Vous êtes ici : Biographies & portraits | Jacques IV d'Ecosse (17 mars 1473, au château de Stirling, en Ecosse - 09 septembre 1513, à Flodden Field, dans le Northumberland)

Jacques IV d'Ecosse

(17 mars 1473, au château de Stirling, en Ecosse - 09 septembre 1513, à Flodden Field, dans le Northumberland)
Roi d'Ecosse de 1488 au 09 septembre 1513
© France-Spiritualités™




Biographie universelle ancienne et moderne

      Jacques IV, roi d'Ecosse, « était né brave et généreux, dit Robertson ; il éprouvait fortement toutes les passions qu'une âme noble peut ressentir dans le feu de la jeunesse. Il aimait la magnificence ; il se plaisait à la guerre ; il était avide de se faire un nom. Sous son règne, l'ancienne inimitié, devenue comme héréditaire entre le roi et la noblesse, parut entièrement cessée. » Constamment dévoué aux intérêts de la France, il semblait ne vouloir profiter de la tranquillité intérieure que pour prouver à l'antique alliée de son pays son empressement à combattre leur ennemi commun, l'Angleterre. Il ne fit néanmoins aucune démonstration hostile durant la guerre éphémère qui éclata en 1492 entre les deux royaumes ; mais, sur la recommandation de Charles VIII, aidée de celle de Maximilien Ier, il accueillit Perkin, lui fit épouser Catherine Gordon, fille du comte de Huntley et alliée à la famille royale, leva une armée et entra en Angleterre pour soutenir les prétendus droits de son protégé (voyez Henry VII). Personne, à sa grande surprise, n'ayant remué en faveur de ce dernier, qui avait cependant publié un manifeste, Jacques repassa la frontière, et ensuite écouta les propositions de Henry VII pour faire la paix, refusant néanmoins de livrer l'homme qui était venu implorer sa protection. Il lui conseilla de se retirer pour éviter tout prétexte de guerre, répondit avec une noble fierté aux diverses demandes des Anglais, et finit par conclure une trêve qui ne fut suivie d'une paix réelle qu'en 1505, par le mariage de Jacques avec Marguerite, fille de Henry.

      Cette alliance se négociait depuis trois ans, et le roi d'Angleterre mettait d'autant plus d'empressement à la conclure, qu'il espérait par là voir disparaître à jamais les sujets de discorde entre les deux royaumes. Sa perspicacité, qui avait prévu bien d'autres avantages de cette union, se trouva pourtant en défaut sur ce point ; car Jacques, voyant, en 1515, Henry VIII faire des préparatifs pour attaquer la France, se mit en mesure d'opérer une diversion. Indépendamment de la jalousie contre les Anglais, naturelle à la nation écossaise, Jacques céda aussi, dans cette circonstance, aux invitations d'Anne de Bretagne, femme de Louis XII. Dans tous les tournois, il s'était déclaré son chevalier ; elle le somma de prendre sa défense : il obéit à cet appel, malgré les remontrances de la reine et de ses plus sages conseillers. Il envoya d'abord une escadre pour défendre les côtes de France ; et ensuite, méprisant l'excommunication lancée par le pape contre les adhérents de Louis XII, il rassembla une armée de cinquante mille hommes, avec laquelle il envahit le Northumberland : mais au lieu de poursuivre ses succès avec activité pendant l'absence des ennemis, il perdit son temps au château de Ford, dont la dame lui avait inspiré la plus vive passion. Bientôt ses troupes souffrirent de la disette. Le défaut de discipline se fit sentir, un grand nombre de soldats se retirèrent dans leurs foyers. Cependant l'armée anglaise, commandée par le comte de Surrey, s'était avancée jusqu'à la rivière de Till, qu'elle passa : le 9 septembre, on en vint aux mains près de Flowden. Les Ecossais eurent d'abord des succès ; mais le désordre se mit dans leurs rangs, et les Anglais restèrent maîtres du champ de bataille. Le nombre des morts fut à peu près égal des deux côtés, avec cette différence que les Anglais perdirent très peu de personnes de marque, tandis que la fleur de la noblesse d'Ecosse périt dans cette journée en combattant auprès de son roi, et ce prince lui-même y laissa la vie.

      Malgré les recherches les plus exactes, on ne put retrouver son corps. Les Anglais en rencontrèrent un qui lui ressemblait ; ils le mirent dans un cercueil de plomb et l'envoyèrent à Londres, où l'on n'osa pas l'enterrer, parce que Jacques était mort excommunié. Henry obtint ensuite qu'on lui donnât l'absolution. Les Ecossais soutinrent que ce corps était celui du chevalier Elphinston, qu'on avait revêtu d'une armure semblable à celle du roi, afin de faire prendre le change à l'ennemi. On suppose que ce prince avait été tué au passage de la Tweed, par les vassaux d'un de ses généraux, lord Home. Le peuple s'imagina que Jacques était parti pour la terre sainte, afin d'accomplir un vœu, et qu'il reviendrait prendre possession du trône. Cette idée absurde fut en vogue pendant très longtemps.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 20 - Pages 491-492)



Dictionnaire encyclopédique d'histoire, de biographie, de mythologie et de géographie

      Jacques IV, roi d'Ecosse, fils de Jacques III d'Ecosse, né en 1473, roi en 1488, mort en 1513, se montra brave et généreux ; il gagan la confiance et l'amitié des nobles. Allié des Français, il soutint Perkins Warbeck contre Henry VII, et obtint, à la paix de 1503, la main de Marguerite, fille du roi anglais. Il gouverna avec sagesse et intelligence.

      En 1513, excité à la guerre par Louis XII et par Anne de Bretagne, qui le nommait son chevalier, il envahit l'Angleterre ; il fut complètement vaincu et tué à Flowden.  Louis Grégoire, Dictionnaire encyclopédique d'histoire, de biographie, de mythologie et de géographie, nouvelle édition (1880), p. 1045.



Dictionnaire universel d'histoire et de géographie de Bouillet

      Jacques IV, fils de Jacques III d'Ecosse, lui succéda à 16 ans, en 1488, défit les nobles révoltés, fit la guerre à Henry VII et à Henry VIII, rois d'Angleterre, se ligua avec Louis XII contre les Anglais, et fut tué à la bataille de Flodden, livrée à Henry VIII (1513).

      Il avait épousé en 1503 Marguerite, fille du roi d'Angleterre, Henry VII ; ce mariage donna naissance aux droits de Jacques VI d'Ecosse sur la couronne d'Angleterre.  Marie-Nicolas Bouillet, Dictionnaire universel d'histoire et de géographie, 20ème édition (1866), p. 945.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2017  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte