Vous êtes ici : Biographies & portraits | T | David Téniers, dit le Vieux (1582, à Anvers - 1649, àAnvers)

David Téniers, dit le Vieux

(1582, à Anvers - 1649, àAnvers)
Peintre flamand
© France-Spiritualités™




Biographie universelle ancienne et moderne

      David Téniers, dit le Vieux, peintre flamand, né à Anvers en 1582, fut d'abord élève de Rubens et commença par faire de grands tableaux, qui eurent quelque succès ; mais s'étant rendu à Rome pour s'y perfectionner dans la peinture historique, il se lia d'amitié avec Adam Elzheimer, dit Tedesco, dont les ouvrages, parfaits dans leur petit genre, avaient alors la vogue ; et, loin de s'exercer dès lors dans le grand style, il ne peignit plus guère que des figures de petite proportion. De retour à Anvers après dix années d'absence, il s'appliqua à peindre la nature flamande dans sa grotesque naïveté, et il réussit particulièrement à représenter des scènes villageoises. On a de lui des réunions de buveurs et de fumeurs, des charlatans, des laboratoires de chimie, des intérieurs de ménages rustiques, etc. Le sentiment des mœurs locales et le costume y sont scrupuleusement observés.

      Son dessin a de la correction ; sa touche est ferme et spirituelle ; et les amateurs dont le goût est le plus exercé distinguent difficilement ses ouvrages de ceux de son fils, David Téniers, dit le Jeune, qui a néanmoins plus de célébrité. C'est ainsi que le tableau du musée du Louvre, représentant un joueur de cornemuse, avait été longtemps mis sous le nom de Téniers le Vieux dans les catalogues, et qu'aujourd'hui même les plus habiles connaisseurs sont encore partagés de sentiment à cet égard. Ceux qui se vantent d'une sagacité toute particulière motivent ainsi la différence qu'ils croient saisir entre les deux Téniers : le père, suivant eux, a un peu moins de finesse dans la touche et de fraîcheur dans le coloris. Ses ordonnances sont moins belles, ses attitudes ne sont pas d'un aussi bon choix ; mais, d'un autre côté, « il se pourrait bien qu'il emportât sur son fils par la force et la chaleur du ton. » On sait le degré de confiance que méritent en général ces sortes de parallèles. Les seuls tableaux de Téniers le Jeune qui ne puissent réellement donner lieu à aucune méprise sont ceux qu'il fit du vivant de son père ; ils portent presque tous cette indication : David Téniers junior. En dernier résultat, si le peintre qui est l'objet de cet article est placé moins haut que Téniers le Jeune dans l'estime des amateurs, c'est peut-être par l'effet d'un de ces nombreux préjugés dont on s'explique difficilement la cause ; et il est certain, du moins, que le père a eu le mérite d'inventer sa manière, dont le fils n'a été ensuite que le très habile imitateur.

      Téniers le Vieux mourut dans sa ville natale, en 1649, âgé de 67 ans.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 41 - Page 141)


Un lien vers cette page se trouve dans la page suivante :



Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte