Vous êtes ici : Biographies & portraits | T | Théodoric Ier Roi des Visigoths de 418 à 451

Théodoric Ier

Roi des Visigoths de 418 à 451
(? - 451, aux champs catalauniques)
© France-Spiritualités™




      Théodoric Ier (1), roi des Goths ou Visigoths, était fils du grand Alaric (2). Le courage qu'il avait montré dans diverses occasions et ses qualités brillantes le firent choisir, en 419 ou 420, pour succéder à Vallia, le fondateur de la monarchie des Goths dans les provinces méridionales de la France.

      Jaloux d'agrandir ses Etats (3), Théodoric vint, en 426, assiéger Arles, ville alors très florissante et le centre du gouvernement des Romains dans les Gaules. L'habileté d'Aétius empêcha la prise d'Arles ; cependant, il crut devoir acheter la retraite des Goths par la concession de nouveaux avantages. Théodoric n'avait point abandonné le projet de reculer ses limites jusqu'au Rhône. Il profita de l'embarras des Romains, occupés par la guerre contre les Bourguignons, et vint, en 436, assiéger Narbonne. Le comte Litorius reçut l'ordre de secourir cette ville, dont les habitants éprouvaient toutes les horreurs de la famine. Trompant la vigilance du roi des Goths, il y fit entrer un corps nombreux de cavalerie, dont chaque homme portait sur son cheval deux sacs de farine. Avitus, lié depuis longtemps avec Théodoric, vint le trouver dans son camp pour l'engager à se retirer. Le roi des Goths ne voulut point y consentir ; mais ayant été battu par Litorius, il fut forcé de se replier jusque sous les murs de Toulouse. Le général romain poursuivit les Goths, qu'il se flattait d'exterminer ; il rejeta toutes les conditions que Théodoric lui fit offrir par les évêques pour obtenir la paix. Théodoric fondit alors sur les Romains, les tailla en pièces et fit Litorius pisonnier. Cette victoire, qui sauva la monarchie des Goths fut attribuée dans ce temps aux prières de saint Orens ou Orientius, évêque d'Auch. Les Goths, animés par l'ambition et par la vengeance, seraient venus planter leurs étendards sur les rives du Rhône, si le retour d'Aétius ne les eût arrêtés, et les deux généraux signèrent sur le champ de bataille une paix dont Orientius fut le négociateur.
      Théodoric, par le mariage d'une de ses filles avec le fils aîné de Genseric, avait resserré les nœuds qui unissaient les Goths et les Vandales. Genseric soupcçonnant à sa belle-fille le dessein de l'empoisonner pour placer son mari sur le trône, la fit mutiler horriblement et la renvoya. Théodoric ne pouvait laisser un tel affront impuni, et les Romains, intéressés à fomenter les discordes entre les barbares, auraient aidé les Goths à faire la guerre aux Vandales, si Genseric n'eût détourné l'orage qui le menaçait en flattant l'ambition d'Attila de la conquête des Gaules. Théodoric, séduit par les promesses trompeuses du roi des Huns, ne mit d'abord aucun obstacle à ses projets d'envahissement ; mais Avitus l'ayant éclairé sur la perfidie d'Attila, il n'hésita plus à se joindre aux Romains pour l'arrêter dans sa marche. Il concourut, avec Aétius, à sauver Orléans du pillage et de l'incendie. Les Romains et les Goths poursuivirent Attila, l'atteignirent sur les bords de la Marne, dans les plaines déjà signalées par la victoire d'Aurélien sur Tetricus et qui devaient l'être encore par une des batailles les plus sanglantes dont l'histoire fasse mention (voyez Attila). Théodoric, qui avait le commandement de l'aile droite, courait de rang en rang pour animer ses soldats, lorsqu'il tomba, percé d'un dard, sous les pieds des chevaux. Son corps fut retrouvé sous un monceau de cadavres, et ses funérailles furent célébrées avec toute la pompe militaire, à la vue du camp ennemi. Ce prince avait occupé le trône avec gloire pendant trente-deux ans. Thorismond, l'aîné de ses six fils, fut son successeur (4).


__________________________________________________________________________________________________
(1)  Les anciens auteurs varient beaucoup sur le nom de ce prince, qu'ils appellent Theudo, Théodora, Théodorit et Théodoride.

(2)  C'est Gibbon qui, le premier, a établi la filiation des rois goths, d'après un passage du panégyrique d'Avitus, par Sidoin Apollinaire. Voyez l'Histoire de la décadence de l'empire romain, chap. 36. On a profité des détails recueillis par Gibbon pour la rédaction de cet article.

(3)  On peut consulter, sur l'étendue et les limites du royaume des Goths, une Dissertation de Mandajors dans le Recueil de l'Académie des Inscriptions, t. 8, pp. 430-450.

(4)  Thorismond fut élu roi par les Visigoths sur le champ de bataille de Méry-sur-Seine, où il s'était distingué, ainsi que son frère Théodoric. Ces deux princes et leurs frères avaient eu le rhéteur Avitus pour maître de grammaire et d'éloquence. Thorismond, après deux ans de règne, fut assassiné, en 454, par ses frères Théodoric et Frédéric (voyez Théodoric II).  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 41 - Pages 275-276)


Un lien vers cette page se trouve dans les pages suivantes :



Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte