Vous êtes ici : Franc- maçonnerie | Livres, Textes & Documents | Le côté occulte de la Franc-Maçonnerie | Le pavé mosaïque

Le côté occulte de la Franc-Maçonnerie

Charles Webster Leabeater
© France-Spiritualités™






CHAPITRE III – DÉCORATION DE LA LOGE
Le pavé mosaïque

Les trois ornements appartiennent tous au centre de la Loge. La mosaïque est le beau dallage en carreaux alternativement noirs et blancs ; il représente, comme l'expose le rituel des trois premiers degrés, la diversité des objets qui décorent et ornent la création, ses éléments animés ou inanimés. Toutefois les carreaux alternés symbolisent non seulement le mélange en ce monde des êtres vivants et des objets matériels, mais encore et surtout l'association universelle de l'esprit et de la matière, ou de la vie et de la matière

      Dans la nature, point de vie sans matière, point de matière sans vie. Il y a peu d'années, beaucoup de savants pensaient que dans la création le côté vie ne descendait pas au-dessous du règne végétal ; on admet aujourd'hui qu'il est impossible de tirer une ligne et de dire : « Au-dessus de ce trait les choses sont animées et plus ou moins conscientes, mais au-dessous tout est matière morte ». Les recherches du professeur Sir Jagadish Chandra Bose (Note FS), de Calcutta (exposées dans son ouvrage Réaction de la Matière vivante et non vivante) qui lui ont valu les plus grands honneurs scientifiques et la plus haute considération, démontrent qu'une ligne semblable est tout simplement absente et que la vie réside même dans un imperceptible grain de sable. Certaines de ses conclusions ont été résumées avec précision par le Dr Annie Besant dans son ouvrage bien connu, Etude sur la conscience :

      Le professeur Bose, de Calcutta, a définitivement prouvé que la matière soi-disant « inorganique » répond aux excitations extérieures, et que la réponse est identique chez les métaux, les végétaux, les minéraux et – autant que l'expérience permet de s'en rendre compte – chez l'homme.
      Il construisit un appareil capable de mesurer la force de l'excitation et d'enregistrer, sous forme de courbes qui venaient s'inscrire sur un cylindre en rotation, la réponse donnée par le corps soumis aux expériences. Il compara les courbes obtenues dans l'étain et d'autres métaux avec celles obtenues dans les muscles, et trouva que les courbes de l'étain étaient identiques à celles des muscles et que d'autres métaux donnaient des courbes de même nature, mais variant par la durée de leur rétablissement.
      Il réussit d'obtenir le tétanos complet et partiel, par des chocs répétés et obtint les mêmes résultats dans les minéraux et dans les muscles.
      Les métaux présentèrent des symptômes de fatigue, mais l'étain moins que tous les autres. Des réactifs chimiques, tels que certains médicaments, produisirent sur les métaux les mêmes effets que ceux qu'ils provoquent d'ordinaire chez les animaux, amenant l'excitation, la dépression et la mort. Tel poison tuera un métal et produira en lui un état d'immobilité rendant impossible d'en obtenir une réaction quelconque. Si le métal empoisonné est traité à temps, un antidote pourra lui sauver la vie.
      Un stimulant quelconque augmentera le pouvoir de réponse. On a vu que certaines drogues stimulent ou tuent, selon la dose employée, et on a trouvé que dans les métaux elles produisaient les mêmes effets.
      « Entre tous ces phénomènes, dit le professeur Bose, comment tracer des lignes de démarcation et dire : « Ici s'arrête le processus physique, et là commence le processus physiologique ? » Ces limites n'existent pas.


      A cette conclusion, ajoutons le témoignage de l'expérience psychique et de la clairvoyance méthodiquement développée : elles affirment que sans l'ombre de doute, on peut voir la même vie palpiter dans le corps d'un tigre, dans un chêne et dans un fragment minéral. Comme l'exprime La Doctrine Secrète :

      Chaque jour, l'identité de animal et de l'homme physiques, de la plante et de l'homme, est de plus en plus clairement démontrée. Puisqu'il y a identité entre les constituants physiques et chimiques de tous les êtres, la science chimique peut très bien en arriver à dire qu'il n'y a pas de différence entre la matière qui compose le bœuf et celle qui compose l'homme. Mais la doctrine occulte est bien plus explicite. Elle dit : Non seulement la composition chimique de ces êtres est la même, mais les mêmes vies infinitésimales et invisibles composent les atomes des corps de la montagne et de la marguerite, de l'homme et de la fourmi, de l'éléphant et de l'arbre qui l'abrite du soleil. Chaque particule – que vous l'appeliez organique ou inorganique – est une Vie (18).

      En regardant notre pavement en damier, ceux d'entre nous qui en comprennent bien la signification y voient un rappel constant à l'omniprésence de la vie.

      Dans l'Egypte ancienne, on veillait avec le soin le plus jaloux sur le caractère sacré de la mosaïque ; elle n'était jamais foulée que par le candidat et les officiers aux moments prescrits, par le Vén:. de la précédente année dans l'accomplissement de ses devoirs, par le premier Exp:. en allant prendre de la lumière au feu sacré, enfin par le thuriféraire quand il encensait l'autel.

      L'extrême importance de contourner la loge en équerre avec précision est un autre aspect de la même idée. Les courants d'énergie, les uns en long, les autres en large, parcourent le dallage, en lignes qui rappellent la chaîne et la trame d'un tissu ; ils en suivent aussi les contours ; toute personne qui doit le traverser, ou même s'en approcher doit avoir soin de se mouvoir dans le même sens que l'énergie et non en sens inverse. D'où l'impérieuse nécessité de ne pas changer de direction. De nos jours, on semble prendre moins de souci du pavé mosaïque ; j'ai même une fois constaté que le registre de présence que tous doivent signer avait été posé sur une table, juste au milieu. Chez nous, en Egypte, le dallage couvrait presque toute la surface de la Loge ; maintenant il est souvent réduit à un petit enclos établi au centre.


________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
(Note FS)  Voir le chapitre consacré par Paramahansa Yogananda à ce grand savant indien dans son Autobiography of a Yogi.

(18)  La Doctrine Secrète, I, 281 (Edition française de 1906, I, p. 244).




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2021  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte FRANC-MAÇONNERIE