Vous êtes ici : Franc- maçonnerie | Livres, Textes & Documents | Le labarum anti-maçonnique | II - Grandes Constitutions

Le labarum anti-maçonnique

Anonyme
© France-Spiritualités™






II
GRANDES CONSTITUTIONS

Chapitre premier
Pacte fondamental et patronage

      Article premier. – La Ligue du Labarum Anti-Maçonnique a pour acte constitutif, dit Pacte Fondamental, l'acte de consécration, qui a été prononcé par ses Fondateurs, le mardi matin 19 novembre 1895, au Mont-des-Martyrs (Paris), en la Basilique du Sacré-Cœur, après la Sainte Messe dite par l'un d'eux à l'autel de la Très Sainte Vierge, en présence du Très Saint-Sacrement exposé.

      Cet acte est ainsi conçu :

      « Ô Notre-Seigneur Jésus-Christ, nous consacrons en ce jour à votre Divin Cœur toutes les forces que nous jurons d'employer au triomphe de votre Sainte Eglise.
      Donnez-nous l'humilité et le courage, la charité et la persévérance.
      Nous voulons, pour votre gloire, combattre sans trêve les sectes que Satan inspire, sectes qui aujourd'hui ont leur plus haute expression dans la Franc-Maçonnerie. Mais écartez de nous toute pensée d'orgueil dans cette sainte bataille ; remplissez nos âmes d'amour pour les âmes de nos adversaires, afin que nous ne perdions jamais de vue que leur salut, aussi bien que le nôtre, est votre joie ; nous n'aurons de haine que pour Satan, auteur du mal. Ô Nôtre-Seigneur Jésus-Christ, chacun de nous ici vous offre sa vie pour la conversion des francs-maçons.
      Que les flammes de votre Cœur Sacré entretiennent en nous la noble ardeur du devoir chrétien, qui nous a été tracé par votre Vicaire dans son Encyclique Humanum Genus ; et qu'aucune déception ne lasse notre zèle !
      Seigneur Jésus, nous sommes vos vassaux et vos soldats. Armez-nous pour la lutte, et soutenez-nous au plus fort du combat. Si nous sommes blessés, meurtris, nous demandons à votre Très Sainte Mère de panser nos plaies ; refuge des pécheurs et consolatrice des affligés, qu'elle soit encore la dispensatrice de votre grâce et du baume bienfaisant qui guérira nos blessures ! Que le glorieux Archange Saint Michel et la Vénérable Jeanne d'Arc marchent à notre tête et nous guident dans nos sorties contre l'ennemi.
      Bénissez cette Ligue ; rendez invincible ce nouveau Labarum, que, pleins de foi, nous arborons pour repousser plus vaillamment les assauts de l'Enfer ; et, quoi qu'il advienne pour nous en cette guerre, faites-nous assister par l'aimable Saint Joseph, à l'heure de notre mort.
      Ô Notre Seigneur Jésus-Christ, nous vous renouvelons solennellement tous les engagements de notre baptême. Pour vous, pour votre Sainte Eglise, pour votre auguste Vicaire, pour les droits du Saint-Siège et de la Religion, nous combattrons jusque notre dernier soupir. »

      Après avoir été prononcé, cet acte a été signe par les sept Fondateurs habitant Paris et envoyé aussitôt au huitième Fondateur habitant hors Paris ; retourné avec la signature de celui-ci, le Pacte Fondamental a été mis et restera aux archives centrales de l'Ordre [Note : Les huit Fondateurs du Labarum Anti-Maçonnique ont pris pour noms de ligueurs : Paul de Régis, Kostka de Borgia, Louis de Loyola, Réginald d'Aquin, Henri Vianney, Louis d'Alcantara, Michel Ferrier et Maurice de Gonzague.].

      ART. 2. – En se consacrant au Sacré-Cœur, la Ligue se place, en outre, sous le patronage spécial de Saint Michel Archange et de la Vénérable Jeanne d'Arc.

      ART. 3. – Le Pape est le général en chef de la Ligue. Tout adhérent, qui sera admis dans l'Ordre du Labarum Anti-Maçonnique, renouvellera, au jour de sa réception comme Membre Actif, le serment de fidélité et d'obéissance absolue qu'il doit, comme bon catholique, au Chef suprême de la Sainte Eglise.



