Vous êtes ici : Biographies & portraits | C | Claude de Lablatinière, dit "Claude d'Ygé" (06 janvier 1912 - 19 mars 1964)

Claude de Lablatinière, dit "Claude d'Ygé"

(06 janvier 1912 - 19 mars 1964)
© France-Spiritualités™



Menu >  l  Menu Alchimie  l  Portrait de Claude d'Ygé  l  Claude d'Ygé dans son temps
            Livres neufs sur l'Alchimie  l  Livres d'occasion sur l'Alchimie

Claude de Lablatinière, dit 'Claude d'Ygé' (1912-1964)      L'année 1964 aura été une année noire pour tous ceux aux yeux desquels les recherches alchimiques traditionnelles sont un domaine sacré.

      Dans le domaine des sciences traditionnelles, et de la philosophie hermétique au tout premier chef, peu d'hommes en France pouvaient se targuer d'une culture aussi poussée que celle de notre fidèle ami Claude d'Ygé.

      Beaucoup, parmi les chercheurs qui se penchent sur l'alchimie, lui doivent en fait d'avoir toujours été très méthodiquement, sagement guidés tout au long de leurs études. Voici, par exemple, la belle dédicace du livre Deux Traités alchimiques du XIXème siècle, par laquelle Bernard Husson remerciait celui qu'il considérait à si juste titre comme son vrai Maître : « Pour Claude d'Ygé, qui m'a mis sur la voie, et grâce à qui j'ai pu réunir la documentation de ce livre. »

      Pour notre part, nous reconnaissons pleinement l'étendue de notre dette personnelle envers Claude d'Ygé : c'est lui qui nous guida dans nos toutes premières recherches en littérature hermétique, et nous lui devons une aide précieuse pour les belles recherches iconographiques très étendues que nécessitait la publication de notre ouvrage illustré (en collaboration avec Michel Caron) sur Les alchimistes.

      D'une très ancienne famille d'authentique noblesse française, Claude de Lablatinière est né à Paris le 06 janvier 1912. Très tôt, il manifesta un intérêt passionné pour l'ésotérisme traditionnel, et son père, avocat, fut son premier instructeur en Haute Science.

      Claude d'Ygé devint, très jeune encore, l'une des personnalités les plus remarquables des milieux initiatiques parisiens, littéraires et artistiques aussi. Il fut l'ami personnel de presque toutes les gloires européennes de l'ésotérisme d'entre les deux guerres : astrologues, mages, alchimistes. C'était un précieux maillon dans la millénaire chaîne initiatique se rattachant à Fulcanelli : plusieurs représentants actuels de l'alchimie lui doivent beaucoup de leur Savoir.

      Mort beaucoup trop tôt, le 19 mars 1964, à Saint-Gratien, et n'ayant pu se consacrer intégralement aux recherches qui lui tenaient tant à cœur, Claude d'Ygé n'a pu écrire qu'une bien faible partie de ce qu'il projetait de publier. On lui doit pourtant, outre de très nombreux articles dans les revues spécialisées (et notamment dans Initiation & Science, dont il était un collaborateur très fidèle), deux anthologies remarquables : Anthologie de la poésie hermétique (dont il préparait une nouvelle édition très augmentée), et Nouvelle assemblée des Philosophes chymiques. Quand la mort l'emporta, si prématurément, il travaillait à deux beaux ouvrages plus personnels : Verbe, Son et Lumière et Le symbolisme des pierres précieuses, ainsi qu'à un Catalogue bio-bibliographique des reproductions d'ouvrages alchimiques de la Collection Le Scaphandrier.

      Après celle (tout aussi regrettable) du Docteur Henri Hunwald, la mort subite de Claude d'Ygé laisse un énorme vide dans les rangs des hermétistes. Et tous ceux qui l'ont connu regrettent cet ami toujours si serviable, ne ménageant jamais son temps ni sa gentillesse.


Un lien vers cette page se trouve dans la page suivante :



Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2020  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte