Vous êtes ici : Dictionnaire fs | Général | C | Conception

Conception

© France-Spiritualités™




Arnauld de Villeneuve

      Morien dit : « La science de notre Magistère est comparable en tout à la procréation de l'homme. Premièrement, le coït. Secondement, la conception. Troisièmement, l'imbibition. Quatrièmement, la naissance. Cinquièmement, la nutrition ou alimentation. » Je vais t'expliquer ces paroles. Notre sperme qui est le Mercure, s'unit à la terre, c'est-à-dire au corps imparfait, appelé Terre-Mère (la terre étant la mère de tous les éléments). C'est là ce que nous entendons par le coït.

      Puis, lorsque la terre a retenu en soi un peu de Mercure, on dit qu'il y a conception. Quand nous disons que le mâle agit sur la femelle, il faut entendre par là que le Mercure agit sur la terre. C'est pourquoi les Philosophes ont dit que notre Magistère est mâle et femelle et qu'il résulte de l'union de ces deux principes.

      Après l'adjonction de l'Eau, c'est-à-dire du Mercure, la terre croît et augmente en blanchissant, on dit alors qu'il y a imbibition. Ensuite le ferment se coagule, c'est-à-dire qu'il se joint au corps imparfait, préparé comme il a été dit, jusqu'à ce que sa couleur et son aspect soient uniformes : c'est la naissance, parce qu'à ce moment apparaît notre Pierre que les Philosophes ont appelée : le Roi, comme il est dit dans La Tourbe des Philosophes : « Honorez notre roi sortant du feu, couronné d'un diadème d'or ; obéissez-lui jusqu'à ce qu'il soit arrivé à l'âge de la perfection, nourrissez-le jusqu'à ce qu'il soit grand. Son père est le Soleil, sa mère est la Lune ; la Lune c'est le corps imparfait. Le Soleil c'est le corps parfait. »

      Cinquièmement et en dernier lieu vient l'alimentation, plus il est nourri, plus il s'accroît. Or, il se nourrit de son lait, c'est à dire du sperme qui l'a engendré au commencement. Il faut donc l'imbiber de Mercure, jusqu'à ce qu'il en ait bu deux parties, ou plus si c'est nécessaire.  Arnauld de Villeneuve, Le Chemin des Chemins (1303).



Dom Antoine-Joseph Pernéty

      Mariage, union qui se fait du volatil et du fixe de la matière des Philosophes pendant qu'elle est en putréfaction. Les Chymistes Hermétiques disent que la conception du fils du Soleil et de leur jeune Roi se fait dans ce temps-là. Ce terme a été employé par comparaison à la naissance de l'homme et des animaux.  Dom Antoine-Joseph Pernety, Dictionnaire mytho-hermétique, Edition de 1758 - Français modernisé par France-Spiritualités.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte DICTIONNAIRE
FS