Vous êtes ici : Biographies & portraits | D | Diodore d'Antioche, évêque de Tarse (IVème siècle)

Diodore d'Antioche, évêque de Tarse (IVème siècle)

© France-Spiritualités™




Biographie universelle ancienne et moderne

      Diodore d'Antioche, évêque de Tarse, et métropolitain de la première Cilicie, embrassa d'abord la vie ascétique, et eut pour disciples saint Jean Chrysostome, Maxime, depuis évêque de Séleucie, et Théodore qui fut évêque de Mopsueste. Diodore était si panvre, qu'il ne possédait sur la terre ni maison, ni table, ni lit. Ses amis le nourrissaient. Il avait étudié dans Athènes la philosophie, la rhétorique, et il donnait tout son temps à l'étude et à la prière. Il se prononça fortement pour la foi de Nicée, pendant les deux persécutions des ariens, sous Constance et sous Valens. L'empereur Julien s'emporta violemment contre lui dans une lettre, écrite en l'an 362, à l'hérésiarque Photin, qu'il louait de nier la divinité de J.-C. Diodore était alors prêtre de l'église d'Antioche. Il gouverna cette église quand Valens exila son évêque (saint Mélèce), en 370.

      Elevé sur le siège de Tarse, Diodore assista au concile général de Constantinople, en l'an 381. Ce fut lui qui désigna Nectaire pour être patriarche de cette ville. En 382, les Orientaux cessèrent de communiquer avec Diodore, parce qu'il avait ordonné Flavien, patriarche d'Antioche.

      Il mourut dans la communion de l'Eglise, et laissa une grande réputation dans tout l'Orient. Il avait écrit des commentaires sur presque toute l'Ecriture Sainte, en s'attachant au sens littéral : on en trouve des fragments dans les Chaînes des Pères grecs. On dit, mais peut-être sans fondement, que la réjection du sens allégorique avait conduit Diodore à nier les prophéties sur J.-C. Il avait aussi écrit un livre sur la Trinité, un contre les apollinaristes, un contre le Destin et les Astrologues, quelques autres traités et beaucoup de lettres. Tous ces ouvrages sont perdus. Saint Jean Chrysostome, saint Basile, saint Athanase et le premier concile de Constantinople, ont loué les vertus de Diodore et son zèle pour la foi. Cependant saint Cyrille le regarde comme le précurseur de Nestorius, et l'appelle l'ennemi de la gloire de J.-C. ; mais saint Cyrille paraît s'être trompé.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 11 - Page 82)


Un lien vers cette page se trouve dans la page suivante :



Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2021  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte