Vous êtes ici : Biographies & portraits | J | Josselin de Courtenay / Josselin Ier (? - 1131)

Josselin de Courtenay / Josselin Ier

(? - 1131)
Prince de Tibériade de 1115 à 1131 - Comte d'Edesse de 1118 à 1131
© France-Spiritualités™




Biographie universelle ancienne et moderne

      Josselin de Courtenay, d'une des plus illustres et des plus anciennes maisons de France, prit la croix en 1101, et suivit Etienne de Blois dans la Palestine. Baudouin, comte d'Edesse, son cousin, lui abandonna la souveraineté de plusieurs villes sur les bords de l'Euphrate, et il se réunit aux autres princes francs pour attaquer Charan dans la Mésopotamie. La mésintelligence des chefs fit échouer cette expédition, et Josselin, resté au pouvoir des Sarrasins, fut mené captif à Mossoul : il ne parvint qu'au bout de cinq ans à s'échapper de prison, et il revint dans ses Etats, où ses sujets le revirent avec une grande joie. Mais l'amitié que Baudouin lui avait témoignée jusqu'alors ne tarda pas à se refroidir, et il fut forcé de se réfugier dans le royaume de Jérusalem, où il obtint, en 1115, la principauté de Tibériade. Il fit taire le ressentiment qui l'animait contre le comte d'Edesse, et détermina les barons à reconnaître celui-ci pour le successeur de Baudouin Ier, roi de Jérusalem. Le comte, par reconnaissance, lui transmit ses droits sur la ville d'Edesse et ses dépendances.

      Josselin, quelque temps après, attaqué par les Turcs, tomba en leur pouvoir ; le roi de Jérusalem, en volant à son secours, éprouva le même sort : mais Josselin ayant brisé ses fers, courut à Jéusalem, rassembla des troupes, battit les infidèles, et eut le bonheur de faire rendre la liberté à Baudouin. Il se signala dès lors par une foule d'exploits brillants, et, tant qu'il vécut, l'Euphrate fut une barrière que les Turcs ne franchirent pas impunément.

      Tandis que Josselin pressait le siège d'un château près d'Alep, une tour, en s'écroulant à côté de lui, le couvrit de ses ruines : le vieux guerrier fut transporté mourant à Edesse ; mais quelques jours après on vint lui annoncer que le sultan d'Iconium, instruit du danger qu'il courait, assiégeait une de ses places fortes. Josselin, sur-le-champ, ordonna à son fils d'aller repousser l'ennemi, et voyant qu'il balançait de lui obéir, il se fit porter à la tête de ses soldats dans une litière. En approchant de la ville assiégée, il apprit que les Turcs venaient de se retirer, et alors, levant les yeux au ciel comme pour le remercier de la fuite des Sarrasins, il expira au milieu de ses fidèles guerriers, en l'an 1131 (Voyez l'Histoire des Croisades, par Michaud, t. 2, p. 101).  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 21 - Page 217)



Dictionnaire universel d'histoire et de géographie de Bouillet

      Josselin, sire de Courtenay, accompagna en Palestine Baudouin II, son cousin, reçut de lui la principauté de Tibériade (1115) et lui succéda dans le comté d'Edesse (1118).

      Il mourut en 1131, après s'être signalé par une foule d'actions héroïques.  Marie-Nicolas Bouillet, Dictionnaire universel d'histoire et de géographie, 20ème édition (1866), p. 969.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2020  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte