Vous êtes ici : Franc- maçonnerie | Articles & Interviews | La Franc-Maçonnerie marseillaise au XIXème siècle article de Jean-Charles Cagniat & Philippe Cyrnaqua

La Franc-Maçonnerie marseillaise au XIXème siècle

article de Jean-Charles Cagniat & Philippe Cyrnaqua
© France-Spiritualités™



Ce travail est publié avec l'aimable autorisation des auteurs. Tous droits de reproduction et de diffusion réservés aux auteurs.

      Avant même d'explorer le XIXème siècle, sujet de ce travail, ouvrons une courte parenthèse sur l'époque qui a vu se matérialiser la Franc-Maçonnerie spéculative, c'est-à-dire le XVIIIème siècle. Ce temps de foisonnement intellectuel reste marqué par ce qu'on a appelé le "Siècle des Lumières". Des lumières qui ont éclairé les consciences... Des lumières qui vont briller dans le Temple Maçonnique.

      En mai 1730, Montesquieu, qui a traversé la Manche sur le yacht du Franc-Maçon Lord Chesterfield, sera initié peu après son arrivée en Angleterre à la Loge "Horn", taverne de Westminster [Note de l'auteur : Bien qu'il n'y ait aucune fiche à la Bibliothèque Nationale, on note que : « le 15 décembre 1732 est enregistrée, sous ce titre distinctif de "Vraie Loge Anglaise", un atelier à Bordeaux » (Essai des Loges Maçonniques Françaises des origines à nos jours - 1966).]. Un an plus tard, il présidera à la création de la Loge anglaise de Bordeaux.

      Le 21 janvier 1746, les 28 volumes de l'Encyclopédie sont mis en chantier sous la direction de Diderot et d'Alembert. Sérieusement, on peut dire avec le chevalier Ramsay, écrivain et chancelier de l'Ordre Maçonnique, que ce monumental travail est d'origine maçonnique. C'est lui d'ailleurs qui lança "l'encyclopédisme" en invitant les Francs-Maçons « à s'unir pour former les matériaux d'un dictionnaire universel des arts libéraux et de toutes les sciences utiles ». On doit noter que le nom de onze Frères, dont Voltaire et Willermoz, est attaché à la rédaction de cette œuvre universelle.

      Simple rappel maintenant : à , c'est en octobre 1751 qu'est constituée la Mère-Loge Ecossaise de France, dont nous dirons quelques mots plus tard.
      Nous allons quitter le XVIIIème siècle avec un modeste bilan statistique : en 1780 en France, il y a 72 Loges de régiments et 26 Loges présidées par des prêtres ; en 1784, on compte 800 Loges du Grand Orient et 170 Loges de la Grande Loge.

      Mais l'acacia sera violemment secoué par le souffle révolutionnaire. Point d'orgue : la Grande Terreur de juin-juillet 1794. Les tribunaux révolutionnaires envoient à l'échafaud près de 1400 condamnés, dont de nombreux Frères. Et quand Roëttiers de Montaleau, directeur de la Monnaie, convoque au printemps de 1796 une assemblée de Francs-Maçons du Grand Orient, il se retrouve avec quelques rares Frères qui l'élisent pour, disent-ils, remettre la Maçonnerie en mouvement. Il prend alors ses fonctions avec le titre unique de Grand Vénérable de l'Ordre. Il y a alors en France 18 Loges qui reprennent une activité : 3 à Paris, 2 à Perpignan, 7 à Rouen, 4 au Havre, 1 à Melun et 1 à La Rochelle. Rien à à cette époque ! Sauf quelques Loges clandestines.

      Voilà donc, en préambule, quelques flashes sur ce siècle qui a sonné le glas d'un régime monarchique, où l'autorité politique résidait dans un seul individu qui avait droit de vie et de mort sur tout homme et toute femme de son royaume...


*

*       *

      Venons-en maintenant à notre sujet. Pourquoi avoir choisi le XIXème siècle pour parler de la Franc-Maçonnerie ? Pour plusieurs raisons !... La première pourrait se résumer en quelques chiffres : en 70 ans (de 1800 à 1870) la France a vécu sous l'autorité de 2 empereurs, de 3 rois et de 2 républiques. Dans ce décompte, il est nécessaire d'insister sur le Consulat qui, de 1799 à 1804, a projeté sur le devant de la scène européenne un nom : Bonaparte, et, en moins de cinq ans, un prénom : Napoléon. Dans le deuxième tome de son Histoire de la Franc-Maçonnerie, Pierre Chevallier apporte une opinion définitive, semble-t-il, sur cette courte période de notre histoire. Il écrit : « Avec Bonaparte consul à vie, puis avec Napoléon empereur, la Maçonnerie ouverte et libre de ses opinions et de ses décisions avait vécu. Napoléon, dans la logique de son système de gouvernement, a vu d'un œil favorable le développement de l'Ordre Maçonnique à condition qu'il reste dans ses Temples et qu'il se transforme en une milice dévouée aux intérêts de son régime et à sa gloire personnelle. »

      Je rappellerai que Napoléon a fait insérer dans le Code Pénal promulgué en 1810 un article 291 qui sera d'un poids écrasant sur la vie publique en France. Qu'on en juge : « Nulle association de plus de vingt personnes dont le but sera de se réunir tous les jours ou à certains jours marqués pour s'occuper d'objets religieux, littéraires, politiques ou autres ne pourra se former qu'avec l'agrément du gouvernement et sous les conditions qu'il plaira à l'autorité publique d'imposer à la société. »
      On comprend ainsi qu'avec une façade artificielle de liberté, l'Empire ait eu intérêt à laisser se développer un Ordre dont les secrets et l'indépendance d'esprit pouvaient inquiéter les maîtres du moment. La tactique était simple : faire fructifier la Maçonnerie afin de mieux la contrôler. Le subterfuge impérial réussit à merveille. Deux chiffres seulement le prouvent. Nombre de Loges du Grand Orient de France : en 1804 = 300, en 1814 = 1214. Aussi, lorsque des historiens posent la question de l'appartenance de Napoléon à la Franc-Maçonnerie, est-on en droit d'être sceptique quant à l'attachement de l'empereur à propos des « principes capitaux de notre Ordre ».


*

*       *

      Ces quelques idées générales pourraient servir de préface. Il est temps de prendre nos quartiers en Provence, et plus particulièrement à . Avant de nous intéresser aux travaux des Loges du Grand Orient, il faut présenter la Mère-Loge Ecossaise de dont le Temple se trouvait à quelques pas de l'actuelle rue Armand Bédarride, sur le Cours Julien, au numéro 33 exactement.

      C'est milord Georges Walney, venu en France à la suite des Stuart, qui fonda à , le 17 juin 1751, la Loge de Saint-Jean d'Ecosse qui allait devenir la Mère-Loge Ecossaise pour tous les Ateliers de France du même Rite. Pendant les heures graves de la Révolution, c'est l'avocat marseillais Julien de Madon qui avait conservé dans la clandestinité les Loges (on disait alors les "filles" de la Mère-Loge). Le vent de l'histoire tourna rapidement. Dans la cité phocéenne, la Mère-Loge Ecossaise va jouer à fond la carte impériale, au point de « vouloir discipliner dans les loges l'ardeur des libres-penseurs », écrivent certains chercheurs. Ainsi, prenant « la direction des âmes pieuses ou réfractaires aux dogmes révélés, la Mère-Loge recrutait ses adhérents dans les milieux bourgeois et protestants de la ville » [Note de l'auteur : Voir la liste des guillotinés pendant la terreur dans l'Histoire de , de Raoul Busquet.]. Sans doute a-t-on oublié le bon grain maçonnique semé par la Mère-Loge Ecossaise. C'est sûrement plus par intolérance que vérité qu'on a écrit que cette Loge représentait « la police de la libre pensée ». Des accusations excessives, certainement, tant il est vrai que trop souvent les mots cachent autre chose que la simple réalité.

      Nous avons retrouvé, entre autres documents, le tableau de la Loge marseillaise portant la date de l'année 1808, imprimé par les ateliers de typographie Achard. Voici quelques noms que nous y avons relevés, montrant l'importance du recrutement. Le Vénérable Maître est Charles Salles, l'un des plus gros négociants de la cité. Premier surveillant : le préfet Antoine-Claire Thibaudeau. Second surveillant : Rigordy, vice-président du Tribunal Civil. Notons encore parmi les officiers : Anthoine, maire de , garde des sceaux ; Arsène Séjourné, membre de la Chambre de Commerce, orateur. Quant aux Maîtres de Cérémonies, le choix est particulièrement impressionnant. Aux côtés du général Cervoni, commandant la 8ème Division Militaire, on trouve Joseph Ricard, président du Tribunal Civil ; le commissaire général de la police, de Pernon, ami de la famille impériale ; Girard Aîné, secrétaire général de la préfecture, etc. Nous allons interrompre la publication de cette liste déjà trop longue de personnages dont quelques rues de portent les noms.

      A cette date (1808), l'effectif de la Loge est le suivant : 183 membres résidants et 75 non résidants. A noter : il n'y a plus un seul prêtre parmi les membres de la Mère-Loge, dont le destin a été de suivre la chute de l'Empire. On croit savoir que ses travaux ont été définitivement interrompus le 11 avril 1814. La Mère-Loge Ecossaise entrait dans l'histoire... Quelques mois plus tard, le préfet Thibaudeau quittait clandestinement : il avait été condamné à quinze ans d'exil pour avoir courageusement refusé de reconnaître la légitimité des Bourbon de retour sur le trône de France.

      La revanche des royalistes éclaire d'une lumière crue les crimes connus sous le vocable de Terreur Blanche. En deux ans (1815-1816), 100.000 arrestations sont opérées. A , la chasse aux bonapartistes, amis des Francs-Maçons, est ouverte. En divers points de la ville, on massacre au petit bonheur. Et notamment, Folo et Vincent, officiers en retraite ; les frères Verse, pâtissiers ; le menuisier Galibert ; Ange Terrier et son fils, boulangers de la rue du Panier. Une égyptienne appartenant à la colonie des Mamelucks, ramenée d'Egypte en 1801 par le général Menu, est poursuivie, jetée à l'eau et fusillée dans le Port. 45 membres de cette même colonie seront massacrés près de l'actuel Cours Gouffé. Il faudrait des pages entières pour rappeler les atrocités commises en quelques mois dans le Midi, notamment ! A Avignon, le Frère, le maréchal Brune, est assassiné le 02 août 1815. C'est dans la descente de la Gineste que seront fusillés Aga dit "La Victoire", Arnoux et Puget accusés de bonapartisme...


*

*       *

      Assistons maintenant à la tenue du 12 primaire an XI (05 décembre 1802) de "La Parfaite Sincérité", Respectable Loge du Grand Orient de France. Le Vénérable Maître propose des vœux pour les défenseurs de la patrie. Et il précise : « Mes très chers Frères, si les portes de nos Temples sont fermées aux discussions politiques ; si par notre essence, nous devons être parfaitement étrangers à l'action et à la marche de ce puissant mobile des Etats, les sentiments généreux n'en sont pas moins notre apanage... » Pas de politique, certes ! Mais il faudrait avoir le temps de détailler ce long morceau d'architecture où il est dit, je cite, « que les Maçons peuvent faire, un instant, abstraction de leurs principes et élever la voix contre les féroces Anglais... » On pourrait continuer à feuilleter les documents de cette Loge qui devait initier le 08 octobre 1793 Joseph Bonaparte, devenu Grand Maître du Grand Orient de France, puis du Grand Orient de Naples et, plus tard, d'Espagne, et le Conventionnel Christophe Saliceti, qui vota la mort de Louis XVI. On devine, avec un tel recrutement, l'influence qu'avait "La Parfaite Sincérité" dans le monde maçonnique. Les demandes de patronage affluent. Ainsi, les Loges "La Persévérance" de Carcassonne, "La Parfaite Amitié" d'Apt, "Les Trois Rois" de Cologne sollicitent appuis et recommandations auprès du Grand Orient. Enfin, dès 1807, tandis qu'elle installait à la Loge "Les Amis Fidèles de Saint-Napoléon", deux de ses membres, les Frères Chaufard et Portret, fondaient à Barcelone la Loge "Le Triomphe de l'Amitié". A Aix-en-Provence, même activité maçonnique sous le Consulat et sous l'Empire. Cinq Loges civiles et une Loge militaire attachée à la demi-brigade tenant garnison dans la cité sont constituées.


*

*       *

      Avec la chute de l'Empire, le tournant maçonnique va être pris à 180 degrés. Qu'on en juge ! Le 02 janvier 1814, "La Parfaite Sincérité" formait des vœux pour « la conservation des jours du chef suprême de l'Etat, Napoléon-le-Grand ». Cinq mois plus tard, le 16 mai 1814, les Frères de cette Loge formulaient les mêmes vœux pour « le chef suprême de l'Etat, Louis XVIII et son auguste famille ». Possible explication : ne disait-on pas que le roi avait été initié aux mystères maçonniques ?

      Mais ces revirements ne sont que des incidents de parcours dans la longue histoire de la Franc-Maçonnerie. Mieux encore ! Ne pourrait-on analyser ces volte-face comme étant une preuve de la neutralité politique prescrite par ses statuts ? Il reste cependant que cet attachement exclusif aux principes de fraternité et de solidarité n'a jamais été bafoué par les Loges provençales. D'ailleurs, d'autres événements attendent les Francs-Maçons : ils y feront face, on le verra, avec dignité et détermination.
      Que dire de la Monarchie de Juillet (1830-1848) ? Beaucoup de choses, sans doute, mais qui n'entreraient pas dans le cadre de ce travail. Signalons seulement que le roi Louis Philippe 1er ne fut nullement favorable aux Francs-Maçons. En effet, son fils dit "Philippe Egalité" – qui , député à la Convention, vota la mort de Louis XVI – fut un temps Grand Maître du Grand Orient de France. Mais après de vives polémiques, il démissionna de l'obédience qu'il présidait sans conviction. Le 07 novembre 1793, l'apostat fut condamné à mort et guillotiné. On retiendra que la Monarchie de Juillet a généré diverses insurrections populaires, et notamment la Révolution de février 1848, qui sera bien accueillie dans les Loges marseillaises.

      La fin du règne de Louis-Philippe est lamentable. Des scandales révèlent des ministres concussionnaires. Dans les Ateliers, l'espoir de liberté renaît. Au banquet de la Loge aixoise "Les Arts et l'Amitié", on chante "La Marseillaise". Et le Frère orateur Duvivier proclame : « On ne brise plus les institutions, on les fausse... On ne violente plus les consciences, on les achète !... ».


*

*       *

      Nous voici arrivés au chapitre que l'on pourrait intituler : "La Franc-Maçonnerie sous le Second Empire". L'hostilité furieuse des cléricaux, la vigueur avec laquelle les préfets avaient sévi contre les Loges décrétées "suspectes" ne laissaient présager rien de bon pour les Francs-Maçons. Or, le 09 février 1852, le prince Murat, cousin de Louis-Napoléon, était élu Grand Maître du Grand Orient de France. Cette élection fut célébrée par tous les Ateliers de la Région. Il y eut d'abord une fête d'Ordre de tous les Vénérables Maîtres en exercice. Elle fut présidée par le Frère Brochier, remplaçant le Frère Bédarride, président du Conseil des Chevaliers Kadosch. Il revint au Frère Daniel de présenter un morceau d'architecture intitulé : "La vie et la mort de Jacques de Molay" [Note de l'auteur : Voir La F:. M:. à in Encyclopédie des Bouches-du-Rhône, p. 743.].

      Ce préambule devait ouvrir la porte à d'autres festivités. Une tenue solennelle de tous les Ateliers fut organisée à . Les Loges représentées étaient : "La Parfaite Sincérité", "La Réunion des Amis Choisis", "La Française de Saint-Louis", "Les Disciples de Salomon et de l'Aimable Sagesse", "Les Inséparables", "Les Elèves de Minerve", "La Parfaite Union", "Les Ecossais", "Les Amis de la Paix" ; les Loges d'Aix : "Les Arts et l'Amitié" et "Les Amis de la Bienfaisance". Divers Ateliers de Toulon et de Pertuis étaient également présents.

      Alors que Maçonnerie et Second Empire semblaient vivre en bonne entente sous la stricte surveillance du frère de Persigny, ministre de l'Intérieur, divers désordres furent engendrés par une vive opposition entre le prince Murat et le prince Jérôme Napoléon pour la grande maîtrise. Napoléon III trancha le différent en prenant, en date du 11 janvier 1862, un décret stipulant :
       que le Grand Maître de l'Ordre Maçonnique était nommé par lui ;
       que le maréchal Magnan avait été choisi pour assurer la grande maîtrise.
      On peut l'imaginer : ce coup de force impérial souleva quelques protestations dans les Loges ! Alors, on se souvint que, dans sa jeunesse, Napoléon III avait été initié dans une Vente de la Carboneria. Or, le voilà en guerre contre l'Italie. Enfin, lorsque l'empereur prendra partie dans la question romaine, en décidant notamment de protéger le Saint Siège contre les patriotes italiens engagés dans la lutte courageuse pour la réunification de la Péninsule, ce sera une explosion de colère dans les Loges. Or, les Francs-Maçons marseillais dans leur grande majorité considéraient le pape comme leur pire ennemi. Le Frère Baille, Vénérable Maître du "Phare de la Renaissance", écrivait alors : « J'appartiens, nous appartenons à un Ordre, nous sommes dévoués à une institution... Il existe un ennemi de cet Ordre, ennemi ardent, permanent, acharné, qui n'aspire qu'à détruire ce que nous aimons et vénérons... Un jour, il advint que celui sur lequel je comptais pour me défendre, au lieu de combattre mon ennemi, le protège, cherche à augmenter sa puissance et fait avec lui pacte d'alliance. » Les régimes autoritaires n'acceptent jamais la vérité ! Le Frère Baille et plusieurs Vénérables Maîtres furent frappés de suspension. La vie maçonnique prenait alors un autre visage...


*

*       *

      Et la révolte contre le Second Empire se développa : les Loges dites "dissidentes" eurent le courage de revendiquer la liberté de l'Ordre et de ses élections. La pilule du décret du 11 janvier 1862, nommant le maréchal Magnan à la tête du Grand Orient de France, ne passait pas. Pour sa part, "Le Phare de la Renaissance" « décidait la nomination d'une commission chargée d'étudier les mesures qui lui paraîtraient propres à conjurer les attentats dont l'Ordre Maçonnique était l'objet en ce moment ». A la fête de l'Ordre du 21 janvier de la même année (1862), le Vénérable Maître Lagarde déclarait : « La Maçonnerie ne marche pas avec le despotisme... Elle saura résister à l'ultramontanisme... » C'est-à-dire à l'autorité absolue du pape !... Même indépendance d'esprit à la Loge "La Vérité".
      Nous allons arrêter là l'aventure du Second Empire qui finira, on le sait, le 1er septembre 1870 à Sedan. En effet, comme l'écrirons Nicolas Estier et Raoul Busquet, dans une étude réalisée sur la Franc-Maçonnerie provençale : « Le travail ne s'était jamais interrompu dans les Ateliers. On s'y livrait à l'étude de questions sociales, juridiques, philosophiques. Surtout l'on s'y occupait pratiquement de bienfaisance. Les Loges participaient à la distribution de bons municipaux de pain et de viande. Elles distribuaient des secours par leurs propres moyens »


*

*       *

      Je voudrais, maintenant, vous faire part de mon étonnement, mais aussi de ma joie, lorsque j'ai découvert par hasard dans le Guide-Almanach de d'Alfred Saurel, daté de 1870, qu'il existait dans notre ville deux écoles maçonniques : l'une installée 49, bd du Musée (actuellement Bd Garibaldi après le percement du Cours Lieutaud), l'autre au N°133 du Grand Chemin de Toulon. Il restait à trouver trace de ces écoles et d'en connaître les initiateurs. Disons tout de suite que le mérite de ce travail éducatif revient aux membres de la Respectable Loge "Vérité", dont les Frères Félix Chevrier et Antoine Alessandri ne disent mot dans leur important document sur La vie hermétique à . Il est vrai que nos deux historiens ont notamment consacré l'essentiel de leurs recherches sur l'Atelier "La Réunion des Amis Choisis".

      La Loge "Vérité" (qui deviendra en 1875, après fusion avec la Loge "Réforme", l'Atelier "Vérité-Réforme") avait, en 1862, mis à l'étude le projet de construction d'un orphelinat maçonnique dont les archives conservent les statuts étudiés lors de la tenue du 07 février 1862. Mais c'est en 1865 que cette même Loge devait se signaler par une initiative des plus heureuses en matière d'enseignement scolaire : le 31 mars 1865, en effet, le projet de création d'une école sous les auspices de la Franc-Maçonnerie reçoit un commencement d'exécution ! Alors les Frères de "Vérité" vont déployer une rare énergie pour que leur projet aboutisse. Tous les Ateliers marseillais participent avec enthousiasme à cette grande œuvre : ils vont verser annuellement une médaille de 3 à 400 F pour frais de fonctionnement et assurer la paie des professeurs. Ce n'est qu'en 1867, le 07 juin exactement, que le Grand Orient va interroger "Vérité" sur « les résultats que l'œuvre d'enseignement a obtenus ».

      Sans entrer dans le détail de cette réalisation, qui mériterait un plus large développement, disons seulement que :

      - le 06 août 1866, les cours pour adultes réunissent une quarantaine d'ouvriers ;

      - le 14 août 1866, 70 élèves sont inscrits pour la prochaine rentrée scolaire ;

      - le 02 octobre 1866, le Frère Brochier, Vénérable de la Loge "Le Bon Droit", est nommé président de la Commission des Ecoles. Plus tard, en 1881, il sera élu maire de . Aujourd'hui, une rue porte son nom.

      Enfin, pour couronner l'œuvre maçonnique, dont le but était de « reprendre l'instruction dans les classes laborieuses », le 07 août 1868, était organisée la première distribution des prix aux garçons les plus méritants. Dernière date importante : 17 mai 1870. Toutes les Loges sont informées que l'examen scolaire aura lieu pour les écoles maçonniques le dimanche 22 courant à 9 heures du matin au 24, rue Piscatoris, c'est-à-dire dans ce Temple aujourd'hui reconstruit de la rue Armand Bédarride. Il faudrait parler encore du 11 février 1868, qui vit naître, sur proposition de la Loge "La Réunion des Amis Choisis", le "Comité Central d'Initiative" des Loges marseillaises qui sera présidé par le Vénérable Maître Gaston Crémieux. Les buts de cette nouvelle organisation peuvent se résumer en trois points, qui n'ont rien perdu de leur actualité :

      - organiser une Caisse Centrale de Secours ;

      - réglementer les convois funèbres ;

      - étudier la question du local unique, afin de réglementer les tenues générales mensuelles et de

        préparer en commun les fêtes solsticiales.


*

*       *

      La chute de l'Empire va anéantir, momentanément, l'œuvre d'éducation populaire et de solidarité maçonnique.

      Les Francs-Maçons, on l'a vu, ne baissent jamais les bras... Nous savons qu'après nous, d'autres vont fouiller dans les archives pour découvrir et apprécier l'immense tâche accomplie par ceux qui nous ont précédés dans des conditions souvent difficiles, parfois périlleuses... La vérité ne se partage pas parce qu'elle n'a pas d'âge : elle peuple l'idée maçonnique de tous les temps et devient ainsi la morale de chaque Franc-Maçon. Alors, fouiller le passé est un acte salutaire. Etre curieux d'un autre temps ne signifie aucunement être passéiste ! Cela peut simplement nous inciter à essayer de mieux comprendre pourquoi et comment la Franc-Maçonnerie a réussi à passer à travers royautés, empires et républiques, sans jamais faillir à sa tâche.

      C'est Gaston Crémieux qui conclura ce travail : « Les Frères, disait-il, veulent faire de la Maçonnerie une œuvre d'intelligence et de progrès... » Et il ajoutait : « Entrons la tête haute et le cœur ferme dans la carrière que nous nous sommes tracée... »

      Partageons la foi de Gaston Crémieux et entrons, nous aussi, dans la carrière qui n'est autre, dans "La Marseillaise", que le chemin sur lequel on s'engage et qui peut conduire vers la Lumière. Mais aussi vers la liberté, l'égalité et la fraternité. [Note F.-S. : Référence aux deux premiers vers du septième et dernier couplet de "La Marseillaise", dit "La strophe des enfants" : "Nous entrerons dans la carrière // Quand nos aînés n'y seront plus".]




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte FRANC-MAÇONNERIE