Vous êtes ici : Biographies & portraits | Athelstan / Adelstan (377 - 408)

Athelstan / Adelstan

(377 - 408)
© France-Spiritualités™




      Adelstan, ou Athelstan, 8ème roi d'Angleterre, de la dynastie saxonne. Fils naturel d'Edouard l'Ancien, l'amour et les suffrages du peuple le portèrent sur le trône en 925, de préférence à ses deux frères qui, rendant eux-mêmes justice à son mérite, le laissèrent régner paisiblement. Il remplit l'espérance qu'on avait conçue de lui. Dans ces temps où l'on voyait peu de vertus sans tache et peu de héros qui ne fussent trop souvent barbares, Adelstan est cité pour n'avoir jamais répandu que le sang de ses ennemis, à la tête de ses armées et dans des guerres justes. Un seigneur anglais conspira contre lui, fut découvert et légalement convaincu ; sa seule punition fut d'être exilé du pays qu'il avait voulu troubler. Les Danois de Northumbrie, ou Northumberland, voulurent se détacher de la domination anglaise, et rétablir ce royaume, qui avait été un des sept de l'heptarchie : ils furent défaits. Les vaincus, conduits par leur chef Amlaff, fils de Sitrick, se réfugièrent en Ecosse, et engagèrent dans leur parti Constantin, roi de cette contrée, qui, oubliant ses traités avec Adelstan, fondit à l'improviste sur les provinces anglaises, et y porta d'abord les ravages et la désolation. Adelstan courut arrêter ce torrent, déconcerta les ruses de la perfidie, et, dans les plaines de Bromfeld, força ses ennemis d'en venir à une bataille rangée, qui dura trente heures, tant la nuit que le jour. Il s y conduisit en héros, et sa valeur puisait encore de nouvelles forces dans la justice de sa cause, « invoquant en même temps, disent les historiens, le Dieu des batailles et le vengeur des parjures. » Il fut exaucé : la victoire se déclara enfin pour lui, et fut décisive. Cinq rois ou chefsécossais, irlandais, gallois, furent trouvés morts sur le champ de bataille parmi des milliers de leurs soldats. Adelstan, poursuivant sa course, conquit toute l'Ecosse, et, content d'avoir fait sentir sa puissance au prince qui l'avait bravée, il lui rendit ses Etats, en disant « qu'il est plus glorieux de faire des rois que de les détrôner. » Il marcha aussitôt contre les princes de Galles et de Cornouailles, qui étaient entrés dans la ligue des Danois, dompta leur férocité, rendit les uns tributaires, et réduisit les autres à s'enfermer dans leurs cavernes et leurs mines d'étain.

      Adelstan, désormais sans ennemi et sans rival, couvert de gloire, et d'une gloire pure, en chercha une plus douce encore dans ses sois criminels pour assurer le bonheur de son peuple. Il renouvela et perfectionna les lois de son père, et se montra infatigable dans sa vigilance pour préserver ses sujets des attentats du crime, et clément jusque dans les peines qu'il infligeait aux coupables. Après un règne trop court, qui n'avait duré que 16 ans, il mourut en 941, adoré de ses peuples, respecté des étrangers et laissant l'Angleterre dans la paix et l'abondance. Les historiens ont célébré les présents que son beau-frère Hugues le Grand lui envoya en demandant sa sœur Ogine. Parmi ces dons, ils ont distingué l'épée de l'empereur Constantin, au pommeau de laquelle était enchâssé un des clous et la vraie croix ; une couronne d'or enrichie de diamants, qui avait été sur le front de Charlemagne ; la lance dont ce monarque s'était servi, et la bannière de saint Maurice, qu'il avait fait porter devant lui dans ses batailles contre les Sarrasins. Adelstan eut pour successeur son frère Edmond, l'aîné des fils légitimes d'Edouard l'Ancien. (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 1 - Pages 170-171)




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte