Vous êtes ici : Franc- maçonnerie | Articles & Interviews | Occultisme et Franc-Maçonnerie article de Diogène Gondeau (décembre 1930)

Occultisme et Franc-Maçonnerie

article de Diogène Gondeau (décembre 1930)
© France-Spiritualités™



Cet article a paru originellement dans le N°146 de la revue Le Symbolisme (décembre 1930). Il a été ressaisi et corrigé par France-Spiritualités.

      Ce n'est pas trop tôt ! Voici une bonne petite discussion fraternelle qui s'engage dans le Symbolisme. Je me félicite de l'avoir soulevée par mon article de juin dernier sur La crédulité occultiste, que je vous remercie, T:. C:. F:. Lepage, de ne pas avoir laissé inaperçu.

      Permettez-moi cependant de vous faire remarquer, qu'en signalant les dangers d'un certain état d'esprit, d'une mentalité dont sont affligés beaucoup d'occultistes, je n'ai pas entendu juger votre vénérable Science occulte. Je connais des occultistes pondérés, sensés, modestes, qui n'ont rien à prendre pour eux de ce que j'ai écrit ; mais, hélas, je croise aussi des adeptes prétentieux que j'aurais voulu convier à faire leur examen de conscience. Il me serait facile d'en citer quelquesuns nominativement parmi les plus connus, mais cela me ferait estimer peu charitable, alors, qu'en réalité, la réclame leur serait flatteuse.

      Que l'occultisme sérieux cadre avec la Franc-Maçonnerie, c'est ce que je me garderai bien de contester. Sans désir de s'initier aux choses communément cachées, où en resterait celui qui n'a dû solliciter son initiation que parce qu'il se sentait dans les ténèbres et aspirait à la lumière ? Si une institution aux allures mystérieuses n'apprend rien de plus que ce qui s'enseigne sur les bancs des écoles profanes, il est évident qu'elle se ridiculise. L'occultisme authentique, dégagé de tout charlatanisme, entre donc normalement dans le programme des Loges fidèles aux traditions de l'Art Royal. Ce n'est pas en vain que les deux colonnes flanquent le trône de la Papesse, installé sur le pavé mosaïque. Certes, nous ne devons pas craindre de saisir les clefs interprétatives des idéogrammes du livre muet : nous nous préparons ainsi à soulever le voile avec la compétence et la discrétion qui s'imposent.

      Quand nous aurons modestement entrevu, nous nous tairons, si nous écoutons la Maçonnerie, plutôt que monter en chaire pour prêcher ou d'apparaître sur une estrade en battant de la grosse caisse. Vous qui êtes Maçon, mon cher F:., éprouvez-vous le besoin de pontifier, de vous poser en mage et de vous affirmer infaillible au nom de votre savoir transcendant ? Non ! Vous ne cherchez à éblouir personne, n'ayant que trop conscience de toute l'obscurité qui demeure devant le plus sagace d'entre nous.

      Sans doute, vous concevez que le matérialisme vulgaire ne conduit pas loin en Maçonnerie, pas au-delà des mystères du premier degré. Ce qu'on enseigne, en effet, aux braves Apprentis, c'est de ne pas prendre des vessies pour des lanternes – le symbolisme tombe juste – les vessies, ce sont les mots qui n'éclairent aucunement par eux-mêmes. Matière est un mot : quand on a dit que tout est matière, on est bien avancé ! Cela n'empêche pas le matérialisme de déblayer utilement le terrain sur lequel se posera la Pierre cubique du Compagnon digne de voir l'Etoile flamboyante. L'Apprenti purge sa mentalité de tout ce qu'en tant que profane, il avait laissé s'y infiltrer de faux. Pour faire le ménage de l'esprit, le matérialisme négateur est un excellent balai, disons même un aspirateur. Ne le méprisons donc pas. sachons nous en servir, sans oublier que le vide ne saurait être un idéal.

      Faire le vide n'en est pas moins la tâche préparatoire de l'Apprenti. Selon la recommandation de Descartes. il est appelé à faire table rase ; l'erreur serait de s'imaginer qu'une table doive demeurer inutilisée, alors qu'elle est faite pour suporter des objets. Ah, la table des occultistes – disons occultards pour ne pas confondre – ne manque pas d'être encombrée d'un pittoresque bric-à-brac poussiéreux. Il peut se trouver, dans le nombre, des bibelots de valeur, des curiosités exotiques dignes d'examen, mais, en revanche, combien de futilités sans intérêt ?

      Le malheur, c'est que chacun peut s'initier à l'occultisme de son autorité privée, en lisant des livres et en écoutant quelques conférenciers. Le disciple s'assimile des doctrines qui le séduisent et, dès qu'il croit les posséder. il se pavane en Maître et s'intitule Initié avec un grand I. S'exemptant de tout Apprentissage, il se précipite vers la colonne où les Compagnons éprouvés touchent leur salaire. Fier de savoir épeler le mot sacré, il encaisse des notions intuitives, sans avoir appris à distinguer les monnaies. Il s'enrichit ainsi de ce qui n'a pas cours et de reluisantes médailles de mauvais aloi.

      S'il s'était soumis au rituel, il aurait déposé ses métaux, ce à quoi ne songe jamais l'occultiste avide d'acquérir, sans comprendre qu'il faut se dépouiller avant de recevoir. L'Evangile est initiatique, lorsqu'il prescrit à celui qui veut suivre le Christ de distribuer préalablement ses biens aux pauvres. Où sont ceux qui se conforment au précepte en esprit et en vérité, donc spirituellement ? Et les purifications par les quatre éléments ? On en parle et parfois même on se vante de les avoir subies... matériellement. C'est ainsi que le héros du Vice Suprême commande au Gnômes, aux Sylphes, aux Ondins et aux Salamandres, parce qu'il a séjourné dans une mine, qu'il a résisté au vertige du haut d'un clocher, qu'il s'est jeté dans une rivière et qu'il a participé au sauvetage, à l'occasion d'un incendie. Le Sar Péladan, cet as des as en Haute Magie, en était encore à prendre le symbole pour le symbolisé. Jamais il n'a soupçonné ce que parler veut dire en matière de rituélisme.

      Voyez-vous, T:. C:. F:. là est bien le vice suprême de nos adeptes verbeux : ils manquent d'initiation initiale. Ils débutent par la réceptivité, qui attire passivement à soi les images tenues en suspension dans la fameuse Lumière astrale. Or, cette opération ne se recommande qu'à l'adepte devenu réfractaire à ce qui est faux. Quand l'erreur n'a plus prise sur nous, quand une sévère critique nous a vidés de préjugés et d'idées acceptées sans contrôle, alors nous pouvons laisser s'infiltrer en nous des notions pures, mesurées et vérifiées avec les instruments de l'Art. C'est avec ces matériaux choisis que nous construisons à titre de Compagnons. Nous édifions ainsi un Occultisme respectable, que nous gardons pour nous, car, sachant nous servir de la Règle et du Compas, nous limitons avec prudence le domaine de notre spéculation : nous méditons pratiquement, sans nous attacher à formuler des théories risquées.

      Il existe un Occultisme maçonnique, et c'est le vrai, à en juger par la valeur de nos rituels. Ceux-ci, étant compris et pratiqués en ce qu'ils signifient, tendent à former de réels Initiés (avec grand I cette fois, non usurpé). Il faut entendre par là des hommes transmués de plomb profane en or philosophique, des penseurs ayant acquis le Grand Art de penser juste, pour aider autrui à moins se tromper. De même que les petits secrets du tuilage ne sont pas ceux qui importent en Maçonnerie, la thaumaturgie ne joue qu'un rôle très secondaire en Initiation. Développer des pouvoirs anormaux devient la grande préoccupation des occultistes. Or, ces pouvoirs, le véritable Initié les dédaigne : il vise beaucoup plus haut, sans jamais se mettre en avant, devant la galerie.

      En résumé, cherchons la Maçonnerie, en nous instruisant de sa sagesse traditionnelle, et le bon Occultisme nous sera donné par surcroît !

Diogène Gondeau




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte FRANC-MAÇONNERIE