Vous êtes ici : Biographies & portraits | C | Charles III, dit Charles le Simple Roi de France du 29 janvier 893 au 07 octobre 929

Charles III, dit Charles le Simple

Roi de France du 29 janvier 893 au 07 octobre 929
(17 septembre 879 - 07 octobre 929, à Péronne)
© France-Spiritualités™




Biographie universelle ancienne et moderne

      Charles III, dit le Simple, fils posthume de Louis II le Bègue et petit-fils de Charles le Chauve, naquit le 17 septembre 879, et ne fut point appelé à partager le royaume de France, dont une partie fut divisée entre Louis III et Carloman, ses frères, tandis que l'autre partie était envahie par les grands de l'Etat.

      Après la mort de Louis III et de Carloman, il semblait que Charles dût monter sur le trône ; mais les seigneurs alléguèrent sa jeunesse, jetèrent des doutes sur la légitimité de sa naissance, et disposèrent de la couronne en faveur de Charles le Gros, sous prétexte que la France, de toutes parts attaquée par les Normands, avait besoin d'un prince puissant pour la défendre. (Voyez Foulques.) La France fut mal défendue, et Charles le Gros périt victime des factions qui l'avaient appelé. Le seul moyen de chasser les Normands du royaume était de se presser autour du monarque légitime ; mais ce moyen ne fut pas employé. Pour se faire une juste idée de la confusion qui régnait alors, il suffit de remarquer qu'il y avait un régent pour Charles le Simple, tandis que Charles le Gros gouvernait sous le titre de roi.

      Après la mort de Charles le Gros, arrivée au commencement de 888, Charles le Simple fut encore éloigné du trône à cause de son jeune âge. Eudes, comte de Paris, fut élu roi ; ce qui n'empêcha point de sacrer Charles le Simple le 29 janvier 893 : il touchait alors à sa quatorzième année. La France eut donc deux monarques rivaux, quoique son territoire se trouvât beamoup diminué par l'usurpation des seigneurs.

      Eudes étant mort le 03 janvier 898, Charles se trouva seul roi de France, mais avec si peu de pouvoir, qu'il fut réduit à donner à Rollon, chef des Normands, l'ancienne Neustrie en toute souveraineté, et sa fille Giselle en mariage ; Rollon demanda de plus le duché de Bretagne, et le roi y consentit, parce qu'il n'était ni assez puissant pour le refuser, ni assez maître de la Bretagne pour croire donner quelque chose. (Voyez Foulques.) Le désordre qui régnait en France s'était étendu sur toute l'Europe ; partout la féodalité s'armait contre le pouvoir royal ; partout les trônes étaient ou vacants, ou occupés à la fois par plusieurs souverains. Charles était parvenu à ressaisir la Lorraine, qui avait été séparée de la France. C'est le seul titre qu'il ait à la gloire ; et cependant cette action glorieuse réveilla les factions, parce que les factions ne craignaient rien autant qu'un roi qui serait assez puissant pour se faire obéir ; aussi n'osa-t-il faire valoir les droits qu'il avait à la couronne impériale.

      Charles connaissait sa faiblesse, et n'ignorait pas que les seigneurs étaient presque tous voués à Robert, frère d'Eudes, qui aspirait a la royauté. Ne voulant pas choisir un ministre parmi les grands, il donna toute sa confiance à Haganon, simple gentilhomme, qui avait toutes les qualités nécessaires pour gouverner et la France et son roi. Le seul tort de Charles fut de ne pas cacher assez l'ascendant qu'il avait accordé à son favori, ascendant tel que, sans sa permission, personne n'approchait plus du monarque ; ce qui fit dire au duc de Saxe, choqué de n'avoir pu être présenté au roi : « Ou Haganon sera bientôt roi avec Charles, ou Charles ne sera bientôt plus qu'un simple gentilhomme avec Haganon. » En effet, Robert, profitant du mécontentement des seigneurs, sut les engager, dans une assemblée tenue à Soissons, à déclarer qu'ils ne reconnaissaient plus Charles pour roi. Cette révolte prit bientôt les caractères d'une guerre civile, et Robert fut sacré en 922. Il était dans la destinée de Charles le Simple de n'être jamais seul roi en France. Il ne perdit pas courage ; car, l'année suivante, il livra aux factions une bataille, dans laquelle il tua Robert de sa propre main ; mais les chefs du parti se reproduisent aisément dans les temps de discorde ; Hugues, fils de Robert, ranima le courage des soldats à la vue du cadavre de son père, et poussa si vivement Charles, qu'il l'obligea à prendre la fuite. Ce prince chercha un asile près d'Herbert, comte de Vermandois, qu'il était autorisé à regarder comme le plus chaud de ses partisans. Herbert le tint prisonnier à Château-Thierry, puis à Péronne, et traita avec le parti opposé, d'autant plus à son avantage, qu'il lui suffisait, pour se faire craindre, de menacer de rendre la liberté à son roi ; ce qu'il fit en effet, mais pour peu de jours. La couronne fut déférée à Raoul ou Rodolfe, duc de Bourgogne, qui fut sacré le 13 juillet 923 dans l'église de St-Médard de Soissons. Hugues le Grand, fils de Robert, eut la sagesse de résister au parti qui voulait le choisir pour roi.

      Charles le Simple ne cessa de vivre que le 07 octobre 929, dans la 50ème année de son âge, la 37ème de son règne, et la 7ème de sa captivité. Il laissa de la reine Ogive, sa quatrième femme, un fils que cette princesse emmena en Angleterre, et qui est connu sous le nom de Louis d'Outremer.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 7 - Page 530)



Dictionnaire universel d'histoire et de géographie de Bouillet

      Charles III, dit le Simple, fils posthume de Louis II le Bègue, naquit en 879. Après la mort de Louis III et de Carloman, ses frères, auxquels il devait succéder, les seigneurs disposèrent de la couronne en faveur de l'empereur Charles le Gros. Quand celui-ci eut été déposé en 887, Charles le Simple ne fut cependant point appelé au trône, et Eudes, comte de Paris, fut élu roi. Néanmoins, Charles parvint à se faire sacrer à Reims en 893, et partagea quelque temps le trône avec Eudes.

      A la mort de ce seigneur (898), il resta seul roi. Incapable de résister aux Normands, il se vit contraint, par le traité de Saint-Clair-sur-Epte, de leur abandonner une partie de la Neustrie (Normandie), et de donner à Rollon, leur chef, la main de sa fille Gisèle, en 911. Les seigneurs s'étant révoltés (922-923), à cause de la tyrannie qu'exerçait Haganon, favori du roi, Charles les combattit et tua Robert, frère du roi Eudes, qui s'était mis à leur tête ; mais il fut vaincu à son tour par Hugues le Grand, fils de Robert.

      Il se sauva auprès d'Herbert, comte de Vermandois ; mais celui-ci le retint prisonnier au château de Péronne, où il resta enfermé jsuqu'à sa mort, en 929. Il laissait un fils connu sous le nom de Louis d'Outremer. Sous ce règne, les grands vassaux se rendirent de plus en plus indépendants.  Marie-Nicolas Bouillet, Dictionnaire universel d'histoire et de géographie, 20ème édition (1866), pp. 384-385.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte