Vous êtes ici : Autres traditions & spiritualités | THEOSOPHIE | Livres, Textes & Documents | Les Aides invisibles | XIII - Autres missions

Les Aides invisibles

Charles Webster Leadbeater
© France-Spiritualités™






CHAPITRE XIII
Autres missions

      Mais laissons le travail, d'une suprême importance, qui se fait parmi les morts, pour examiner le travail consacré aux vivants et disons quelques mots, dans cet ordre d'idées, d'un champ d'action considérable que nous ne saurions omettre de citer sans laisser fort incomplet un exposé des missions incombant à nos aides invisibles ; je veux parler des résultats immenses obtenus par la suggestion, par la simple inspiration mentale de bonnes pensées à des personnes aptes à les recevoir.

      Qu'on ne se méprenne pas sur ce que nous entendons par ces mots. Il serait extrêmement facile pour un aide, facile à un point inimaginable pour qui ne possède pas sur ce sujet de notions pratiques, de dominer l'esprit d'une personne ordinaire et de diriger à volonté sa pensée, et cela sans que le sujet puisse soupçonner en rien une influence extérieure. Mais, si les résultats peuvent être admirables, le procédé est absolument inadmissible. On doit se borner à faire passer une bonne pensée dans l'esprit de la personne, comme des centaines d'autres pensées semblables y passent constamment. A l'homme seul de décider s'il accueillera la pensée, s'il l'assimilera, s'il y conformera sa conduite. Il va sans dire qu'autrement tout le bon karma reviendrait exclusivement à l'aide. Le sujet eût été un simple instrument, au lieu d'agir avec initiative ; ce qui n'est pas le résultat cherché.

      Ce genre d'assistance est extrêmement varié dans ses applications. Consoler les personnes qui souffrent ou qui pleurent, s'efforcer de guider vers la vérité celles qui la cherchent sincèrement, voilà des exemples qui viennent d'eux-mêmes à l'esprit. Un homme apporte-t-il à l'étude d'un problème spirituel ou métaphysique une application soutenue et anxieuse, il est souvent possible de lui présenter mentalement la solution sans qu'il se doute en rien qu'elle lui vient du dehors.

      Une autre application, extrêmement importante, de ce même mode de suggestion mérite une mention spéciale ; elle incombe aux aides les plus avancés et montre, une fois de plus, que toutes les capacités et toutes les vertus acquises sur la terre sont utiles aux aides et peuvent être appliquées au bien de l'humanité. Si le commun des hommes peut être assisté par la suggestion mentale dans des moments de préoccupations individuelles et recevoir des conseils et une direction dont ne profitent directement qu'un cercle restreint de personnes intéressées, une suggestion semblable peut être employée vis-à-vis de personnes responsables dans les mondes politique et religieux. Il est possible, par ce moyen, d'inspirer certaines idées aux rois et aux chefs d'Etat, aux régents, aux ministres, aux directeurs d'administrations civiles et ecclésiastiques. Ces idées sont-elles retenues et mises en action, toute la nation s'en trouve bien. Nous irons jusqu'à dire que certains aides – toujours, bien entendu, sous la direction des grands et sages guides de l'humanité, invisibles pour le monde extérieur, mais visibles pour les aides – sont en relation continuelle, comme je viens de l'indiquer, avec les hommes dont le jugement pèse d'un si grand poids dans la destinée de tant d'êtres humains. Ici encore nous voyons avec quel amour vigilant le protecteur spirituel de notre race intervient sans cesse pour son bien, sans cesse lui présente des occasions de progresser et de se joindre au fleuve immense de l'évolution, dans sa marche à travers les mondes.

      Encore une fois, il ne faut jamais craindre qu'une belle et noble qualité, acquise sur cette terre, reste sans emploi dans cette tâche glorieuse ou qu'elle ne puisse trouver son application dans un travail utile.

      Un élève peut, souvent aussi, être employé comme l'agent de ce qu'il est difficile d'appeler autrement que l'exaucement des prières. Car si tout désir spirituel sincère, tel qu'il trouverait par exemple son expression dans la prière, est à lui seul une force déterminant automatiquement certains résultats, il n'en est pas moins vrai qu'un effort spirituel de ce genre fournit aux Puissances du Bien l'occasion d'exercer leur influence. Elles la saisissent sans tarder, et c'est souvent le privilège d'un aide de bonne volonté de devenir le canal emprunté par Leur énergie. Ce que je viens de dire de la prière peut se dire plus exactement encore de la méditation, quand il s'agit de personnes pour qui cet exercice plus profond est possible.

      A côté de ces méthodes d'un caractère général, il en est de plus spéciales réservées à la minorité. Bien souvent des élèves présentant les aptitudes nécessaires ont reçu pour mission d'inspirer des pensées vraies et belles à des auteurs, des poètes, des artistes et des musiciens ; mais évidemment, tous les aides ne sont pas capables de jouer un rôle semblable.

      Parfois, plus rarement, il est possible d'ouvrir les yeux d'une personne au danger que fait courir à son développement moral telle ligne de conduite, de délivrer de certaines influences mauvaises une personne ou une localité, de neutraliser les machinations de magiciens noirs. Il est rare que les grandes vérités de la nature puissent être enseignées directement en dehors du cercle des étudiants occultes, mais il est parfois possible dans cet ordre d'idées d'obtenir un certain résultat, en présentant à l'esprit des prédicateurs et des professeurs des échappées intellectuelles plus vastes, ou une manière de voir plus large que celle qu'ils eussent autrement adoptée.

      Il va sans dire qu'en avançant dans le Sentier l'étudiant occulte voit s'ouvrir devant lui des possibilités plus grandes de se rendre utile. Au lieu d'assister simplement des personnes isolées, il apprend la manière de se consacrer aux classes, aux nations, aux races et se voit confier une part graduellement plus importante dans le travail plus élevé et plus vaste qui est celui des adeptes eux-mêmes. En acquérant les facultés et les connaissances nécessaires, il commence à employer les forces plus grandes de Akasa et de la lumière astrale, et apprend à tirer tout le parti possible de chaque influence cyclique favorable. Il entre en relation avec ces grands Nirmânakâyas que l'on a quelquefois symbolisés sous le nom de Pierres de la Muraille protectrice ; il devient – tout d'abord, naturellement, dans la plus humble qualité – l'un des dispensateurs de leurs aumônes et apprend la manière de distribuer ces forces qui sont le fruit de leur renoncement sublime. Il s'élève ainsi, de degré en degré, pour atteindre finalement la condition d'Adepte. Il peut alors largement partager la responsabilité qui repose sur les Maîtres de la Sagesse et aider d'autres hommes à suivre le chemin qu'il a parcouru.

      Sur le plan dévachanique le travail est un peu différent, l'enseignement pouvant être à la fois donné et reçu d'une manière bien plus directe, plus rapide et plus complète. D'autre part les influences mises en jeu sont infiniment plus puissantes, leur action s'exerçant sur un plan plus élevé. Les détails sont maintenant inutiles. Si peu d'entre nous sont encore capables d'être conscients sur ce plan pendant leur vie physique ! Mais ici aussi, et même plus haut, il y a beaucoup à faire dès que se manifeste la faculté d'accomplir la tâche. Pendant des âges sans nombre, il n'y aura certainement pas lieu de craindre que nous nous trouvions jamais dépourvus d'un champ d'action où puissent s'exercer notre désintéressement et notre dévouement.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2021  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte ALCHIMIE & SPAGYRIE MARTINISME, MARTINEZISME & MYSTICISME OCCULTISME & MAGIE MAGNETISME, RADIESTHESIE & ONDES DE FORMES THEOSOPHIE ASTROLOGIE & ASTRONOMIE ROSE-CROIX & ROSICRUCIANISME SPIRITISME & TRANSCOMMUNICATION PRIÈRE & TEXTES INSPIRANTS