Vous êtes ici : Biographies & portraits | Achab, roi d'Israël (? - -898 ?)

Achab, roi d'Israël

(? - -898 ?)
© France-Spiritualités™




Biographie universelle ancienne et moderne

      Achab, roi d'Israël, fils et successeur d'Amri. Pendant son règne, qui fut de 22 ans, il surpassa en impiété tous ses prédécesseurs. Jézabel, son épouse, fille du roi de Sidon, femme impérieuse et cruelle, le persuada d'élever un temple à Baal, d'offrir des sacrifices à cette divinité, et de consulter les oracles dans les bois consacrés aux faux dieux. Elie, chargé par le Seigneur irrité d'annoncer à Achab que tout son royaume serait frappé de trois ans de stérilité, fut exposé à ses persécutions, ce qui n'empêcha pas ce prophète de se présenter de nouveau devant le roi d'Israël, pour lui rappeler ses crimes et lui en prédire la punition. Ce fut en vain que ces tristes présages furent accompagnés de prodiges éclatants. Rien ne put toucher le cœur d'Achab, ni le feu du ciel, descendu à la prière d'Elie, pour consumer la victime de ce prophète, sous les yeux de huit cent cinquante prêtres de Baal, appelés pour faire éclater la gloire de leur dieu, et qui furent massacrés par le peuple, ni les deux victoires qu'Achab remporta, avec une poignée de soldats, sur Bénadab, roi de Syrie, qui était venu mettre le siège devant Samarie avec une armée nombreuse.

      Achab, dont les succès augmentèrent l'orgueil, poursuivit le cours de ses injustices, et, toujours excité par Jézabel, fit mourir Naboth, pour s'emparer de sa vigne et la réunir à ses jardins. Depuis ce temps, la vigne de Naboth est devenue parmi les Juifs un proverbe pour signifier une action injuste. Ce crime mit le comble à ceux dont le roi s'était déjà rendu coupable. Un prophète lui annonça qu'il en serait incessamment puni dans sa personne, dans sa famille et dans tout son peuple ; mais Achab détourna cet orage par sa pénitence. La vengeance dont il avait été menacé fut différée jusqu'après sa mort, et tomba sur Ochosias, son fils et son successeur. Achab n'en fut pas plus docile à la voix de Dieu ; et ayant voulu déclarer la guerre au roi de Syrie, contre l'avis du prophète, qui lui prédit qu'il périrait dans le combat, il crut pouvoir éluder cette prédiction en se déguisant ; mais ce stratagème fut inutile, et une flèche lancée au hasard lui donna la mort, en l'an 898 avant J.-C. Il fut enseveli à Samarie, et des chiens léchèrent son sang, dans le lieu même où ils avaient léché celui de Naboth. Achab avait fait rétablir plusieurs villes et construire un palais tout garni d'ivoire.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 1 - Page 413)



Dictionnaire M. Bescherelle

[De l'hébreu frère du père] Histoire sainte
Roi d'Israël, fils et successeur d'Amri, fut l'un des princes les plus impies qui aient occupé le trône de Samarie depuis la séparation des tribus. Il épousa Jézabel, femme impérieuse et cruelle ; persécuta le prophète Elie ; s'empara de la vigne de Naboth ; perdit la vie dans un combat contre les Assyriens, en l'an 898 avant J.-C.  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume I (A-F) (1856), p. 53.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2020  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte