Vous êtes ici : Franc- maçonnerie | Livres, Textes & Documents | Le côté occulte de la Franc-Maçonnerie | Le serm:.

Le côté occulte de la Franc-Maçonnerie

Charles Webster Leabeater
© France-Spiritualités™






CHAPITRE VI – INITIATION
Le Serm:.

Le candidat se tient maintenant debout dans l'angle nord-ouest et face à l'est ; le premier Surv:. le présente au Vén:. en le déclarant digne d'être créé Franc-Maçon. A ce moment la possibilité lui est donnée de se retirer s'il le préfère, mais après avoir exprimé sa détermination d'avancer sans crainte ni témérité, il est conduit à l'autel, lieu de la Lumière, par les P:. traditionnels. Le premier P:. est fait en partant du p... g... que le p... d... rejoint ensuite en se plaçant perpendiculairement à lui, les t... réunis ; la longueur du P:. est environ de n... p... Le p... g... est mis en mouvement le premier, parce qu'il est le plus rapproché du cœur ; ceci doit rappeler au candidat que dans toutes ses décisions l'amour doit parler le premier. Les deuxième et troisième P:. sont pareils, mais leur longueur est respectivement de tr... et de q... p...

      Trois P:. sont nécessaires, parce que les qualités requises sont au nombre de trois ; l'amour est parfois compté comme une quatrième qualité, mais en réalité il doit les imprégner toutes et, s'il est fort, amènera le disciple au sentier plus élevé du degré suivant.

      Deux raisons déterminent la longueur de ces trois P:. Chacun porte l'homme plus loin que le précédent ; ainsi le veut l'évolution. Chacun accroît la force de l'homme, lui permettant de faire un nouveau pas plus énergique et plus long que le récédent. Il y a toujours gain et jamais perte, si bien que la vitesse de la marche augmente suivant une progression arithmétique ; enfin l'homme peut s'attendre à avancer suivant une progression géométrique, et même par carrés.

      D'autre part, neuf, douze et quinze sont proportionnels à trois, quatre et cinq ; ceci nous rappelle le théorème pythagoricien constamment utilisé par l'architecte humain, et qui probablement se retrouve, avec je ne sais quel caractère plus vaste, dans les plans du G:. A:. Lui-même. L'usage de cet instrument capital appartient spécialement aux précédents Vén:., mais dès à présent l'App:. doit savoir le respecter et aspirer à s'en servir un jour.

      Quand le candidat s'ag... devant l'a... pour prêter Serm:., un certain nombre de FF:. dont les sièges se trouvent du côté ouest de la loge entourent en général le candidat ; ils forment un carré qui touche les coins de l'autel et dirigent leurs gl:. vers le candidat, tandis que le Vén:. reçoit son Serm:.. Debout dans cette attitude, chaque Fr:. devrait fixer son attention sur le candidat et s'efforcer de répandre sur lui la bénédiction qu'en sa qualité de M:. Maç:. il a le droit et le pouvoir de donner.

      Beaucoup de candidats s'étonnent de la terrible solennité du Serm:. ; c'est une tradition du moyen-âge. A cette époque, les Maçons enseignaient, relativement à la vie et à la nature intérieures de l'homme, des faits dont la connaissance était punie du bûcher par l'Eglise. D'où l'extrême nécessité du secret ; elle excuse les termes énergiques employés dans le Serm:., surtout si l'on se rappelle que l'indiscrétion commise par une seule personne aurait exposé tout le reste de la Loge à un assassinat juridique.

      La récitation du Serm:. ayant pris fin, les FF:. qui encadrent le candidat relèvent leurs épées et les tiennent verticalement, le coude d'équ:. ; en même temps, les FF:. assis à l'est étendent horizontalement le b... d..., dans un geste de bénédiction ; enfin, épées et bras s'élèvent, au chant de la formule : « Que le Serm:. soit gardé ». En prononçant ces mots, chaque Fr:. devrait désirer, avec toute l'intensité possible, que le candidat ait la force de garder l'engagement qu'il vient de prendre. Puis le Vén:. crée, reçoit et constitue le candidat comme Appr:. en frappant des coups avec le Mail:. sur le Gl:. flamboyant placé successivement sur ses épaules et sur sa tête. Bien que le Vén:. confère le degré, il agit bien entendu comme représentant du C:. D:. T:. L:. V:. F:. M:., et sert de canal à sa puissance. Evidemment aussi, les trois attouchements du gl:. flamb:. confèrent différents aspects de cette puissance, correspondant aux trois Aspects de la sainte Trinité. Le premier attouchement dirige l'énergie vers le cerveau, le second dirige l'amour vers le cœur, le troisième dirige la faculté d'exécution vers le bras droit. Cette effusion d'énergie a pour effet général d'élargir un peu le canal reliant l'ego à la personnalité du candidat ; encore un exemple de la curieuse correspondance entre l'admission à ce degré et l'ordination du sous-diacre (31).

      Le serment solennel de garder les secrets ayant été reçu, le b... est enlevé et la joie de voir la lumière est rendue au candidat. Voici à cet égard le commentaire du F:. J. S. M. Ward :

      Notez le Mot « rendue ». La renaissance mystique est le point de départ de notre voyage vers la lumière, de notre montée vers Dieu, mais c'est un retour, un voyage qui nous ramène à Celui dont nous sommes issus. Une manière identique de procéder est suivie dans les rites initiatiques des derviches turcs ; là succède à l'incident une belle explication du sens mystique de la Lumière. C'est la lumière divine, emblème de Dieu Lui-même, l'inspiration divine. Elle est présente non seulement dans les textes sacrés, mais aussi dans le cœur de tout véritable croyant. La lumière du soleil lui-même n'est qu'un pâle reflet de la radieuse lumière de l'amour de Dieu, en qui et par qui nous avons l'être.


________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
(31)  La Science des Sacrements, p. 245.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2021  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte FRANC-MAÇONNERIE