sait s'il délibère, raisonne, décide, décrète l'acte à faire de lui-même ; et, quand au contraire ses pensées viennent d'une essence séparée qui l'assiste, il diagnostique de quel ordre émane cette intelligence séparée.
      Mais l'homme non versé dans la magie est jeté de-ci et de-là par ses passions comme une bête sauvage, que ces passions émanent de lui ou des essences qui l'environnent. Il ne sait pas détourner les projets de ses ennemis par le verbe de Dieu ni se protéger contre les embûches du tentateur.
 
      Aphorisme 45 - Le plus grand précepte de la magie est de savoir ce que l'on doit accepter pour son usage d'un esprit assistant, ce qu'on en doit repousser. Le psalmiste nous l'apprend : « Comment le jeune homme corrigera-t-il sa voie ? En gardant ta parole, ô Seigneur ! (48) ». Garder le verbe du Seigneur pour que le Malin ne l'enlève pas de notre cœur, c'est le plus grand précepte de la Sagesse ; le reste des suggestions qui ne sont pas contraires à la gloire de Dieu et à la charité envers le prochain, on doit les admettre et les recevoir sans chercher à savoir de quel esprit émanent ces avertissements. Prenons garde cependant de ne pas trop nous préoccuper de choses peu nécessaires, suivant la parole du Christ : « Marthe, Marthe, vous vous occupez de bien des choses : Marie a choisi la meilleure part qui ne lui sera point enlevée (49) ». C'est ainsi qu'il faut comprendre le mot du Christ : « Cherchez d'abord le royaume de Dieu et sa justice, et le reste vous sera donné par surcroît (50) ». Le reste c'est tout ce que réclame la portion mortelle du microcosme, la nourriture, le vêtement et les arts nécessaires à la vie.
 
      Aphorisme 46 - Rien n'est plus estimable chez l'homme que la fermeté dans ses paroles et ses actions, et, comme le semblable attire le semblable, personne n'est plus heureux que ceux qui vivent ainsi. Car les anges saints les entourent et les protègent de leur garde et ils détestent au contraire les hommes de rien plus légers que les feuilles mortes. De là, nous tirons ce 46ème aphorisme : chacun appellera à lui les esprits conformes au genre de vie qu'il mènera. Mais avertissons bien celui qui voudrait se hausser au-dessus de sa vocation, qu'il ne se laisse pas hanter par quelque esprit malin, venu de l'extrémité des terres, qui le tromperait et finalement le précipiterait à sa ruine.
      Ce précepte est très important ; car Midas, voulant tout changer en or, appela à lui un tel esprit, maître de ces transmutations, que, trompé par lui, il fût mort de faim si la miséricorde divine n'avait pas eu pitié de sa folie. Il est arrivé, de notre temps, la même aventure à une pauvre femme de Francfort-sur-Oder qui volait et dévorait toute espèce d'argent. Oh ! Si les hommes suivaient ces préceptes et ne prenaient pas l'histoire de Midas pour une fable (51), ils seraient plus zélés dans la modération de leurs passions et de leurs pensées et ne seraient pas continuellement agités par les vents des monts dorés d'Utopie. Ensuite, il faut observer avec soin que de telles obsessions cèdent facilement au verbe magique quand elles sont récentes et qu'elles n'ont pas eu le temps de s'enraciner encore dans un esprit oisif et vide du verbe divin.
 
      Aphorisme 47 - Celui qui sera fidèlement attaché à sa vocation aura ainsi de constants compagnons de ses études, qui lui procureront tous les succès désirables. S'il a en outre quelque connaissance de la magie, ils ne refuseront pas de se montrer à lui, et, dans les différentes fonctions auxquelles ils sont attribués, de le servir : bons et agissant pour son salut dans le bien, mauvais et agissant pour sa perte et sa ruine dans le mal. Les exemples en sont nombreux dans l'histoire du monde entier et tous les jours en amènent de nouveaux : dans le bien, Théodose avant sa victoire sur Arbogaste (52) ; dans le mal, Brutus, poursuivi avant sa mort par le génie de César qui conduisit à s'égorger lui-même celui qui avait tué le Père de la Patrie et son propre père.

      Aphorisme 48 - Toute magie est la révélation d'une classe d'esprit dont cette magie est la science propre. C'est ainsi que les neuf Muses initièrent Hésiode à la magie novénaire, comme il en témoigne lui-même dans la Théogonie (53) ; que le génie d'Ulysse initia Homère, comme le prouve sa Psigiogagie (54). Hermès fut instruit par l'esprit de l'âme des hauteurs ; Moïse, par Dieu lui-même, dans le buisson ardent ; les trois mages qui venaient chercher le Christ à Jérusalem, par l'ange du Seigneur qui les conduisait ; Daniel, par les anges du Seigneur.
      Que personne, donc, ne s'avise de s'attribuer à soi-même la gloire de la possession de la magie ; car ce n'est ni la volonté ni l'effort humain qui la font acquérir, mais seule la miséricorde de Dieu ou quelque autre destinée spirituelle (55). De là l'origine de toute magie, de là son développement, qu'elle soit bonne ou mauvaise. Voilà pourquoi Tagès, premier maître de la magie chez les Romains, surgit de la terre et déclara que, par ordre céleste, son culte était voué à Diane d'Ephèse. De même Apollon ; et toute la religion des gentils a été reçue de ces mêmes esprits et n'est pas, comme le pensent les Sadducéens, œuvre humaine.

      Aphorisme 49 - Que la conclusion de cet Isagoge soit la même que ce que nous avons dit plus haut, à savoir: il n'y a qu'un Dieu, source de tout bien, et qu'un péché, la désobéissance envers la volonté de Dieu. De là la crainte du Seigneur, comme initiation à la Sagesse (56), de là l'utilité de toute magie. Car l'obéissance à la volonté de Dieu succède à la crainte du Seigneur, à celle-là la présence du Seigneur et de son Esprit-Saint, la domination sur les anges et sur tous les biens des inépuisables trésors divins.
      Mais la magie inutile et condamnable procède du moment où, perdant en notre cœur la crainte de Dieu, le péché nous envahit ; aussitôt le prince de ce monde, le Dieu de ce siècle, y établit son royaume et ses rites en vue des avantages qu'il doit en retirer ; de même que l'araignée enveloppe de ses filets la mouche qui se jette sur sa toile, de même Satan entoure sa capture du filet des désirs jusqu'à ce qu'il l'ait épuisée et desséchée (57) pour en faire la matière du feu éternel ; d'autres, il les protège et les porte aux plus hauts sommets pour qu'ils tombent d'une chute plus grave. Regarde autour de toi, bienveillant lecteur, rappelle-toi les histoires sacrées et profanes, contemple ce qui se passe journellement et tu verras que le monde est plein de mages, dans leur double royaume, du Bien et du Mal.
    Pour mieux le démontrer, et comme conclusion de notre Isagoge, je te donne ci-contre la division et la subdivision où chacun pourra voir la route qu'il a à suivre, celle qu'il a à fuir et de quelle façon chacun doit travailler et prendre de la peine pour atteindre le terme de cette vie et le seuil d'une autre.

SCIENCE
DU BIEN
ThéosophieConnaissance du verbe de Dieu.

Direction de la vie suivant ce verbe.

Connaissance de l'administration des choses par Dieu au moyen des anges que l'Ecriture appelle "Gardiens".

Connaissance du ministère angélique.
Anthroposophie
(donnée à l'homme)
Science des choses naturelles.

Sagesse dans les choses humaines.
 
SCIENCE
DU MAL
CacosophieMépris du verbe de Dieu.

Vie vécue d'après la volonté du Diable.

Ignorance de l'administration des choses par les anges de Dieu.

Mépris de la garde des anges.

Fréquentation des esprits du Mal. Idolâtrie. Athéisme.
CacodémonieSciences des vénéfices dans la nature et leur usage.

Science de tous les arts du mal pour la perte du génie humain.

Leur usage dans le mépris de Dieu pour la perte et le malheur des hommes.

Dr Marc HAVEN


__________________________________________________________________________________________________
 (47)  Complètement éveillés, tels sont les disciples de Gôtama.  [Retour au texte]

 (48)  Psaume CXVIII, 9.  [Retour au texte]

 (49)  Luc, X, 41-42.  [Retour au texte]

 (50)  Matthieu, VI, 33.  [Retour au texte]

 (51)  On ne trouve pas de fable dans la Tradition ; la fable, comme le roman et le journal, sont des productions d'esprits désœuvrés et insignifiants en des jours de décadence. Ces symboles antiques sont donc vrais de toute la vérité d'une loi et nous retrouvons, aussi bien au moyen âge que de nos jours, ces cas de possession que tous les grands observateurs ont signalés.  [Retour au texte]

 (52)  Sur les bords du Frigidus (394).  [Retour au texte]

 (53)  Hesiodi Ascroei, Theogonia, v. 25, 30 - Erga kai hemerai, v. 5, 10.  [Retour au texte]

 (54)  Sans doute par erreur d'impression pour "Psychagogie".  [Retour au texte]

 (55)  Nous avons déjà vu cette expression (Aphorisme 22). Il indique que l'œuvre humaine dans l'avancement magique, si importante qu'elle soit de fait, n'est rien à côté des grâces successives obtenues. La magie hindoue nous dit à ce sujet : « Ainsi dois-tu faciliter l'éclosion de ton âme à l'éternel ; mais c'est l'éternel qui doit développer sa force et sa beauté, non pas le désir de la croissance ; car dans ce cas, tu t'épanouis dans la luxuriance de la pureté ; dans l'autre, tu t'endurcis par la puissante passion de la stature personnelle. »
      La Lumière sur le Sentier, § 8 et 20 : « Quelque grand que soit l'abîme entre l'homme de bien et le pécheur, il est encore plus grand entre l'homme de bien et l'homme qui a atteint la connaissance ; il est incommensurable entre l'homme de bien et celui qui est sur le seuil de la divinité. »  [Retour au texte]

 (56)  Psaume CX, 10.  [Retour au texte]

 (57)  Cette sève et ce sang que le vampire lui prend pour en faire sa propre nourriture, c'est la lumière divine spécialisée dans l'homme seul, et qui donne à cette forme la substance et la vie apparente. Et si l'homme avec amour ne lui fournissait son sang et ne l'engendrait comme son propre fils de sa portion la plus noble, son fantôme, parmi ceux de la nuit, s'effacerait bientôt.
      Et c'est pour cela que les cabalistes appellent Lilith la femme de Satan et la reine des Stryges.  [Retour au texte]




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2020  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte ALCHIMIE & SPAGYRIE MARTINISME, MARTINEZISME & MYSTICISME OCCULTISME & MAGIE MAGNETISME, RADIESTHESIE & ONDES DE FORMES THEOSOPHIE ASTROLOGIE & ASTRONOMIE ROSE-CROIX & ROSICRUCIANISME SPIRITISME & TRANSCOMMUNICATION PRIÈRE & TEXTES INSPIRANTS