Vous êtes ici : Autres traditions & spiritualités | OCCULTISME & MAGIE | Livres, Textes & Documents | Le Maître Philippe | Chap. 2

Le Maître Philippe

Jean Bricaud
© France-Spiritualités™






CHAPITRE II
L'Ecole de Magnétisme et de Théurgie de Lyon – Enseignements du Maître Philippe


      Il existait à Paris, depuis 1893, une Ecole pratique de magnétisme et de massage, fondée par le célèbre magnétiseur Hector Durville, avec comme principaux collaborateurs, le Dr Gérard Encausse (Papus) et M. Fabius de Champville.

      Cette Ecole formait des élèves masseurs et magnétiseurs auxquels elle délivrait eu fin d'année, après examen, un diplôme de magnétiseur-masseur praticien.

      En novembre 1895, sur la proposition du Dr. Encausse, directeur adjoint de l'Ecole de Paris, une Ecole secondaire fut établie à Lyon. Cette Ecole était soumise aux règlements statutaires de l'Ecole-mère, et les élèves des deux Ecoles jouissaient des mêmes droits et prérogatives. A la fin de chaque année scolaire, les examens des élèves qui désiraient obtenir le diplôme de magnétiseur-masseur praticien étaient faits en séance publique.

      Le corps enseignant de l'Ecole secondaire de Lyon était composé d'un professeur titulaire et de maîtres de conférences chargés de cours.

      Le maître Philippe fut sollicité de prendre la direction de l'Ecole pratique de magnétisme de Lyon. Ayant accepté, il fut nommé professeur titulaire de la chaire de Clinique magnétique, et, sur sa proposition, M. Jean Chapas fut nommé maître de conférences chargé du Cours d'Histoire du Magnétisme.

      On comprend qu'ainsi dirigée, l'Ecole secondaire de Lyon devait obtenir un gros et légitime succès. Les cours en furent très suivis.

      Bientôt, l'enseignement du Maître Philippe dépassa le cadre du magnétisme traditionnel. En plus des séances théoriques et pratiques de guérison, le maître réunit autour de lui un petit groupe d'élèves auxquels il enseignait et démontrait les lois et les hauts phénomènes du magnétisme occulte, et c'est avec raison qu'on a parlé d'Ecole de Théurgie.

      J'en citerai quelques exemples extraits des notes prises pendant les leçons.

      A la séance du 5 décembre 1895, un élève ayant demandé pourquoi Dieu tolérait les révolutions et les guerres où tant de malheureux succombaient, le maître répondit :

      « Souvenez-vous du jour où je vous ai expliqué que la mort n'était effrayante que pour ceux qui entouraient le sujet devant disparaître du nombre des mortels. -- Ne m'avez-vous pas demandé la preuve de ce que je vous disais ? Ne vous ai-je pas dit qu'un cliché se présentait à vous, et vous, comme une machine automatique, vous exécutiez les décrets de Dieu ? Je vous expliquerai ce que devient ce cliché après le temps déterminé.

      Ne m'avez-vous pas demandé ce qu'était un cliché ? Je vous l'ai dit.

      Ne m'avez-vous pas demandé encore si vous pourriez entendre des voix et de la musique partant d'un cliché ? Ne vous souvenez-vous pas de celui de la bataille de Waterloo, comme si cette journée mémorable se fût passée en votre présence et sous vos yeux ? N'en est-il pas parmi vous qui ont vu, et n'avez-vous pas tous parfaitement entendu ? Vous vous rappelez les cris, les grincements de dents des malheureux blessés ; n'avez-vous pas senti la poudre brûlée et vu sa fumée ? N'avez-vous pas entendu le roulement des tambours, les coups de canon et la fusillade ?

      Vous me demandez si les blessés souffrent encore depuis ce temps -- je ne dois pas aller si loin ; sachez qu'ici-bas comme dans les autres mondes ou autres terres, tout a une vie et que la mort n'est qu'apparente et n'est en réalité qu'une métamorphose. Le cliché de Waterloo n'est pas mort ; il a été fait au commencement et durera toujours en se modifiant, il est vrai, mais il est vivant et n'a pas été créé seulement pour nous, mais aussi pour d'autres peuples et d'autres mondes.

      S'il vous a été donné de voir et d'entendre et que votre curiosité soit satisfaite, vous devez payer, mais payer plus que vous pourrez. Je veux dire que tous vous faites ce que vous pouvez pour bien faire à l'égard de l'amour que vous devez à votre frère, afin de rendre le bien pour le mal ; mais si vous réfléchissez bien, vous reconnaîtrez que vous auriez encore pu mieux faire : c'est pourquoi je vous dis qu'il faut payer plus que vous ne le pouvez.
»

      Le Maître ajouta : « Ne répétez point ceci au dehors, car on ne comprendrait pas ce que vous comprenez en ce moment, et vous perdriez votre temps ; ce n'est pas ainsi qu'il faut semer le bon grain. »

      Le 26 décembre 1895, à la séance du soir, le Maître pria les élèves de passer dans un petit salon voisin pendant qu'un docteur examinerait un malade et établirait le diagnostic de son mal. Après lecture du diagnostic aux assistants, le Maître fit entrer un des élèves qui s'était retiré dans le salon et lui dit, en montrant le malade : « Il faut maintenant nous expliquer de quelle maladie cet homme est atteint et nous dire où il sent son mal. »

      Sur les réponses embarrassées de l'élève, le Maître ajouta : « Ne vous souvenez-vous donc pas d'avoir reçu le pouvoir de vous rendre compte de la maladie d'un sujet à son approche ? »

      Immédiatement, la souvenance revint à l'élève, et celui-ci répéta (ainsi que les autres élèves appelés l'un après l'autre), ce qui venait d'être indiqué par le docteur.


*

*       *


      A une autre séance, un malade âgé d'une cinquantaine d'années se présente. Il déclare avoir reçu plusieurs coups de pied de cheval au tibia, au point qu'une amputation de la jambe fut jugée nécessaire ; mais il s'était opposé à cette opération ; de ce fait, le tibia n'avait pu être soudé et le malade ne pouvait bouger le pied ni étendre la jambe.

      Le Maître fit d'abord magnétiser, par un élève, la jambe du malade pendant trois minutes environ. Après cette opération, le sujet affirma ne plus ressentir aucune douleur ni raideur dans sa jambe, et, pour le prouver, il posa son pied à terre, ce qui lui eût été de toute impossibilité auparavant.

      « Ce n'est pas tout, nous dit le Maître, il reste maintenant à faire la suture du tibia. »

      Nous remarquâmes alors plusieurs rugosités assez volumineuses sur le tibia.

      « Nous allons opérer par un massage peu ordinaire. »

      Pour exécuter ce massage peu ordinaire, le Maître prit une béquille du malade et la porta à l'autre extrémité de la salle ; puis il demanda à un élève de vouloir bien faire des légères frictions sur cette béquille.

      Le malade déclara ressentir sur le champ l'effet de ce massage, depuis l'os de la cuisse jusqu'au pied.

Nous vîmes alors avec surprise que les rugosités avaient sensiblement diminué de volume ; de son côté, le malade manifestait son étonnement de ressentir une très grande amélioration et beaucoup plus de force dans sa jambe.

      Le Magnétisme à distance, à l'aide d'opérations magiques, était chose habituelle pour le Maître.

      Je me souviens avoir entendu un homme le prier de vouloir bien agir sur sa fille Françoise, âgée de dix-sept ans.

      Sur les ordres du Maître, un élève fut prié de fermer les oreilles à un autre élève de l'Ecole, ce qui fut fait tout de suite.

      Lecture fut donnée du diagnostic posé par le docteur de la famille, puis on fit retirer les mains placées sur les oreilles de l'élève. Ce dernier affirma aussitôt être Mlle Françoise, âgée de dix-sept ans.

      Après un traitement actif, le Maître demanda au père de la jeune fille s'il habitait le quartier, et, sur sa réponse affirmative, il pria plusieurs élèves d'accompagner le père chez lui et de venir rapporter ce qui se passait chez la malade.

      Vingt minutes après, les personnes envoyées revinrent et déclarèrent que la jeune malade ne se sentait plus la même ; elle disait qu'il y avait quelque chose de changé dans son organisme ; elle avait plus de forces et la fièvre avait disparu ; et elle voudrait, disait-elle, rester toujours dans cet état.

      Après avoir rendu au sujet sa liberté, le Maître, afin de nous faire comprendre l'action magique, nous dit : «Je vais prendre une quantité considérable de fluide magnétique dans un pays que vous ne connaissez pas ; je vais le rendre tangible, c'est-à-dire solide, et vous le verrez comme moi et le sentirez aussi comme moi, ce qui est fait à l'instant même. »

      Tous les assistants déclarèrent distinguer parfaitement le fluide sur la main du Maître.

      « Je vais jeter ce fluide sur la glace qui est en face de vous, voyez et entendez. »

      Au même instant, une sorte de terreur s'empara de quelques assistants ; un homme reçut le fluide en pleine poitrine, ce qui lui occasionna une suffocation et une perte de respiration pendant quelques minutes ; les élèves craignaient une asphyxie complète. Le Maître nous dit alors : « Vous ne pourrez faire ces choses que plus tard, mais je veux vous apprendre les opérations de magie, afin que vous puissiez fabriquer des fluides magnétiques avec des substances végétales. On peut en faire avec des substances animales, mais je vous le défends. »


*

*       *


      Parlant de l'origine des maladies, le Maître disait qu'elles étaient de trois sortes : les maladies d'origine physique, celles de source astrale, et les maladies de l'esprit.

      Les maladies d'origine physique qui n'affectent que le corps physique et ont leur origine dans le plan du même nom sont les plus faciles à guérir. Elles peuvent être soignées par les méthodes allopathiques et homéopathiques, ainsi que par le magnétisme.

      Le Maître enseignait une théorie qui petit, à première vue, paraître très étrange à ceux qui ne connaissent pas la Magie. C'est celle de la vie consciente, et, partant, de la responsabilité des cellules de nos différents organes. Cette idée est familière aux occultistes praticiens qui ont pu se rendre compte que la vie consciente est répandue partout.

      Ainsi, un de nos organes peut souffrir et être malade par suite d'une mauvaise action voulue par notre conscience et accomplie à l'aide de cet organe. Naturellement, la plus grande part de responsabilité revient à notre volonté consciente, mais l'organe qui l'aura servi sera frappé également. Toutefois, il aura moins à souffrir et sera plus facilement guéri en raison du degré de conscience moindre des cellules qui le composent. Plus les cellules sont évoluées et constituent un organisme subtil, plus leur degré de conscience est élevé, plus elles ont de responsabilité particulière et, partant, plus leur degré de souffrance est grand.

      Cette loi de la responsabilité particulière des cellules constituant nos organes trouve surtout son application chez les infirmes dont le corps physique actuel est généralement incomplet ou déformé dans les parties correspondantes à celles qui ont été jadis atteintes ou déformées par un suicide ou une cause volontaire quelconque.

      Il faut savoir que chacun de nos actes appelle une conséquence, dans le plan même où cet acte a été accompli.

      Nos maladies physiques proviennent de notre imprévoyance, de notre ignorance, de nos passions et de nos faiblesses. Elles sont les conséquences strictes de nos actes sur le plan physique et n'ont d'autres causes que nous-mêmes.

      Les maladies astrales ont une autre origine ; elles proviennent des pouvoirs de notre corps astral, de notre double, pouvoirs qui sont beaucoup plus étendus que ceux du corps physique, dont les possibilités sont très limitées. Pour le mal comme pour le bien, les pouvoirs du corps astral sont plus grands que ceux du corps physique, et chaque faute commise par nous sur le plan astral a une portée beaucoup plus grande que si elle avait été commise sur le plan physique. Il s'ensuit que les conséquences de nos colères, de nos haines, de nos fautes sont beaucoup plus graves. C'est là une des principales raisons de la ténacité des maladies astrales, dont il est généralement difficile de venir à bout. Ces maladies sont, dans la plupart des cas, causées par la volonté humaine, et se traduisent par la neurasthénie, la névrose, la déperdition de forces sans causes apparentes, les phénomènes d'envoûtement, d'autosuggestion, devant lesquels la médecine reste impuissante. Seuls les procédés magiques et le magnétisme sont efficaces.

      Reste enfin les maladies spirituelles, les maladies de l'esprit. Sur celles-ci, nous ne savons que peu de choses et ne connaissons guère leurs causes. Il faudrait pour cela pénétrer sur le plan spirituel, et très peu d'hommes en sont aujourd'hui capables. Le maître Philippe prétendait que les causes de la folie, de l'épilepsie ont leur origine sur le plan spirituel ; et seules la prière et les opérations théurgiques peuvent les guérir.

      Les pouvoirs théurgiques se développent individuellement chez ceux qui sont déjà doués, mais ne s'enseignent pas comme un art ordinaire.


*

*       *


      Ce que j'ai dit jusqu'à présent du Maître Philippe suffit, je pense, à montrer combien ces pouvoirs lui étaient familiers. Cependant, je crois devoir encore emprunter au Dr. Papus les lignes suivantes, extraites de son Traité élémentaire de Science Occulte :

      « Celui-ci (le Maître spirituel) sait tout, mais il enseigne à descendre et à acquérir la certitude que l'homme qui sait qu'il ne sait rien, commence seulement à comprendre la science ; que celui qui ne possède rien qu'un grabat et qui prête son grabat à qui n'en possède pas est plus riche que tous les riches. Le Maître spirituel, quand il veut enseigner, peut soit parler, ce qui est rare, soit faire voir, ce qui est plus commun pour lui. Possesseur de biens physiques qui lui permettraient de vivre en oisif, le Maître consacre toute sa vie à la guérison des pauvres et des affligés. Et ces guérisons mêmes indiquent au plus aveugle de quel plan descend l'Esprit qui commande à la maladie et à la mort elle-même.

      Dans les rues de la ville qu'il habite, on le voit passer humble entre les humbles ; aussi les pauvres seuls le bénissent et le connaissent. Cet ouvrier qui le salue avec respect lui doit sa jambe qu'on allait couper et qui fut guérie en une heure ; cette femme du peuple qui accourt à son passage vint le trouver alors que son enfant râlait, et le Maître dit : "Femme, vous êtes plus riche, par votre dévouement incessant et votre courage devant les épreuves que les riches de la terre ; allez, votre enfant est guéri." Et rentrée chez elle, la mère constate le miracle qui déconcerte et irrite les médecins. Cette famille d'artisans courut à lui alors que depuis dix-huit heures, leur fille unique était morte ; il vint, et devant dix témoins, la morte sourit et ouvrit de nouveau les yeux à la lumière.

      Demandez à tous ces gens le nom de cet homme, ils vous diront : "C'est le Père des Pauvres".

      Interrogez cet homme ; demandez-lui qui il est, d'où il tient ces pouvoirs étranges et terribles, il vous répondra : "Je suis moins qu'une pierre. Il y a tant d'êtres sur cette terre qui sont quelque chose que je suis heureux de n'être rien. J'ai un ami qui est, lui, quelque chose. Soyez bon, patient dans les épreuves, soumis aux lois sociales et religieuses de votre patrie, partagez et donnez ce que vous avez, si vous trouvez des frères qui ont besoin, et mon ami vous aimera. Quant à moi, pauvre envoyé, j'écris sur le Livre Evident de mon mieux, et je prie le Père comme jadis le fit Notre Sauveur le Christ, qui rayonne en gloire sur la terre et dans les Cieux et au cœur duquel on parvient par la grâce de la Vierge de Lumière : Mariah, dont le nom soit béni.

      Je ne terminerai pas ces pages, que ma reconnaissance rend si douces, par le rappel des injures et des sarcasmes dont les savants, les satisfaits, les critiques accablent le Maître. II les ignore, leur pardonne et prie pour eux. Cela suffit
. » (1)


________________________________________________________________________________________________
 (1)  Pap, Traité Elémentaire de Science Occulte, 8° édition, Paris, Ollendorff, 1903, pp. 464-466.  [Retour au texte]




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte ALCHIMIE & SPAGYRIE MARTINISME, MARTINEZISME & MYSTICISME OCCULTISME & MAGIE MAGNETISME, RADIESTHESIE & ONDES DE FORMES THEOSOPHIE ASTROLOGIE & ASTRONOMIE ROSE-CROIX & ROSICRUCIANISME SPIRITISME & TRANSCOMMUNICATION PRIÈRE & TEXTES INSPIRANTS