Vous êtes ici : Dictionnaire fs | Anatomie & Médecine | I | Idiotisme

Idiotisme

© France-Spiritualités™



Ce contenu est également classé dans le menu Dictionnaire >> Linguistique, Littérature & Poésie

Dictionnaire M. Bescherelle

Substantif masculin [Du grec propre, particulier]
Signifie chez les Grecs, Locution familière, expression triviale, en usage dans les classes inférieures de la société. Sénèque donne ce sens au mot idiotisme, et Longin a écrit un chapitre sur les Idiotismes, dans lequel il nous montre comment les termes les plus simples, les plus bas, sont parfois ceux qui donnent le plus de force et d'élévation au discours.

Idiotisme :
Désigne aujourd'hui les tours particuliers à chaque langue, ou, ce qui est la mon chose, les différents cas dans lesquels une langue s'écarte des lois de la grammaire générale. Les idiotismes prennent le nom de héllénisme, latinisme, gallicisme, italianisme, etc., selon que les tours appartiennent au grec, au latin, au français ou à l'italien. Ce sont les espèces dont le mot idiotisme désigne le genre.

Idiotisme : Par extension
Façon de parler, tour, expression qui est particulière aux provinces d'une même nation, et qui s'écarte des lois de la grammaire de cette nation.
Idiotismes gascons, picards, normands.

Idiotisme :
Souvent on a considéré les idiotismes comme des bizarreries de langage qui résistent à l'analyse philosophique ; comme des singularités exceptionnelles et accidentelles, dont il faut désespérer de rendre compte, et que l'on doit se borner à constater. Nous avons dit ailleurs que l'esprit d'une nation se traduisait en tout dans son langage, nous dirons ici que c'est dans son esprit qu'il faut conséquemment chercher les raisons de son langage. Et, en effet, ces formes de telle race, de telle nation, de telle tribu, comme les formes générales du caractère de l'humanité. Ceci explique pourquoi les idiotismes se rencontrent de préférence dans le style familier, dans la conversation, dans langage du peuple. Ils répandent dans le discours je ne sais quoi de naïf et d'original, dont Pascal, Molière, Sévigné, Voltaire, ont su tirer tant d'avantages pour la langue française. Mais voilà pourquoi aussi ils offrent aux étrangers des difficultés presque insurmontables.

Idiotisme :
Dans le sens moral il signifia chez les Grecs, Simplicité rustique, et par extension, Ignorance, imbécillité. Chez nous, il veut dire dans le langage ordinaire, Stupidité, imbécillité.
Tel était l'excès de leur idiotisme, qu'au crime du monde le plus incertain, ils joignaient les peines les plus incertaines. (Montesquieu)

Idiotisme :
La pathologie s'en empara et le définit plus rigoureusement, Maladie ou imperfection de l'homme, dans laquelle les facultés de l'esprit ne sont jamais manifestées ou n'ont pu se développer que d'une manière très imparfaite.

Idiotisme :
Espèce d'aliénation mentale caractérisée par l'oblitération plus ou moins complète des fonctions de l'entendement et des affections morales.
L'idiotisme succède fréquemment à la mélancolie et à la manie ; d'autres fois, il est symptomatique d'une lésion organique survenue après la naissance (Jourd.)
L'idiotisme est ou devient souvent stationnaire. (Jourd.)
L'idiotisme est généralement incurable. (Jourd.)
Mais en ce sens on se sert aujourd'hui plutôt du mot idiotie dans les sciences médicales et l'on consacre uniquement le mot idiotisme pour exprimer une locution particulière au génie d'une langue.  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume II (G-Z) (1856), p. 192.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2021  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte DICTIONNAIRE
FS