Vous êtes ici : Dictionnaire fs | Général | I | Inceste

Inceste

© France-Spiritualités™



Dictionnaire M. Bescherelle

Substantif masculin [Du latin in, négation, et castus, chaste]
Conjonction illicite entre parents ou alliés au degré prohibé par la loi.
Commettre un inceste avec sa sœur, avec sa fille.
Il se peut que quelque prince de Perse eût commis un inceste, et qu'on impûtat à la nation entière le crime d'un seul. (Voltaire)
Va chercher des amis dont l'estime funeste
Honore l'adultère, applaudisse à l'inceste.

(Racine)

Inceste spirituel :
Conjonction entre personnes alliées par une affinité spirituelle ou entre le confesseur et sa pénitente.

Inceste spirituel : Droit canonique
Etat du bénéficier qui possède deux bénéfices dont l'un dépend de l'autre.

Inceste : Philosophie hermétique
Union de matières auxquelles les sages ont assigné une parenté imaginaire.

Inceste :
Se dit quelquefois, surtout en poésie, pour incestueux.
Et je me vois enfin, par un mélange affreux,
Inceste et parricide, et pourtant vertueux.

(Voltaire)
Dans ce sens, il est aussi adjectif des deux genres.  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume II (G-Z) (1856), p. 215.



Dom Antoine-Joseph Pernéty

      (Science Hermétique) Les Philosophes disent que le grand œuvre se fait par l'inceste du frère et de la sœur. Les disciples de Pythagore disent (Epître d'Aristée, à la fin de La Tourbe des Philosophes) au Roi des côtes de la mer : Vos sujets n'engendrent point, parce que vous conjoignez les mâles avec les mâles ; et le Roi dit : Quelle chose est convenable à conjoindre ? Aristée répondit : Amenez-moi Gabertin votre fils et sa sœur Beya ; elle est de matière substantielle de Gabertin ; et par leur mariage, nous serons hors de tristesse, et non autrement. Et incontinent que Beya eut accompagné son mari et frère Gabertin, et qu'il fut couché avec elle, il mourut, et perdit sa vive couleur. D'Espagnet, en parlant de ce qui précède cette opération, dit que Beya a pu sans crime, et sans donner atteinte à sa virginité, contracter un amour spirituel avant de donner sa foi à Gabritius, qui est le même que Gabertin, afin d'être plus blanche, plus alerte, et plus propre aux actes du mariage qu'elle doit contracter avec lui.

      Les Adeptes disent aussi que dans cette union du mâle et de la femelle, se trouve l'inceste du père et de la fille, de la mère et du fils ; parce que dans cette opération les corps retournent à leur première matière, composée des éléments et des principes de la Nature, qui semblent s'y confondre.  Dom Antoine-Joseph Pernety, Dictionnaire mytho-hermétique, Edition de 1758 - Français modernisé par France-Spiritualités.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2022  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte DICTIONNAIRE
FS