Vous êtes ici : Biographies & portraits | Abad III Mohammed Al Motamed A L'Allah Ben (? - 1075)

Abad III

Mohammed Al Motamed A L'Allah Ben (? - 1075)
Troisième et dernier roi maure de Séville de 1068 à 1075
© France-Spiritualités™




Biographie universelle ancienne et moderne

      Abad III, petit-fils d'Abad Ier, succéda, en l'an 461 de l'hégire (1068), à son père, Abou-Amlrou, roi de Séville. Abad unissait à l'éclat de la puissance souveraine toutes les qualités de l'esprit et du cœur, un goût éclairé pour les beaux-arts, et surtout pour la poésie qu'il cultivait avec succès. A peine fut-il monté sur le trône qu'il rassembla une armée considérable, reprit Cordoue, s'empara de Malaga et de Murcie, et fit aux chrétiens une guerre longue et active. Maître de Séville et de l'ancienne Cordoue, de l'Estramadure et d'une partie du Portugal, Abad passait pour le plus formidable des rois maures d'Espagne, et le seul qui pût inquiéter la Castille, déjà puissante à cette époque. Humain et généreux, il s'empressa de donner asile dans ses Etats à Garcie, roi de Galice, que ses sujets avaient laissé sans appui contre un frère ambitieux.

      Alphonse VI, roi de Castille, après avoir fait la guerre à Abad, rechercha son alliance, et obtint en mariage sa fille Zaïdah, avec plusieurs places importantes pour dot. Cet hymen causa la chute d'Abad. Les petits rois maures, ses voisins et ses tributaires, alarmés de son alliance avec un prince chrétien, sollicitèrent l'appui de Youçouf-Tachefyn, roi du Maroc. Celui-ci vint attaquer Alphonse, et le défit en bataille rangée ; de là, tournant ses armes contre le roi de Séville, son ancien allié, il lui enleva Cordoue, et assiégea sa capitale. Il se préparait à donner l'assaut, lorsque Abad vint se mettre, avec ses enfants, à la discrétion du vainqueur. Tachefyn le fit charger de chaînes, et l'envoya dans une prison en Afrique, où ses filles furent obligées de travailler de leurs mains pour le nourrir. L'infortuné monarque vécut quatre ans dans cette situation.

      On a de lui des poésies composées durant sa captivité ; il y consolait ses filles, rappelait sa grandeur passée, et se donnait en exemple aux rois qui osent compter sur la fortune. En lui finit la dynastie des Abadytes, qui avait régné 60 ans sur l'Andalousie.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 1 - Page 9)



Dictionnaire Larousse du XIXème siècle

Abad III, fils d'Abad II, auquel il succéda en 1069, mort en 1075. Il soutint de sanglantes guerres contre les chrétiens et devint le plus puissant des princes maures de l'Espagne ; ceux-ci se liguèrent à la fin contre lui et le détrônèrent, pour le punir d'avoir marié une de ses filles au roi de Castille, Alphonse VI. Il fut relegué en Afrique, où il mourut. Il cultivait la poésie.  Dictionnaire Larousse du XIXème siècle - Volume I (1856), p. 8.


Un lien vers cette page se trouve dans la page suivante :



Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2020  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte