Vous êtes ici : Franc- maçonnerie | Articles & Interviews | L'Initiation des Femmes article d'Oswald Wirth (août-septembre 1933)

L'Initiation des Femmes

article d'Oswald Wirth (août-septembre 1933)
© France-Spiritualités™



Cet article a paru originellement dans le N°176 de la revue Le Symbolisme (août-septembre 1933). Il a été ressaisi et corrigé par France-Spiritualités.

      Au hasard d'une recherche effectuée dans l'Initiation, revue occultiste fondée par Papus en octobre 1888, nous retrouvons sous notre signature, un article que nous croyons bon de transcrire en ses grandes lignes :

      Les Loges françaises viennent d'être saisies (en 1890) d'une question de la plus haute importance : il ne s'agit rien moins que de l'admission de la femme dans la Franc-Maçonnerie.

      Ce n'est point là, il est vrai, une question aussi nouvelle qu'on pourrait. le croire, car elle fut agitée en France dès 1730, cinq ans à peine après l'introduction de la Maçonnerie moderne en notre pays. L'idée ne devait cependant prendre corps, d'une façon définitive, qu'en 1774, époque où le patronage officiel du Grand Orient de France, donna naissance à la Maçonnerie des Dames, dite Maçonnerie d'adoption.

      Parmi les Loges féminines alors créées, la Loge La Candeur fut la plus brillante. Les duchesses de Chartres et de Bourbon participèrent, en mars 1776, avec la princesse de Lamballe, à la fondation de cet aristocratique atelier. Mise à la mode en haut lieu, la Maçonnerie d'adoption eut la vogue éphémère des frivolités mondaines. En 1805, l'impératrice Joséphine eut beau s'y intéresser, la futilité n'a qu'un temps et les dames ne songèrent plus, au cours du XIXème siècle, à se livrer aux jeux innocents de la Maçonnerie.

      Les Maçons actuels comprennent qu'ils ont le devoir de ne pas abandonner la femme à l'obscurantisme et que l'émancipation maçonnique ne doit. pas se borner au seul sexe fort. Allais comment faire participer la femme à l'œuvre humanitaire de la Franc-Maçonnerie ?

      Convier la femme aux pompes de la Maçonnerie ne remplirait pas le but sérieux que se proposent les novateurs. Sous ce rapport, l'Eglise déploie des séductions qui défient toute concurrence. Il ne s'agit plus de distraire aimablement ces dames en les appelant à jouer, comme jadis, à la Maçonnerie, car le jeu n'est plus de saison. La construction d'une humanité meilleure ne saurait s'effectuer sous forme de divertissement. Si la femme veut apprendre à travailler maçonniquement, elle doit se résigner à un très austère apprentissage.

      Suffit-il pour cela de la soumettre aux rites masculins ? Quand nous lui aurons montré la vraie lumière sous ce symbole d'une flamme de lycopode, sera-t-elle plus avancée que les FF:., qui ne savent y voir que du feu ? Nous n'en sommes, hélas, nous mâles, qu'au balbutiement de nos mots sacrés. N'est-il point présomptueux de notre part de nous risquer à initier la femme ?

      Nous allons lui montrer des symboles dont nous ne saisissons pas la portée et nous la soumettrons à des rites qui ne sont pas ceux de l'Initiation féminine. Il en résultera que la femme pratiquera nos symboles avec toute notre puérile incompréhension et qu'elle se croira Maçonne comme le baptisé se croit chrétien. Il y a cependant loin du signe à la réalité, mais cette distinction est trop subtile pour les adeptes uniquement formels de la Maçonnerie.

      Comment résoudront-ils la question qui se pose devant eux ? Il est probable qu'une expérience sera tentée. Puisse-t-elle nous acheminer vers l'Initiation réelle des deux sexes ! Nos tâtonnements mettront une femme de génie sur la voie du pur féminisme initiatique. Alors, c'est nous, mâles peu sagaces, qui serons initiés par la femme.

Oswald Wirth
Août 1890




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte FRANC-MAÇONNERIE