Vous êtes ici : Biographies & portraits | C | Constant Ier (Flavius Julius Constans)

Constant Ier

(Flavius Julius Constans)
(~323 – 350, dans les Pyrénées)
Empereur romain de 337 à 350
© France-Spiritualités™




Biographie universelle ancienne et moderne

      Constant Ier (Flavius Julius Constans), empereur romain, était le plus jeune des fils du grand Constantin et de Fausta. Nommé César en 333, il parvint à l'empire après la mort de son père, en 337. Il était alors âgé de dix-sept ans. Constantin en mourant avait partagé l'empire entre ses trois fils : l'Illyrie, l'Italie et l'Afrique échurent à Constant ; il y joignit bientôt après la Macédoine et la Grèce, qui formaient, avec la Thrace, les Etats du jeune Delmace, son cousin, massacré dans les premiers jours du règne de Constance. On ne croit pas que Constant ait eu part à ce crime ; mais il ne tarda pas à en recueillir le fruit. Constantin, l'aîné des trois frères, qui régnait dans les Gaules, réclama une part de l'héritage de Delmace et d'Annibalien. Pour faire reconnaître ses droits, il s'avança à la tête d'une armée ; la fortune trompa son courage ; il périt dans une embuscade, auprès d'Aquilée. Son frère, vainqueur, s'empara de tout l'Occident, et, fidèle à sa haine, qui n'était pas éteinte par la mort du malheureux Constantin, il détruisit ses lois, ses établissements, et voulut proscrire jusqu'à sa mémoire, en le déclarant ennemi de l'Etat.

      Fier, emporté, fastueux, livré a ses courtisans, plongé dans la débauche, il s'attira bientôt la haine et le mépris. Cependant, il avait d'abord disposé les esprits en sa faveur, en se montrant le protecteur de saint Athanase, évêque d'Alexandrie, prescrit par les ariens, que protégeait Constance. Constant parvint à le faire rétablir sur son siège épiscopal ; il porta ensuite la guerre dans la Grande-Bretagne.

      Tout, en apparence, lui promettait un règne plus long et une fin plus heureuse, lorsque la sourde ambition de Magnence, qu'il avait tiré de l'obscurité pour l'élever aux premières places, lui ravit à la fois le trône et la vie. En 350, Magnence, qui commandait à Autun, se fait saluer empereur par ses soldats ; à la tête de ses troupes, il traverse rapidement les Gaules, et trouve partout de nouveaux partisans. Au premier bruit de cette révolte, Constant effrayé, n'ayant aucun moyen à opposer aux progrès du rebelle, s'enfuit vers l'Espagne ; mais Gaïson, l'un des émissaires de Magnence, à la tête d'une troupe d'élite, l'atteignit au pied des Pyrénées. Abandonné de tous les siens, excepté d'un seul Franc, nommé Lamogaise, qui vendit chèrement sa vie pour détendre son maître, Constant fut massacré la treizième année de son règne, à l'âge d'environ 30 ans. Nous avons des médailles de cet empereur.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 9 - Page 75)


Un lien vers cette page se trouve dans la page suivante :



Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte