Vous êtes ici : Franc- maçonnerie | Livres, Textes & Documents | Le côté occulte de la Franc-Maçonnerie | Le serment et la bénédiction

Le côté occulte de la Franc-Maçonnerie

Charles Webster Leabeater
© France-Spiritualités™






CHAPITRE IX – DEUX MERVEILLEUX RITUELS
Le serment et la bénédiction

Alors, en procession, tous les FF:. portant leurs somptueuses robes de fête se mettaient en marche autour de la vaste salle, en chantant avec un formidable enthousiasme des cantiques d'allégresse. Le tour de la salle achevé, ils se divisaient en quatre groupes, qui se postaient au point central de chacun des quatre murs ; puis, à un signal donné, ils se dirigeaient simultanément vers le centre et reprenaient dans la loge les places qu'ils occupaient au commencement. Après quoi, le Vén:. frappait la série spéciale de sept c... et, levant les bras au-dessus de sa tête, disait :

      « FF:., nous avons rebâti le temple d'Amen-Ra qui crée, soutient les mondes, et met fin à leur existence. Osiris, Isis, Horus sont tous Un en Lui. Nous consacrons nos vies à Celui de qui nous les recevons ; invoquons Sa bénédiction. »

      En réponse, tous les FF:. élevaient leurs bras vers l'Etoile flamboyante et répétaient solennellement : « Nous consacrons nos vies à Amen-Ra, à Lui dont elles procèdent ». Puis, baissant de nouveau les bras, ils entonnaient un merveilleux final, une antienne où le Nom sacré était cent fois répété, comme dans le chœur « Amen », du Messie de Haendel, bien que la musique se rapprochât plutôt des fugues de Bach : « Louons Amen ; rendons grâces à Amen ; Amen, Amen, Amen-Ra ». Le bonheur et l'enthousiasme des FF:. étaient indescriptibles. Le dernier joyeux accord avait cessé de vibrer ; alors le Vén:., levant de nouveau les bras, disait avec un sentiment profond :

      « Que la bénédiction et la paix et l'amour et la vie vous soient accordés par Amen ; à jamais. »

      Et tous, étendant leurs mains, répondaient : « Ainsi soit-il ».

      Alors suivait l'abaissement et la fermeture de la loge dans la forme régulière et traditionnelle.

      Après la cérémonie et à un moment choisi, le Vén:. et certains des officiers portaient le bol d'or sur la rive du Nil et montaient sur une barque dont les rameurs les conduisaient au milieu du fleuve ; là, le Vén:. brisait ses cachets et vidait dans l'eau profonde tout le contenu du bol. Puis il lavait soigneusement ce vase, que l'on rapportait dans le sanctuaire.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2021  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte FRANC-MAÇONNERIE