Vous êtes ici : Biographies & portraits | R | Ricimer (? - 18 septembre 472)

Ricimer

(? - 18 septembre 472)
© France-Spiritualités™




      Ricimer, général romain, d'origine suève et du sang royal, était par sa mère le petit-fils de Vallia, roi des Goths. Dès sa jeunesse, il signala sa valeur et parvint rapidement aux premiers emplois militaires. Chargé par l'empereur Avitus, en 456, de poursuivre la flotte des Vandales (1), il l'atteignit sur les côtes de l'île de Cors et la détruisit entièrement. A son retour en Italie, il fut accueilli comme un libérateur, profita de la faveur publique pour dépouiller de la pourpre Avitus et le contraignit à abdiquer. Après un interrègne de dix mois, il consentit enfin à l'élection de Majorien, l'un de ses compagnons d'armes. Ricimer, que le sénat avait décoré du titre de patrice, fut comblé de faveurs par un prince qui lui devait l'empire.

      En 458, il tailla en pièces l'armée des Vandales dans la Campanie, et l'année suivante il fut créé consul. Peu de temps après, Majorien conclut avec Genseric une paix avantageuse ; et ce prince, qui joignait les vues d'un politique aux talents d'un capitaine, allait peut-être relever le trône des Césars, quand Ricimer, craignant de voir sa gloire éclipsée par celle de Majorien, le fit déposer et mettre à mort. Alors il donna le trône à Libius Sévère, dont la nullité ne pouvait lui causer aucun ombrage. Sous ce fantôme de souverain, Ricimer fut réellement le chef de l'empire ; il accumula des trésors, eut une armée à lui, fit des traités particuliers, et exerça en Italie l'autorité indépendante qu'eurent depuis successivement Odoacre et Théodoric. En 463, il remporta la victoire la plus complète sur les Alains, qui s'étaient avancés jusqu'au pied des Alpes Juliennes, tua Beorgor, leur chef, et fit égorger tous ses soldats.

      L'Italie gémissait depuis six ans sous la tyrannie de Ricimer, quand l'empereur Léon Ier éleva sur le trône d'Occident, en 467, Anthemius, sous la condition secrète qu'il prendrait Ricimer pour gendre. Malgré les honneurs dont était comblé l'ambitieux Suève, il ne pouvait voir l'Italie en paix ; et, par une politique méprisable, il tenta de susciter des ennemis à son beau-père parmi les barbares. Anthemius lui témoigna son mécontentement, et Ricimer, quittant Rome aussitôt, fixa sa résidence à Milan. Ainsi, selon la remarque de Gibbon, l'Italie fut alors divisée en deux royaumes indépendants et jaloux. Les Liguriens, craignant de voir éclater la guerre civile, supplièrent Ricimer de se réconcilier avec son beau-père. Il y consentit, et le pieux évêque de Pavie, Epiphane, se chargea de cette négociation. Cet accord ne fut pas de longue durée. L'empereur Léon, pour rendre la paix à l'Orient, avait fait assassiner Aspar et Adubenius, deux de ses sujets les plus puissants. Ricimer, craignant qu'Anthemius ne lui préparât le même sort, résolut de le prévenir. Ayant augmenté son armée d'un corps nombreux de Bourguignons et de Suèves, il vint assiéger son beau-père dans Rome. Lorsqu'il apprit que Léon envoyait au secours d'Anthemius plusieurs légions, il fit proclamer empereur Olybrius, leur chef, battit ensuite les troupes d'Anthemius, qu'il fit égorgé, et il livra Rome au pillage, à part les deux quartiers en deça du Tibre qu'occupaient ses partisans.

      Ricimer ne put jouir de ce nouveau crime ; il mourut le 18 septembre 472, quarante jours après Anthemius. Fier et ambitieux, Ricimer, que sa naissance excluait du trône, ne voulut avoir de maîtres que de son choix, et, pour y parvenir, tous les moyens lui parurent justifiés par le succès. C'était d'ailleurs un prince doué des qualités les plus brillantes. L'historien des Goths, Jornandès, le met au-dessus de tous les capitaines de l'Italie, Sidoine Apollinaire, qui lui donne le titre d'Invincible, le regardait comme l'égal de la plupart des héros de Rome. On peut consulter l'Histoire des empereurs, par Tillemint, tome 6, et l'Histoire de la décadence par Gibbon, chap. 36.


__________________________________________________________________________________________________
(1)  Cette flotte n'était composée que de six galères que Genséric avait envoyées de Carthage, mais les Romains n'avaient point alors de marine, et c'est ce qui expliqua la joie que leur causa la victoire de Ricimer.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 35 - Pages 671-672)




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte