Vous êtes ici : Autres traditions & spiritualités | THEOSOPHIE | Livres, Textes & Documents | La Lumière sur le Sentier | Partie 2

La Lumière sur le Sentier

Mabel COLLINS
© France-Spiritualités™






DEUXIÈME PARTIE

II

      Hors du silence qui est la paix, une voix sonore s'élèvera. Et cette voix dira : « Cela n'est pas assez ; tu as moissonné : maintenant il te faut semer. » Et sachant que cette voix est le silence même, tu obéiras.

      Toi qui es à présent un disciple capable de te tenir de pied ferme, capable d'entendre, de voir et de parler ; toi qui as conquis le désir et atteint la connaissance du Soi ; toi qui as vu ton âme dans sa fleur et qui l'as reconnue et qui as entendu la voix du silence, – va dans le Temple de l'Enseignement et lis ce qui s'y trouve écrit pour toi.

      Note : Etre capable de se tenir de pied ferme veut dire avoir confiance ; être capable d'entendre, c'est avoir ouvert les porte de l'âme ; être capable de voir, c'est avoir acquis la faculté de percevoir ; être capable de parler, c'est avoir gagné le pouvoir d'aider les autres; avoir conquis le désir, c'est avoir appris à contrôler et à utiliser ta personnalité ; avoir atteint la Soi-connaissance, c'est t'être retiré dans l'intérieur de la forteresse, là d'où la personnalité de l'homme peut être jugée avec un esprit d'impartialité ; avoir vu son âme dans sa fleur, c'est avoir obtenu, en toi-même, une vision momentanée de sa transfiguration qui fera de toi, un jour, plus qu'un homme ; reconnaître, c'est accomplir la grande tâche de regarder en face la lumière étincelante, sans baisser les yeux et sans reculer d'épouvante, comme devant quelque fantôme effroyable. C'est ce qui arrive à quelques-uns, et la victoire est ainsi perdue au moment où elle allait être remportée. Entendre la voix du silence, c'est comprendre que la seule direction véritable vient de l'intérieur ; entrer dans le Temple de l'Enseignement, c'est arriver à un état dans lequel le savoir devient possible. Tu trouveras alors bien des paroles écrites en lettres flamboyantes, et qui, pour toi, seront faciles à déchiffrer..., car lorsque le disciple est prêt, le Maître l'est également.

      1. Tiens-toi à l'écart dans la bataille qui se prépare, et bien que tu combattes, ne sois pas toi-même le guerrier.

      2. Cherche le guerrier et laisse-le combattre en toi.

      3. Prends ses ordres pour la bataille et suis-les.

      4. Obéis-lui, non comme s'il était un général, mais comme s'il était toi-même et comme si ses paroles étaient l'expression de tes secrets désirs ; car il est toi-même, quoique infiniment plus fort et plus sage que toi. Cherche-le ; – autrement, dans la fièvre et dans l'agitation de la bataille, tu pourrais passer à côté de lui,et il ne te connaîtra pas, à moins que tu ne l'aies connu. Si ton cri vient frapper son oreille attentive, alors il combattra en toi et comblera le vide douloureux de ton âme. Et s'il en est ainsi, tu pourras traverser la bataille, infatigable et de sang-froid, restant à l'écart et le laissant combattre pour toi. Il te sera impossible, alors, de frapper un seul coup à faux. Mais si tu ne le cherches pas, si tu passes à côté de lui sans le voir, il n'y aura aucune sauvegarde pour toi. Ton cerveau se troublera, ton cœur palpitera incertain et dans la poussière du champ de bataille ta vue et tes sens faibliront et tu ne reconnaîtras plus tes amis de tes ennemis.

      Il est toi-même ; et cependant tu es limité et sujet à Terreur: lui est éternel et sur. Il est l'éternelle vérité. Une fois qu'il aura pénétré en toi, devenant ton guerrier, jamais il ne t'abandonnera entièrement, et, au jour de la grande paix, il deviendra un avec toi.

      5. Ecoute le chant de la vie.

      Note : Cherche-le, et écoute-le premièrement dans ton propre cœur. Tu commenceras peut-être par dire : « Il n'est pas là ; en le cherchant, je ne trouve que dissonances. » Cherche plus profondément. Si de nouveau tu es déçu, arrête-toi, puis cherche plus profondément encore. Il y a une mélodie naturelle, une source obscure dans tout cœur humain. Elle peut être recouverte, entièrement cachée et étouffée ; œ mais elle s'y trouve. A la base même de ta nature, tu trouveras la foi, l'espérance et l'amour. Celui qui choisit le mal refuse de regarder en lui-même, et ferme l'oreille à la mélodie de son cœur, comme il ferme les yeux à la lumière de son âme. Il agit ainsi parce qu'il trouve plus commode de vivre au gré de ses désirs.
      Mais au-dessous de toute vie passe le courant impétueux qui ne peut être arrêté ; les grandes eaux sont là, en vérité. Découvre-les et tu percevras que tout en fait partie,... tout, jusqu'à la créature la plus misérable, quelque persistance qu'elle mette à s'aveugler volontairement sur ce point, et à revêtir un masque fantomatique d'horreur.
      C'est dans ce sens que je te dis : Tous les êtres vivants parmi lesquels tu combats sont des fragments du Divin. Et si trompeuse est l'illusion dans laquelle tu vis, qu'il est difficile de deviner où tu commenceras à distinguer la douce voix dans le cœur des autres. Mais sache qu'elle est certainement en toi-même. C'est là qu'il te faut la chercher, et une fois que tu l'auras entendue, tu la reconnaîtras plus facilement à l'entour de toi.


      6. Conserve en ta mémoire la mélodie que tu entends.

      7. Apprends d'elle la leçon d'harmonie.

      8. Tu peux te tenir debout, maintenant, ferme comme un roc au milieu de la tourmente, obéissant au guerrier qui est toi-même et qui est ton roi. Sans autre intérêt dans la bataille que de lui obéir, – ne te souciant point du résultat de la bataille,car une seule chose importe : c'est que le guerrier soit vainqueur, et tu sais qu'il ne peut être vaincu, – tiens-toi calme, attentif, et mets à profit l'entendement que tu as acquis par la douleur et par la destruction delà douleur. Seuls des fragments de la grande symphonie peuvent parvenir à ton oreille tandis que tu n'es encore qu'un homme. Mais si tu les entends, gardes-en fidèlement la mémoire afin qu'aucun d'eux ne soit perdu pour toi, et tâche d'en apprendre la signification du mystère qui t'environne. Avec le temps, tu n'auras plus besoin d'un instructeur. Car de même que l'individu possède une voix , de même en possède une ce en quoi l'individu existe. La vie elle-même a le don de s'exprimer et n'est jamais silencieuse. Et son expression n'est point un cri – comme toi qui es sourd, pourrais le supposer. Elle est un chant. Apprends d'elle que tu fais toi-même partie de l'harmonie ; apprends d'elle à obéir aux lois de l'harmonie.

      9. Observe avec attention toute la vie qui t'environne.

      10. Apprends à regarder avec intelligence dans le c&œur des hommes.

      Note : A un point de vue absolument impersonnel, autrement ta vision serait obscurcie. C'est pourquoi l'impersonnalité doit être prescrite en premier lieu.
      L'intelligence est impartiale ; aucun homme n'est ton ennemi, aucun homme n'est ton ami : tous sont également tes instructeurs. Ton ennemi devient pour toi un mystère qu'il te faut résoudre, même si cela demande des siècles, car l'homme doit être compris. Ton ami devient une partie de toi-même, une expansion de toi-même, une énigme difficile à déchiffrer. Une seule chose est plus difficile à connaître : ton propre cœur. Jusqu'à ce que les chaînes de ta personnalité se soient relâchées, tu ne pourras commencer à comprendre le profond mystère du Soi. Et pas avant que ces chaînes ne soient tombées, tu n'en pourras avoir la pleine révélation. Alors – et alors seulement – il te sera possible de la saisir et de la diriger. Alors – et alors seulement – tu pourras employer tous ses pouvoirs et les consacrer à un noble service.


