Vous êtes ici : Franc- maçonnerie | Articles & Interviews | Entrevue avec Denis Labouré Cagliostro et la Franc-Maçonnerie égyptienne... un retour aux sources

Entrevue avec Denis Labouré

Denis Labouré
Cagliostro et la Franc-Maçonnerie égyptienne... un retour aux sources
© France-Spiritualités™



Cagliostro... Hermétisme... Franc-Maçonnerie égyptienne... Arcana Arcanorum... Autant de noms qui évoquent des concepts souvent flous, générateurs de mythes aux parfums volontiers sulfureux.
Pourtant se cache derrière eux une authentique voie de réalisation spirituelle, issue d'enseignements véhiculés par une Tradition qui, si elle a souvent été mise sous le boisseau et calomniée, n'en demeure pas moins vivante.
Denis Labouré, auteur des remarquables Secrets de la Franc-Maçonnerie égyptienne et Cagliostro et la tradition hermétique, invite les Maçons égytiens à revenir aux sources de la Tradition hermétique, par un travail opératif dont Cagliostro a su montrer la voie. Reproduction partielle ou totale interdite sans autorisation écrite.

La Franc-Maçonnerie égyptienne

Denis LabouréFrance-Spiritualités : Denis Labouré, bonjour et merci d'avoir accepté cette entrevue. Pourriez-vous, tout d'abord, rappeler ce qu'est l'hermétisme ?

Denis Labouré :
Il existe un enseignement discret, au caractère à la fois doctrinal et opératif. Il s'est transmis des Grecs aux Arabes, puis des Arabes aux Européens. Parmi les textes qui le véhiculent, les plus anciens furent rédigés vers le milieu de l'ère chrétienne à Alexandrie (une ville fondée par les Grecs et située en Egypte). Attribués au dieu Hermès, ils furent réunis sous le nom de Corpus Hermeticum. Prétendant dévoiler l'antique sagesse égyptienne, ils en exposent une relecture effectuée par le milieu cosmopolite d'Alexandrie. Développé par la civilisation arabe et assimilé par la chrétienté à partir de la Renaissance, l'hermétisme sert d'assise philosophique à l'alchimie comme à l'astrologie.


France-Spiritualités : Pourriez-vous donner une définition de ce que l'on appelle "la Franc-Maçonnerie égyptienne" ?

Denis Labouré :
Les enseignements hermétiques (surtout alchimiques) se transmettaient généralement dans les familles aristocratiques, de père en fils. D'où les nombreuses demeures alchimiques présentes en Europe. Lorsque ce système social s'effondra au XVIIIe siècle (révolution française et autres bouleversements), les "filons" hermétiques poursuivirent leur chemin en s'appuyant sur d'autres supports. Les loges maçonniques, tolérées par l'Eglise, devinrent un véhicule privilégié. La franc-maçonnerie de Rite égyptien travaille l'hermétisme en mode maçonnique. C'est-à-dire collectivement, comme un compagnonnage, chaque membre facilitant la quête de l'autre.

      Il y a 30 ans, on pouvait encore écrire l'histoire ainsi : « des loges de bâtisseurs de cathédrales, manquant de travail, ont admis des gens extérieurs au métier. Ceux-ci devenant majoritaires, ces loges sont devenues les loges de la franc-maçonnerie d'aujourd'hui. L'hermétisme est un apport extérieur, artificiellement greffé sur les enseignements des bâtisseurs, qui n'avaient rien à voir avec lui. » La recherche historique indépendante a depuis montré que l'inverse était vrai. Car :

      • les loges maçonniques habituelles ne sont pas les héritières des bâtisseurs de cathédrales. Il n'y a aucune solution de continuité entre les loges opératives et les loges dites "spéculatives" fédérées par le pasteur Anderson.

      • les véritables loges opératives, qui survivaient en Ecosse au XVIIIe siècle, véhiculaient certaines techniques hermétiques. Notamment  "l'art de la mémoire" (1).


France-Spiritualités : Qu'est-ce que "l'art de la mémoire"  ?

Denis Labouré :
L'art de la mémoire était une technique de mémorisation qui remontait à l'Antiquité classique, conçue à l'usage des orateurs qui devaient apprendre un discours. Cette technique utilisait l'image mentale d'un édifice dont les différentes parties correspondaient aux différentes phrases du discours à mémoriser. Mais la philosophie de la Renaissance accordait à cet art une portée qui dépassait de beaucoup son objectif premier : il devenait l'art d'organiser un savoir encyclopédique et de dévoiler les relations cachées entre les choses, l'univers tout entier étant conçu à l'image d'un édifice. Par ce fait, il avait partie liée avec la philosophie hermétique.


France-Spiritualités : La Franc-Maçonnerie égyptienne est une Franc-Maçonnerie bien spécifique. A votre avis, à quel type de cherchant s'adresse-t-elle ?

Denis Labouré :
Il a existé des francs-maçons célèbres, certains étant de grands hermétistes. Vous pouvez les admirer, les étudier. Il ne vous viendrait pas à l'idée de les imiter, de devenir la copie conforme de l'un d'eux. La richesse de la franc-maçonnerie est là. Il existe des instructeurs, mais pas de gourou (au mauvais sens du terme !). Vous pouvez étudier l'hermétisme en cherchant librement dans des voies diverses. La loge est l'instructeur. Le franc-maçon est à la fois le disciple, celui qui pratique la discipline maçonnique, et son propre maître. C'est une garantie de liberté.

      La franc-maçonnerie égyptienne est destinée aux esprits libres. A ces hommes et ces femmes qui souhaitent progresser sans entrave, sans compromission avec un conformisme bourgeois. Bien sûr, ça la rend turbulente. Mais mieux vaut la vie, même chaotique, qu'une carapace qui sonne creux.

      Dans notre atelier, la moitié des membres a moins de 35 ans. Le prochain Vénérable Maître n'en a pas 30. Il y a des raisons à cela.


France-Spiritualités : Quelles sont les questions que l'homme ou la femme qui frappe à la porte d'une obédience égyptienne devrait se poser au préalable, pour éliminer, autant que faire se peut, les risques de se fourvoyer ?
 
Denis Labouré :
Si l'obédience dans laquelle cette personne demande à entrer se considère comme la seule valable, comme détentrice d'une vérité non partagée, la réaction la plus saine est de reprendre la route.


France-Spiritualités : Etes-vous partisan de l'instauration d'un apprentissage de base dans les Loges bleues [Note : Loges dans lesquelles sont dispensés les trois premiers grades de la Maçonnerie : Apprenti, Compagnon et Maître], qui constituerait une sorte de "socle minimum de connaissances" hermétiques ?
 
Denis Labouré :
Bien sûr. Avant même d'être « consacré apprenti franc-maçon », chacun rencontre le cabinet de réflexion, avec ses symboles alchimiques, ainsi que du vrai soufre, du vrai mercure, du vrai sel. Si nous voulons que le franc-maçon égyptien comprenne son rite, un bagage minimum est indispensable. Sinon, on continuera d'écrire des platitudes et les planches ne seront que vaines compilations.


France-Spiritualités : Pensez-vous que les sujets relatifs à l'Hermétisme – Astrologie, Alchimie, Théurgie – doivent être travaillés au niveau des Loges bleues, en même temps que le symbolisme maçonnique de base ?
 
Denis Labouré :
Je formulerais votre question autrement. Il n'y a pas d'un côté l'apprentissage de l'hermétisme et d'un autre côté le symbolisme maçonnique de base. Lorsque vous observez la disposition du Delta lumineux et des luminaires qui l'encadrent, vous comprenez ce dont il s'agit si vous possédez quelques connaissances astrologiques (2). Dieu crée les deux luminaires ; le Soleil source de la chaleur radicale (au sens de "racine") et la Lune, source de l'humidité radicale. En se combinant, le chaud et l'humide (et leurs opposés) génèrent les quatre éléments. C'est la physique  normale, en vigueur au moment où les rituels maçonniques furent rédigés.

      Je me souviens d'une planche sur « l'étoile polaire ». Le maçon qui la prononçait nous montrait le fil à plomb qui pend, au centre de la loge, depuis la Voûte Etoilée. Mais, en sortant dehors après la tenue, je lui demandais de me montrer cette étoile polaire. Il en était incapable, alors que n'importe quel boy-scout sait le faire. S'il s'était donné la peine de l'observer avant de rédiger sa planche, celle-ci aurait eu une tonalité différente. Travailler de manière "opérative", ça commence par des choses simples. Nul besoin de posséder une érudition en hermétisme. N'oublions pas que l'initiation est une simplification. Le simple est difficile et exige une grande rigueur.


France-Spiritualités : On plaisante souvent sur le fait que dans la Franc-Maçonnerie égyptienne, la moitié des membres sont grands maîtres, et l'autre moitié en passe de le devenir... Comment pourrait-on, selon vous, enrayer ces schismes à répétition, ces crises d'ego irrépressibles et ces prises de grades à grande vitesse, qui ont souvent caractérisé l'histoire de Memphis-Misraïm ?
 
Denis Labouré :
Quand, dans leur loge, les hommes de bonne volonté exigent de la pratique, le tri se fait vite. Quand ils exigent quelques instructions concrètes en astrologie, en alchimie et en théurgie, ils distinguent les vrais chercheurs. Ceux-ci savent répondre « je ne sais pas, mais je vais me renseigner ». Les autres se contentent d'asséner : « tu verras plus tard, ce n'est pas de ton âge ». Cagliostro nous avertit qu'on reconnaît un vrai maître à sa candeur.

      Les opératifs vérifient rapidement que le pouvoir est une illusion. Ils sont suffisamment lucides sur eux-mêmes et sur le monde pour ne pas vouloir réaliser en franc-maçonnerie la carrière qu'ils ont raté sur le plan professionnel.


France-Spiritualités : Question délicate : la Franc-Maçonnerie égyptienne peut-elle être autre chose qu'occultiste – ou, plus précisément, qu'hermétiste ? Et question corollaire : la Franc-Maçonnerie égyptienne peut-elle être autre chose qu'opérative ? Un Franc-Maçon égyptien peut-il se cantonner à une étude purement spéculative des mystères de l'Initiation ?

Denis Labouré :
Il existe d'excellents colloques où l'on étudie l'histoire de l'hermétisme, d'excellents livres dans lesquels tous les enseignements sont exposés. Nul besoin d'une loge pour accumuler une érudition exclusivement intellectuelle.


France-Spiritualités : Vous avez connu Robert Ambelain personnellement. Quels souvenirs gardez-vous de ce personnage incontournable de l'occultisme contemporain et de la Franc-Maçonnerie égyptienne ?
 
Denis Labouré :
J'avais à peine plus d'une vingtaine d'années. Un jour, j'ai eu l'occasion d'aller à Paris. J'ai écrit à Robert Ambelain (rue Froidevaux, car je ne connaissais pas son adresse personnelle) en lui disant que j'aurais souhaité le rencontrer. Il ne me connaissait bien sûr pas. Il m'a répondu qu'il n'y avait pas de problème. Il m'a reçu, en pantoufles, et m'a proposé une bière. Je l'ai ensuite revu régulièrement. Il m'avait préparé mes baguettes de yi-king. Nous parlions astrologie, géomancie et théurgie. Après sa disparition, j'ai publié dans la revue L'Esprit des Choses (3) un compte rendu de son travail astrologique, sous le titre Robert Ambelain astrologue.



Cagliostro et son enseignement, pierres de voûtes de la Franc-Maçonnerie égyptienne ?

France-Spiritualités : Dans votre excellent ouvrage intitulé Secrets de la Franc-Maçonnerie égyptienne, paru aux Editions du Chariot d'Or, vous faites un remarquable travail d'explicitation opérative des catéchismes de Cagliostro (ainsi que d'autres documents). Et l'on se dit que Cagliostro et la Franc-Maçonnerie égyptienne peuvent difficilement être dissociés l'un de l'autre...

Denis Labouré :
C'est évident. Nous devons d'ailleurs à Cagliostro le vocable de « Rite Egyptien ». Ceci dit, il faut bien comprendre sa position. Les filons hermétiques évoqués dans les lignes précédentes ont affleuré à travers son Rite. Mais ils ont aussi affleuré sous d'autres formes à différentes époques. Le Rite de Cagliostro nous intéresse particulièrement car ces enseignements hermétiques sont exposés en langage maçonnique.
 

France-Spiritualités : Pouvez-vous résumer en quelques mots – ce n'est certes pas facile ! – ce qu'est la construction du corps glorieux ?
 
Denis Labouré :
Le corps glorieux est le corps d'immortalité. Du christianisme (corps glorieux) au taoïsme (corps arc-en-ciel), cette « nouvelle naissance » est l'objectif normal de toute voie spirituelle authentique. Contrairement au christianisme oriental, le christianisme latin a perdu cet objectif de vue. Mais il a été conservé par les courants hermétiques et par les théosophes chrétiens.

      Dans le Rite de la Haute Maçonnerie Egyptienne, l'aube blanche (ou l'habit blanc) est l'image de ce corps glorieux. Le tablier de peau représente les « vêtements de peau » dont l'homme s'est revêtu en passant du spirituel au biologique.


France-Spiritualités : Toujours dans votre livre Secrets de la Franc-Maçonnerie égyptienne, qui foisonne de documents capitaux pour la Franc-Maçonnerie égyptienne, vous évoquez, bien sûr, les fameux Arcana Arcanorum, auxquels on identifie presque immanquablement la Franc-Maçonnerie égyptienne aujourd'hui. Beaucoup de choses ont été racontées à leur sujet... Et il est bon de rectifier certaines vérités.

Denis Labouré :
Avant 1988, personne ne parlait de ces Arcana Arcanorum. Sous ce nom, on connaissait les quatre monographies de Rombault et Mallinger que j'ai publiées dans la revue L'Esprit des Choses, puis dans mon livre Secrets de la franc-maçonnerie égyptienne. En 1988, coup de théâtre ! Jean-Pierre Giudicelli de Cressac Bachèlerie publie son livre Pour la rose rouge et la croix d'or [Note France-Spiritualités : ouvrage aujourd'hui épuisé]. Il dévoile que certaines lignées entendent par Arcana Arcanorum quelque chose de beaucoup plus puissant : des techniques invocatoires permettant d'être guidé par l'Ange (l'éon-guide) dans un cheminement d'alchimie interne. A partir de là, tout le monde va s'empresser de noter « Arcana Arcanorum » en tête de son papier à lettres.

      En 1995, j'ai publié dans la revue L'Originel l'article Cagliostro et les Arcana Arcanorum. J'y montrais, arguments historiques à l'appui, comment le programme de Cagliostro recoupait ce que Giudicelli avait écrit. Je n'y dévoilais aucun secret : les rituels de Cagliostro sont disponibles depuis toujours (Marc Haven les avait édités et j'en avais moi-même obtenu copie à la Bibliothèque de Lyon). Et dans une étude consacrée à L'héritage de Cagliostro, Massimo Introvigne avait défriché le terrain. Mon article a entraîné des réactions immédiates que je raconterai peut-être un jour. On me reprocha d'avoir dévoilé les grands secrets… que ne connaissaient d'ailleurs pas ceux qui me le reprochaient !


France-Spiritualités : L'aura sulfureuse et parfois irrationnelle qui entoure aujourd'hui les Arcana Arcanorum n'a-t-elle pas entraîné un certain nombre de Maçons égyptiens dans une recherche illusoire de pouvoirs, au détriment d'une quête spirituelle véritable, occultant ainsi la dimension initiatique de l'Hermétisme ?
 
Denis Labouré :
Ce n'est pas vraiment une recherche de pouvoirs. C'est autre chose. Il y a deux façons de comprendre ce corps de gloire. Les deux sont exactes car elles correspondent à deux perspectives différentes.

Vu d'en bas, ce que voit le cherchant qui s'engage dans le Travail
L'initié comprend qu'il dispose d'un embryon d'immortalité. Il doit le faire croître pour que celui-ci devienne un corps à part entière. Pour cela, il peut entreprendre un travail théurgique, qui assurera le contact avec une certaine transcendance. Dans la procédure enseignée par Cagliostro, celle-ci est représentée par l'image biblique des sept anges qui entourent le trône de Dieu. Il existe des critères pour écarter des "contacts" qui seraient le fruit de l'imagination (4).
Puis un travail alchimique est accompli. Dans un œuf, et du point de vue de cet œuf, distinguons une part périssable (l'albumen et la coquille) et une part promise à une destinée plus glorieuse (le jaune avec son germe et la membrane qui en maintient la forme). Le travail alchimique consiste à activer la seconde (corps de feu + corps de l'air), puisque la première (corps aqueux + corps de terre) ne survit guère à la mort.

Vu d'en haut, hors du temps et de l'espace
Vous êtes l'image de Dieu, une image parfaite et éternelle. Mais vous en avez une perception erronée et insuffisante. Lorsque, dans une journée brumeuse, vous vous rapprochez de la montagne, vous ne la voyez d'abord pas. Puis, vous en approchant toujours plus, vous en percevez quelques contours flous. Parvenant au pied de la montagne, vous en percevez la base avec beaucoup plus de netteté. En escaladant la montagne, en vous élevant au-dessus de la brume, vous voyez la montagne dans sa perfection. Si vous vous contentiez de décrire le phénomène, vous diriez : « j'ai vu un brouillard. Puis la montagne a commencé d'apparaître. C'était une montagne imparfaite. Elle a grandi, elle a évolué, elle s'est perfectionnée pour devenir une montagne parfaite et immortelle ». En réalité, la montagne n'a jamais cessé d'être ce qu'elle a toujours été. C'est vous qui êtes parvenu à vous élever au-dessus du brouillard. Comme Cagliostro, vous pouvez écrire « Je ne suis d'aucune époque ni d'aucun lieu… ». Car vous relatez une expérience concrète.

      Dans ce sens, l'adepte n'aime pas parler en termes "d'évolution". Car il ne s'agit pas d'améliorer quelque chose au fil du temps. Il s'agit d'acquérir une meilleure visibilité du Réel.


France-Spiritualités : Vous animez des séminaires sur l'enseignement de Cagliostro. Quel(s) but(s) poursuivez-vous à travers cela ?

Denis Labouré : Deux objectifs :

      1.  Si les loges de Rite Egyptien se contentent de planches symboliques, elles disparaîtront. Les vrais hermétistes les déserteront (c'est déjà largement le cas). Et les membres qui ne souhaitent pas mettre la main à la pâte rejoindront des obédiences qui leur apportent reconnais-sance et avantages mondains. Ces séminaires ont pour objectif de montrer comment, en respectant le rite de chacun, il est possible de le "valider", de le rendre réellement opératif et théurgique.

      2.  Cagliostro propose un hermétisme directement vécu en mode maçonnique. Cela permet de rendre à la franc-maçonnerie son caractère de véritable voie spirituelle. En mettant un terme à l'attitude schizophrénique qui consiste à discuter la théorie en loge maçonnique et à chercher sa pratique dans une loge martiniste.


France-Spiritualités : Ces séminaires sont-ils ouverts aux non-Maçons ?

Denis Labouré : Oui. Ce que j'ai dit à propos des loges maçonniques est vrai de la plupart des ordres initiatiques. La réflexion de fond est valable pour tous les esprits de bonne volonté qui aiment avancer par petits groupes de travail (loges ou autres) plutôt que seuls dans leur tour d'ivoire.

      D'autres effectuent un excellent travail similaire en s'inscrivant dans d'autres voies. Je pense au rôle qu'exerce Serge Caillet vis-à-vis du martinisme, par ses remarquables cours consacrés à Martines de Pasqually dans le cadre de l'Institut Eléazar.


France-Spiritualités : Quels conseils donneriez-vous à un atelier qui souhaiterait travailler l'hermétisme, mais qui estime ne pas avoir les connaissances nécessaires ?

Denis Labouré :
On me dit souvent : « dans notre loge, nous aimerions bien travailler l'hermétisme. Mais, en loge bleue, nous n'en savons pas assez pour faire des pratiques ». On s'abstient par peur de ne pas être à la hauteur. Or, œuvrer en hermétisme ne signifie pas être savant en hermétisme. Rien ne vous empêche d'apprendre à jouer "Au clair de la lune" au piano en y prenant plaisir, sans attendre d'être concertiste professionnel.

      Etre opératif, ça ne consiste pas à effectuer des opérations cabalistiques compliquées. Lorsqu'un apprenti prépare sa planche sur « le fil à plomb », il sera tôt ou tard conduit à écrire : « le fil à plomb invite à descendre en soi-même ». Mais au lieu de se contenter d'écouter ça pour la soixante-dixième fois, on lui demande de terminer sa planche en nous expliquant comment il compte réellement, concrètement, s'y prendre pour descendre en lui-même. A lui d'y réfléchir en choisissant la technique de son choix.

      Comme une cathédrale ou un temple égyptien, la loge est l'image du corps humain. Quand le Couvreur met à couvert la loge, il est ensuite demandé à chaque frère de se mettre à l'ordre. Se mettre à l'ordre, c'est mettre à couvert sa propre loge. Aussi, dans une planche consacrée à « se mettre à l'ordre », l'apprenti sera invité à nous expliquer comment il compte s'y prendre pour mettre à couvert sa propre loge quand cela est demandé. « Comment ne pas laisser des pensées parasites me distraire au moment de l'ouverture des travaux ? » « Comment me recentrer instantanément quand je commence à me diluer intérieurement ? ». C'est cela, être opératif.

      Des textes publics, comme Le quadrant de l'éveil (5) de Rémi Boyer, proposent des exercices de présence aisés à mettre en place. Pratiqués pendant une vingtaine de minutes avant chaque tenue, ils assurent bien souvent au rite une vitalité surprenante en l'inscrivant dans un tangible "ici et maintenant", seul temple véritablement opératif.


France-Spiritualités : Pourriez-vous nous dire quelques mots sur le site www.ritesegyptiens.org ?

Denis Labouré : C'est un site de recherche et de documentation. Indépendant de quelque obédience que ce soit, il propose aux maçons de bonne volonté des matériaux pour approfondir les rites égyptiens.

      Je me permets d'insister sur un trait intéressant de ce site. Dans notre atelier, vous rencontreriez des esprits de bonne volonté qui souhaitent travailler. Mais quand ils sont entrés, ils n'avaient généralement aucune connaissance en hermétisme (c'est souvent mieux comme ça). Aussi, sur ce site, nous avons mis une planche par membre, quel que soit son grade. Aucun membre n'a été écarté, aucun n'a été mis en évidence. Ce sont des planches normales, rédigées par des maçons normaux, dans une loge normale. Des planches normales, mais qui proposent toujours un prolongement opératif. Ces planches ne sont pas des modèles à imiter, elles témoignent seulement d'une façon de travailler.


France-Spiritualités : Vous proposez depuis quelques mois un cours par correspondance sur les enseignements de Cagliostro, intitulé Cagliostro et la Tradition hermétique. Avez-vous des projets d'ouvrages actuellement ?

Denis Labouré :
Après Secrets de la franc-maçonnerie égyptienne et le cours Cagliostro et la tradition hermétique, je souffle un peu. Il faut bien que je me réserve moi-même du temps pour pratiquer ! Mais chaque mois, j'affine le cours sur Cagliostro pour le rendre le plus performant possible. Tant sur le plan intellectuel que sur le plan opératif.


France-Spiritualités : Dans les milieux de la Franc-Maçonnerie égyptienne, votre travail porte-t-il ses fruits ?

Denis Labouré :
Des réactions se font jour. De jeunes Maçons m'écrivent en me disant qu'ils redécouvrent leur rituel maçonnique. Des loges réintroduisent des éléments opératifs. Une obédience vient de décider la possibilité de travailler au Rite de Cagliostro pour ses maîtres qui le souhaitent. Des dignitaires, qui ont mesuré le danger d'être absorbés par des obédiences hostiles à l'hermétisme, viennent discuter sur les mesures qu'il est possible de prendre pour réaffirmer l'identité des loges égyptiennes. Les choses bougent.
 

France-Spiritualités : Denis Labouré, merci beaucoup de nous avoir éclairés sur ce sujet passionnant.


__________________________________________________________________________________________________

 (1)  J'ai expliqué tout cela dans un petit texte, Reconnaissance et filiations, que l'on peut trouver sur le site www.ritesegyptiens,org.  Retour au texte.

 (2)  Je vous renvoie à mon livre Cours pratique d'astrologie (Editions Chariot d'Or), où cela est expliqué.  Retour au texte.

 (3)  Revue L'Esprit des Choses, éditée par le CIREM (BP 8  //  58130 Guérigny).  Retour au texte.

 (4)  Je donne un des premiers critères dans Secrets de la franc-maçonnerie égyptienne, page 81, note 1.  Retour au texte.

 (5)  Le Quadrant de l’Eveil forme la seconde partie du livre Eveil et incohérisme, Rémi Boyer, Arma Artis, La Bégude de Mazenc, 2005.  Retour au texte.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte FRANC-MAÇONNERIE