Vous êtes ici : Franc- maçonnerie | Livres, Textes & Documents | Le côté occulte de la Franc-Maçonnerie | Les Grandes Loges

Le côté occulte de la Franc-Maçonnerie

Charles Webster Leabeater
© France-Spiritualités™






CHAPITRE PREMIER – PRÉLIMINAIRE
Les Grandes Loges

Au temps où je vivais en Egypte, la direction gouvernementale avait son centre au sein des Mystères. L'Egypte était divisée en quarante-deux nomes ou comtés ; le nomarque ou chef de chacun d'eux était le Maître de la Loge principale du nome. Il y avait une Grande Loge (ne pas la confondre avec les trois Grandes Loges d'Amen que nous décrirons plus loin), réunion de tous les nomarques et dont le Grand Maître était le Pharaon. Cette Grande Loge avait son siège à Memphis ; son rituel n'était pas celui des grades inférieurs. C'est à elle que le Pharaon communiquait ses intentions car, si son pouvoir dans le pays était à peu près absolu, le souverain prenait toujours l'avis de ses nomarques avant de prendre aucun parti sérieux ; d'ailleurs, à en juger d'après leurs décisions, c'étaient tous des hommes capables. Les questions secondaires étaient réglées par un comité exécutif formé dans cette Loge que présidait le Pharaon, mais les mesures graves étaient toujours étudiées dans la Grande Loge elle-même. Ainsi les Mystères exerçaient jadis leur influence et dans la vie politique et dans la vie religieuse ; d'où une politique beaucoup moins personnelle.

      Il y avait alors en Egypte trois Grandes Loges d'Amen dont chacun comptait quarante membres et jamais davantage. Chaque membre formait un rouage nécessaire. En comprenant les officiers, dont le rôle était de réciter les offices et de magnétiser la Loge, chaque membre représentait une qualité particulière. Il y avait un chevalier de l'amour, un chevalier de la vérité, un chevalier de la persévérance, et ainsi de suite ; chacun était supposé se spécialiser dans la pensée et dans l'expression de la qualité qui lui était assignée. Les quarante qualités, pensait-on, ainsi exprimées par la Loge entière, représentaient le caractère d'un homme parfait, d'une sorte d'homme céleste, pouvant répandre sur toute la contrée l'énergie dont il était animé.

      Ces trois Grandes Loges travaillaient trois genres distincts de Maçonnerie, dont un seul est parvenu jusqu'à nous. Le Maître de la première Grande Loge représentait la sagesse, et ses deux surveillants la force et la beauté, comme dans nos Loges actuelles. L'énergie prééminente répandue était l'amour parfait, qualité dont le monde a si grand besoin de nos jours. Le Maître de la deuxième Grande Loge représentait la force, et ses surveillants la sagesse et la beauté ; dans cette Loge, la qualité prédominante était la puissance du premier Aspect de la Trinité. Le Maître de la troisième Grande Loge figurait la beauté ; la sagesse et la force étaient subordonnées à ce troisième Aspect de la Lumière Cachée.

      Comme tous les membres présents devaient participer à la création de la forme, une coopération exacte et une harmonie parfaite étaient indispensables, et des personnes capables de s'oublier complètement dans leur grande tâche étaient seules choisies dans les loges ordinaires pour devenir membres des trois Grandes Loges, dont la puissance était telle qu'elle influençait tout le pays. La moindre paille dans le caractère de l'un des quarante membres aurait sensiblement affaibli la forme au moyen de laquelle s'accomplissait le travail. Ne faut-il pas voir un vestige de cette nécessité primordiale dans notre règle actuelle interdisant aux FF:. qui ne sont pas en plein accord de mettre leurs tabliers avant d'avoir mis fin à leur dissentiment ? Dans l'Egypte ancienne, les membres d'une loge étaient unis par un profond sentiment fraternel, auquel sans doute on parvient rarement aujourd'hui ; tous se sentaient unis par le plus sacré des liens, non seulement comme rouages du même organisme, mais aussi. en vérité, comme collaborateurs de Dieu Lui-même.

      Le rituel travaillé par les Grandes Loges se nommait la Construction du temple d'Amen ; nous donnerons dans une autre partie du présent volume une traduction des termes employés. C'était assurément un des Sacrements les plus magnifiques et les plus efficaces que l'homme ait jamais connus. La célébration s'en prolongea pendant des milliers d'années, pendant lesquelles l'Egypte fut un puissant royaume, mais il vint un temps où les égos les plus avancés dans leur évolution commencèrent à s'incarner dans des nations nouvelles, afin d'y acquérir, comme dans les différentes classes d'une école ordinaire, des connaissances nouvelles. Alors cette partie des Mystères égyptiens tomba en sommeil, et tandis que dans la civilisation égyptienne déclinante le formalisme prenait le dessus, elle servit de théâtre aux activités d'hommes moins évolués.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2021  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte FRANC-MAÇONNERIE