      11. Observe avec une attention suprême ton propre cœur.

      12. Car ton cœur est la voie par où jaillira l'unique lumière capable d'illuminer la vie et de la rendre claire à tes yeux.

      Etudie le cœur humain, afin de comprendre ce qu'est le monde dans lequel tu vis et dont tu veux faire consciemment partie. Considère la vie sans cesse mouvante et changeante qui t'environne ; car elle est constituée par les cœurs des hommes, et, à mesure que tu comprendras leur constitution et leur signification, tu deviendras capable, par degrés, de percevoir le Sens le plus large de la vie.

      13. La parole ne vient qu'avec la connaissance. Atteins la connaissance, et tu posséderas la parole.

      Note : Il est impossible d'aider les autres tant que tu n'es pas arrivé à une certaine certitude personnelle. Quand tu auras appris les premières vingt et une règles, que tu seras entré dans le Temple de l'Enseignement avec des pouvoirs développés et l'entendementouvert, alorstu trouveras en toi une source d'où jaillira la parole.

      Après la treizième règle je ne puis rien ajouter à ce qui est déjà écrit.

Je te donne ma Paix.


      Ces notes sont écrites uniquement pour ceux auxquels je donne ma paix ; pour ceux qui peuvent lire ce que j'ai écrit avec les sens internes aussi bien qu'avec les sens externes.

      14. Ayant obtenu l'usage des sens internes, ayant conquis l'usage des sens externes, ayant vaincu les désirs de l'âme individuelle et ayant atteint la connaissance, prépare-toi maintenant, ô disciple, à entrer réellement dans la voie. Le sentier est trouvé : soit prêt à le suivre.

      15. Demande à la terre, à l'air et à l'eau les secrets qu'ils gardent pour toi.

      16. Demande aux Saints de la terre les secrets qu'ils détiennent pour toi.

      17. Demande au plus intime de ton être, à l'Unique, le secret final qu'il conserve pour toi à travers les âges.

      La grande, la pénible victoire, la conquête des désirs de l'âme individuelle est un travail qui exige, pour son accomplissement, des siècles sans nombre ; c'est pourquoi ne t'attends pas à obtenir sa récompense avant que des âges d'expérience se soient accumulés derrière toi. Lorsque le temps d'apprendre la dix-septième règle est arrivé, l'homme est sur le point de devenir plus qu'un homme.

      18. La connaissance qui maintenant est tienne, l'est uniquement parce que ton âme s'est identifiée avec toutes les âmes pures et avec l'Etre le plus intime en toi. C'est un dépôt qui t'est confié par le Très-Haut. Si tu trahis sa confiance, si tu emploies à tort cette connaissance ou si tu la négliges, il te sera possible, même à présentée retomber des hautes régions auxquelles tu as atteint. De grands êtres, parvenus jusqu'au seuil même, retombent, incapables de soutenir le poids de leurs responsabilités. C'est pourquoi pense toujours avec crainte et en tremblant à ce moment solennel,... et sois prêt pour la bataille.

      19. Il est écrit qu'aucune loi ne peut être formulée, qu'aucun guide ne peut exister pour celui qui se trouve au seuil de la divinité. Cependant, afin d'éclairer le disciple, la lutte finale peut être exprimée ainsi.

      Attache-toi fermement à ce qui n'a ni substance, ni existence.

      20. Ecoute uniquement la voix qui n'a pas de son.

      21. Fixe ton regard exclusivement sur ce qui est invisible aux sens internes comme aux sens externes.

LA PAIX SOIT AVEC TOI




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2022  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte ALCHIMIE & SPAGYRIE MARTINISME, MARTINEZISME & MYSTICISME OCCULTISME & MAGIE MAGNETISME, RADIESTHESIE & ONDES DE FORMES THEOSOPHIE ASTROLOGIE & ASTRONOMIE ROSE-CROIX & ROSICRUCIANISME SPIRITISME & TRANSCOMMUNICATION PRIÈRE & TEXTES INSPIRANTS