Chapitre II
L'Initiation et ses degrés


Titre Ier - Les grades de la Ligue

      Article 4. – La Ligue du Labarum est essentiellement une association d'enseignement anti-maçonnique et de combat. Son mode d'enseignement est l'initiation donnée à ses membres, dans des réunions auxquelles sont admis, à titre d'invités, des bons catholiques non-ligueurs, en aussi grand nombre que possible;  en dehors de ces initiations, dont le fond et la forme n'auront rien de secret, les groupes de la Ligue organiseront, dans les mêmes conditions de publicité, des conférences anti-maçonniques régulières et fréquentes. Les armes de combat, adoptées par la Ligue, sont la prière, la charité chrétienne et le sacrifice.

      ART. 5 – La Ligue se compose de Frères, dont l'initiation s'effectue en trois degrés, et de Sœurs, dont l'initiation ne comporte qu'un seul degré, mais qui peuvent, si elles le veulent et si elles sont en droit de le faire, s'associer à la pensée d'immolation à laquelle aboutit, sans obligation pour personne néanmoins, le 3ème degré de l'initiation des Frères du Labarum.

      ART. 6 – Nul ne peut être déclaré admissible, s'il ne fournit des références démontrant d'une manière évidente qu'il est bon catholique.

      ART. 7 – L'âge d'admission pour les Frères est vingt-un ans accomplis, exception faite en faveur des jeunes gens légalement émancipés, ou qui, âgés de seize ans au moins, justifieraient du consentement formel de leurs parents. Pour les dames et demoiselles, l'admission ne peut avoir lieu si elles n'ont pas atteint leur majorité, exception faite pour les demoiselles qui, âgées de quinze ans au moins, auraient leur père ou leur mère déjà membre de la Ligue et les présentant ; les dames mariées ne peuvent se faire inscrire à un groupe de la Ligue que si leur mari est également ligueur et appartenant au même groupe.

      ART. 8 – La Ligue admet aussi, mais sans initiation, les jeunes garçons et les jeunes filles à partir de leur première communion et d'un âge inférieur à ceux stipulés ci-dessus, à la condition qu'ils soient présentés par leurs parents déjà Frères et Sœurs du Labarum.

      ART. 9 – Les trois degrés d'initiation pour les Frères forment les grades suivants : Légionnaire de Constantin (1er degré) ; Soldat de Saint Michel (2ème degré) ; Chevalier du Sacré-Cœur (3ème et dernier degré). Le grade unique des Sœurs a pour titre : Sœur de Jeanne d'Arc. Les adolescents reçus en vertu de l'art. 8 sont qualifiés Compagnons (ou Compagnes) de Saint-Jean.

      ART. 10 – Le 1er degré, Légionnaire de Constantin, est un grade de préparation ; il forme un stage dont la durée générale est d'un an, sauf en cas de dispense dont les causes seront indiquées par les Règlements Généraux. L'initiation à ce grade a pour but de faire comprendre au récipiendaire toute l'importance de la défense énergique à opposer à la Franc-Maçonnerie dans l'ordre naturel.

      ART. 11 – Le 2ème degré, Soldat de Saint Michel, est un grade d'initiation complète ; le ligueur qui l'a reçu peut s'y tenir, sans chercher à s'élever au 3ème degré. L'initiation à ce grade a pour but de parfaire l'instruction anti-maçonnique du récipiendaire et de lui faire comprendre que, dans la lutte de la Franc-Maçonnerie contre la Sainte Eglise, il y a l'action même du démon ; l'enseignement du 2ème degré porte donc sur les faits et les œuvres maçonniques qui sont dans l'ordre surnaturel.

      ART. 12. – Le 3ème degré, Chevalier du Sacré-Coeur, est le grade supérieur ; il constitue l'initiation réservée aux ligueurs du 2e degré, qui, s'inspirant bien de tout l'enseignement précédemment reçu, considèrent qu'à raison du grave caractère de la lutte à laquelle ils prennent part par leur agitation, ils doivent se maintenir constamment dans la pensée que la résignation à la mort est nécessaire à tout bon catholique, anti-maçon militant. Le ligueur promu au 3ème degré se propose Garcia Moreno pour modèle, et l'initiation à ce grade, opposant le noble héros chrétien au Jacques Molay des Chevaliers Kadosch, montre toute la sublimité du dévouement par lequel l'illustre martyr, assassiné par l'infernale secte, a établi, au prix de son sang, un gouvernement honnête et libéral, basé sur la consécration de l'Etat au Divin Cœur de Jésus.

      ART. 13 – Les ligueurs du 3ème degré, qui, spontanément, déclarent que non seulement ils sont résignés à  la mort, mais encore qu'ils la désirent en expiation des crimes de la Franc-Maçonnerie et qu'ils offrent à Dieu le sacrifice de leur vie pour la conversion des francs-maçons, sont qualifiés Parfaits Chevaliers du Sacré-Cœur.
      Les Sœurs de Jeanne d'Arc, qui, ayant assisté à une initiation au 3ème degré des Frères veulent aussi s'offrir en victime, si elles sont en droit de le faire, reçoivent, sans insigne spécial, le titre de Chevalières du Sacré-Cœur. Quant à l'initiation ordinaire des Sœurs, elle repose sur la méditation des vertus chrétiennes et guerrières dont la Vierge de Domremy a donné l'exemple, cette méditation étant appliquée aux nécessités des temps présents.

      ART. 14 – Le recrutement des Frères et Sœurs du Labarum s'opère, soit par présentation, soit par adhésion directe.
      La présentation a lieu par un Chevalier du Sacré-Cœur ou par deux Soldats de Saint Michel, qui apostillent l'énonce des références du candidat à l'admission. Les Légionnaires de Constantin ne sont pas admis à se porter caution d'un adhérent ; s'ils ont à présenter un de leurs amis, ils doivent faire appuyer leur demande par deux Soldats de Saint Michel ou par un Chevalier du Sacré-Cœur. Deux Sœurs de Jeanne d'Arc sont aptes à présenter une adhérente ; mais la demande doit être apostillée par un Frère ligueur pourvu au moins du 2ème degré.
      L'adhésion directe doit être adressée au Conseil Central de l'Ordre, lequel fait examiner la validité des références fournies par le candidat ou la candidate.

      ART. 15 – Tout candidat ou candidate à l'admission, ayant pris connaissance des Statuts de l'Ordre, demande à contracter son engagement dans la Ligue, en signant une Feuille d'Adhésion dont le modelé définitif a été établi par le Conseil Central. Ces feuilles sont remises ou envoyées à quiconque les demande [Note : On peut demander une Feuille d'Adhésion, en s'adressant aux bureaux de l'organe officiel de la Ligue : l'Anti-Maçon, 37, rue Etienne-Marcel, à Paris. On peut recevoir deux Feuilles sous une enveloppe fermée, si on a eu soin d'envoyer un timbre-poste de 15 c. pour l'affranchissement de la lettre. Le prix du port de vingt-cinq Feuilles d'Adhésion, expédiées comme papiers d'affaires, en paquet recommandé, est quarante centimes. Il est de règle dans la Ligue, que tout envoi personnel de Feuille d'Adhésion ou de lettre de convocation à une séance doit être fait sous enveloppe fermée.].

      ART. 16 – Tout ecclésiastique qui adhère à la Ligue du Labarum Anti-Maçonnique, est reçu Chevalier du Sacré-Cœur sans avoir à passer par les deux premiers degrés. Les autres admissions de droit soit au 2ème degré, soit au 3ème degré, seront fixées par les Règlements Généraux ; toutefois, elles seront limitées à la période d'organisation de la Ligue, qui va de la fondation jusqu'au 29 septembre 1806.

      ART. 17 – La rédaction du Cahier des Grades et du Cérémonial des Séances est confiée à deux Commissaires spéciaux, premiers Fondateurs de la Ligue. Tous les rituels du Labarum Anti-Maçonnique seront imprimés et publiés, de telle sorte que les personnes n'appartenant pas à la Ligue puissent elles-mêmes en prendre connaissance.


Titre II - Le Nom de Ligueur

      Article 18. – En entrant dans l'association chacun adopte un nom particulier, sous lequel, une fois reçu, il est exclusivement appelé et désigné, soit dans les séances, soit sur les registres et procès-verbaux, soit en n'importe quelle circonstance ou œuvre de la Ligue. Les Membres Honoraires n'ont pas l'obligation de cette formalité.

      ART. 19 – Le Nom de Ligueur se compose de deux parties : le prénom, et le nom proprement dit. L'adhérent choisit de plein droit la première partie, c'est-à-dire le prénom. Quant à la deuxième partie, il indique sur sa Feuille d'Adhésion, trois noms qu'il inscrit dans l'ordre de sa préférence (nom de sanctuaire ; ou bien nom de famille d'un Saint ou Sainte, Bienheureux ou Bienheureuse, ou Vénérable ; ou bien nom de la Ville de naissance ou de décès d'un Saint, etc. ; ou d'une des villes ayant eu une place plus ou moins marquante dans la vie du Saint, etc., sous le patronage de qui on désire se placer ; ou encore nom d'un personnage historique religieux militant) ; la plus grande latitude est laissée à cet égard, pourvu que l'indication du nom complémentaire désiré témoigne d'un sentiment profondément catholique.
      Un Nom de Ligueur ne peut être pris par deux adhérents, même avec variation du prénom. Dans le cas où les trois noms indiqués comme préférés auraient été déjà pris, le Conseil Central attribuera d'office un nom à l'adhérent.
      Une discrétion absolue est exigée dans la Ligue sur le Nom de Ligueur des affiliés qui ne sont pas dans une situation indépendante ; cette discrétion, dans les temps présents, est une loi d'honneur.


Titre III - Les Insignes de la Ligue

      Article 21. – La Ligue a pour insignes, portés par tous ses membres sans distinction de grades : la Croix de l'Ordre du Labarum, ayant au centre le Sacré-Cœur rayonnant ; la Médaille de la Ligue, représentant sur une face l'Archange Saint Michel précipitant Satan dans l'abîme, et sur l'autre face le portrait de la Vénérable Jeanne d'Arc.
      La Croix se porte sur la poitrine. Elle est suspendue pour les Ligueurs ecclésiastiques, à un cordon de soie rouge ; pour les Frères laïques, à un collet d'un modèle adopté par le Conseil Central et dont la couleur varie selon les grades (vert- émeraude au 1er degré, bleu-d'azur au 2ème degré, rouge-ponceau au 3ème degré) ; pour les Sœurs, à un ruban blanc assez large passé au cou. Les Compagnons et Compagnes de Saint-Jean ont le collet-insigne (de couleur rose), mais n'y suspendent pas la Croix de l'Ordre.
      La Médaille se porte sur le cœur, attachée à un nœud de ruban rouge. Les Compagnons et Compagnes de Saint-Jean l'ont.

      ART. 22. – Le port des insignes n'est pas obligatoire dans les séances dites de grand'garde, excepté pour les membres des Comités de groupes.
      Le port des insignes est expressément interdit en dehors des réunions de la Ligue. Toutefois, la Médaille pourra être portée, dans le cas où un groupe assistera en corps à une Messe, ou aux obsèques de l'un de ses membres, ou à une assemblée de propagande tenue par une autre société catholique et à laquelle le groupe aura été officiellement invité.

      ART. 23 – Pour les Chevaliers du Sacré-Cœur, dits Parfaits Chevaliers, et pour celles d'entre les Sœurs de Jeanne d'Arc qui ont titre de Chevalières du Sacré-Cœur, il sera dérogé, tout à fait exceptionnellement, à ce qui vient d'être stipulé au second paragraphe du précédent article, dans la seule circonstance suivante : – Au cas où la Franc-Maçonnerie, poursuivant son œuvre infernale de destruction des institutions de l'Eglise, entrerait dans la voie de la persécution violente et assiégerait ou ferait assiéger une église ou un couvent pour en opérer l'expropriation, contrairement à la Constitution Française qui garantit à tous les citoyens, avec la liberté religieuse, l'égalité devant la loi et le droit de propriété, les Chevaliers et Chevalières du Sacré-Cœur qui considéreront alors comme un devoir suprême de verser leur sang pour la défense de la Religion opprimée, se rendront en groupe (après avoir reçu la Sainte Communion) autour du sanctuaire ou du monastère menacé de l'assaut immédiat ordonné par la secte ; là, quand l'heure du sacrifice sera venue, ils revêtiront leurs insignes, n'opposeront aux persécuteurs d'autre résistance que celle de leur groupement dans une dernière prière, et, plutôt que de céder la place, se laisseront immoler, en implorant Dieu de convertir leurs meurtriers.



Chapitre III
Fonctionnement de la Ligue


Titre Ier - La Grande-Maîtrise

      Article 24. – Le Grand-Maître de l'Ordre du Labarum Anti-Maçonnique, pour la France et ses Colonies, est élu à vie. Son élection a lieu par les membres du Conseil Central, à la majorité des deux tiers au minimum : les voix peuvent se porter sur un Ligueur n'appartenant pas au dit Conseil Central, si la candidature de ce Frère est proposée par cinq des électeurs ; mais, dans ce cas, le candidat proposé doit avoir le grade de Chevalier du Sacré-Cœur, au titre de Parfait Chevalier. Nul Ligueur laïque, même membre du Conseil Central, ne peut être élu Grand-Maître, s'il n'est Parfait Chevalier du Sacré-Cœur.

      ART. 25 – L'élection du premier Grand-Maître de l'Ordre aura lieu le 25 mars 1896. L'élu ne sera pourtant que Grand-Maître provisoire, tant que les Règlements Généraux, qui seront rédigés à la suite des présents Statuts, n'auront pas reçu, avec lesdits Statuts, l'approbation du Saint-Siège ; cette approbation sera demandée officiellement par le Conseil Central au lendemain même de la tenue du premier Congrès Anti-Maçonnique International. En même temps, la ratification de l'élection du Grand-Maître sera demandée au Souverain Pontife.
      Dans le cas où le Pape ferait connaître sa volonté de nommer lui-même le Grand-Maître, l'article précédent sera annulé et le Grand-Maître de l'Ordre sera toujours nommé par le Saint-Siège. Dans le cas où le Pape refuserait son approbation aux Statuts et Règlements Généraux du Labarum Anti-Maçonnique, la Ligue se dissoudra immédiatement.

      ART. 26 – Le Conseil Central peut élire un Grand-Maître d'Honneur, choisi parmi les membres de l'Episcopat Français.

      ART. 27 – Deux Grands-Maîtres honoraires ad vitam, élus par le Conseil Central, sont, avec le Grand-Maître effectif, les grands conservateurs des Statuts de l'Ordre. Le Grand-Maître désigne l'un d'entre eux pour le suppléer en cas de maladie ; et tous deux exercent conjointement les fonctions de la Grande-Maîtrise, pendant la vacance occasionnée par le décès ou la démission du Grand-Maître. Pour cette raison, ces deux hauts dignitaires sont appelés Grands-Maîtres honoraires ad vitam, suppléants intérimaires. Ils peuvent exercer telle ou telle fonction dans le Conseil Central, mais sans avoir la préséance sur leurs collègues par le fait de leur autre titre ; ils n'ont la préséance que pendant la vacance de la Grande-Maîtrise.
      Les premiers Grands-Maîtres honoraires ad vitam sont les deux premiers Fondateurs de la Ligue, élus à ce titre le 26 novembre 1895.


Titre II - Le Conseil Central de l'Ordre

      Article 28. – Le Grand-Maître effectif est le président généra1 Ligue. Il est assisté de quatorze Chevaliers du Sacré-Cœur, qui forment avec lui le Conseil Central de l'Ordre.

      ART. 29 – Le Conseil Central tient à Paris ses séances, appelées « hautes-gardes ».

      ART. 30 – Parmi les quatorze Conseillers Grands Assistants, neuf remplissent des fonctions en vue des intérêts généraux de l'Ordre. Ils portent les titres suivants : Grand Aumônier ; 2° Grand Lieutenant Vice-Président ; Grand Promoteur Général ; Grand Chancelier Secrétaire Général ; Grand Secrétaire des Procès-Verbaux ; Grand Trésorier ; Grand Porte-Etendard ; Grand Maître des Cérémonies ; Grand Capitaine d'Armes.
      Les cinq premiers hauts dignitaires sont élus pour quatre ans ; les neuf autres Conseillers Grands Assistants sont élus pour trois ans et par groupes de trois, de telle sorte qu'il y ait élection chaque année, à la date du 25 mars. Le mode d'élection sera établi par les Règlements Généraux.
      Disposition transitoire. – Le premier Conseil Central ne se composant que de onze membres au moment de la promulgation des présents Statuts, il sera complété, le 25 mars 1896, par quatre Chevaliers du Sacré-Cœur, élus Conseillers Grands Assistants. Cette élection, qui aura lieu au sein du Conseil Central, précèdera celle du premier Grand-Maître de l'Ordre. Sur ces quatre nouveaux membres du Conseil, trois seront élus pour un an, et le quatrième pour deux ans. Deux des hauts dignitaires, autres que les cinq premiers, auront leur terme de mandat au 25 mars 1898, et deux autres au 25 mars 1899. Les cinq premiers hauts dignitaires auront ainsi leur terme de mandat au 25 mars 1900.

      ART. 31 – Les membres sortants du Conseil Central sont toujours rééligibles.

      ART. 32 – L'étendard du Conseil Central est appelé « le Labarum de la Ligue ». Chaque groupe a un étendard appelé « Labarum de la Compagnie » et reproduisant exactement celui du Conseil Central.

      ART. 33 – Le Conseil Central a sous sa juridiction directe, répartis dans les diverses zones du territoire, des Chevaliers du Sacré-Cœur portant le titre de Délégués Permanents et Mandataires de Confiance du Conseil Central de l'Ordre.

      ART. 34 – Les Règlements Généraux fixeront les attributions des membres du Conseil Central, les rapports dudit Conseil avec les groupes de la Ligue, ainsi que la mission, les droits et privilèges des Délégués Permanents.


Titre III - Les Compagnies

      Article 35. – Les groupes de la Ligue du Labarum se nomment Compagnies. Leur autonomie est absolue, en ce sens que non seulement ils sont indépendants les uns des autres, mais encore qu'ils n'ont aucun ordre à recevoir du Conseil Central en aucune circonstance ; ils s'administrent eux-mêmes, en dehors de toute intervention étrangère quelconque ; ils n'ont rien à prélever sur les cotisations de leurs membres, au profit du Conseil Central. Leurs Comités sont maîtres chez eux ; ils adoptent les Règlements particuliers qui leur conviennent, les Fondateurs de la Ligue ayant eu pour but de créer et d'entretenir un mouvement général d'opinion contre la Franc-Maçonnerie, et nullement d'instituer, sous prétexte de hiérarchie, une autorité nouvelle transformant les Ligueurs en serviles instruments, comme cela a lieu dans la secte.

      ART. 36 – Le lien fédéral réside : dans l'uniformité du mode de fonctionnement ; dans le système commun adopté pour se livrer, chacun dans sa sphère d'action, à une propagande efficace ; dans les relations fraternelles de groupe à groupe ; dans la similitude du cérémonial et des insignes dans la reconnaissance, par tous les groupes, d'une catégorie d'affiliés (les Chevaliers du Sacré-Cœur offrant le sacrifice de leur vie) qui appartiennent de fait à la Compagnie à laquelle ils sont inscrits, mais qui, moralement, appartiennent aussi à toute la Ligue ; en un mot, dans tout ce qui constitue l'intérêt général de l'Ordre sans diminuer en rien la liberté particulière des Compagnies.

      ART. 37 – Les membres d'une Compagnie, abstraction faite des grades qui marquent seulement le degré d'initiation, se divisent en deux classes : les Membres Actifs, qui assistent régulièrement aux réunions et les Membres Correspondants, qui, habitant trop loin du siège de leur Compagnie, sont seulement en union de prières avec les Membres Actifs. Les Compagnies peuvent également admettre des Membres Honoraires, hors classe, ne payant aucune cotisation.

      ART. 38 – Chaque Compagnie a à sa tête un Comité général, se composant de dix dignitaires, ayant la préséance dans l'ordre suivant : Le Commandeur Président ; l'Aumônier ; le Lieutenant Vice-Président ; le Promoteur ; le Secrétaire ; le Trésorier ; le Porte-Etendard ; le Maître des Cérémonies ; le Capitaine d'Armes ; 10° le Messager.
      Toute Compagnie qui admettra des Sœurs de Jeanne d'Arc dans son effectif, constituera, pour elles, un Comité particulier, composé d'une Sœur Présidente, d'une Sœur Secrétaire et d'une Sœur Trésorière. Aux réunions spéciales des Sœurs de Jeanne d'Arc, l'Aumônier représente seul les Frères de la Compagnie.

      ART. 39 – L'assemblée plénière d'une Compagnie, avec admission d'invités non-ligueurs, se nomme grand'garde. La réunion particulière des Sœurs se nomme garde d'élite. Les réunions privées des Frères, où l'on ne doit traiter que les questions budgétaires et les affaires de Comité (telles que : organisation de fêtes, enquêtes sur les candidats à l'admission ou à une promotion, examen des Frères qui ne sont pas dans une situation assez indépendante pour laisser connaître au public leur affiliation, scrutins, etc.), se nomment : garde, si les Frères du degré y sont admis ; garde de réserve, si la réunion ne se compose que de Chevaliers du Sacré-Cœur et de Soldats de Saint Michel ; garde d'honneur, si les Chevaliers du Sacré-Cœur seuls y assistent.

      ART. 40 – Pour être en fonctionnement régulier, une Compagnie doit avoir au minimum seize membres actifs. Le nombre maximum des membres d'une Compagnie, tant actifs que correspondants, est illimité.

      ART. 41 – Chaque Compagnie se place, dès sa formation, sous le vocable d'un Saint ou d'une Sainte. Le nom de Saint Michel ne peut cependant être pris par aucune Compagnie comme titre distinctif, le patronage du glorieux Archange étant étendu à toute la Ligue en général. Un nom déjà pris par une Compagnie ne peut être adopté par une autre.

      ART. 42 – Une société catholique déjà organisée (cercle, patronage, comité permanent, etc.) peut adhérer collectivement à la Ligue ou constituer une Compagnie dans son sein par l'adhésion d'un certain nombre de ses membres. Les groupes labaristes de ce genre forment une catégorie à part, sont appelés Compagnies Auxiliaires, et les Règlements Généraux statueront sur leur situation dans la Ligue.

      ART. 43 – Chaque année, un Congrès National du Labarum, formé des délégués des Compagnies, sera tenu à Paris, sous le nom de Grande Consulte : il durera quatre Jours, avec ouverture des exercices le 26 septembre et clôture le 29, fête de Saint Michel.

      ART. 44 – Les Règlements Généraux fixeront tout ce qui est d'ordre général, dans l'intérêt de la Ligue, relativement aux Compagnies et à la Grande Consulte.
      Un chapitre spécial desdits Règlements Généraux sera consacré aux mesures à prendre pour maintenir l'union entre ligueurs et à la procédure à. suivre pour l'expulsion rigoureuse de quiconque s'emploierait à semer la discorde dans la fédération du Labarum de France.

      ART. 45 – Une fois par an, au jour de la fête du Sacré-Cœur, chaque Compagnie se rendra en corps, mais sans insignes, à l'une des paroisses de la ville où elle a son camp ou à un sanctuaire voisin, et là les Frères et Sœurs du Labarum entendront la Sainte Messe, avec communion générale.

      ART. 46 – Les élections, pour les Comités de Compagnie, auront lieu chaque année à la date du 26 décembre, fête de saint Etienne, premier martyr.

      ART. 47 – Chaque année, au jour de la fête de son patron, la Compagnie aura une assemblée solennelle, appelée Garde Patronale. En outre, soit au 6 janvier, soit au mois de mai, au jour qui sera jugé le plus propice, chaque Compagnie de la Ligue aura une Garde Festivale en l'honneur de la Vénérable Jeanne d'Arc.


Titre IV - Contrôle de l'Autorité Diocésaine

      ART. 48 – Dès sa formation, c'est-à dire entre la réception de ses Lettres de Constitution et sa première grand'-garde, chaque Compagnie enverra au Chef du diocèse où est établi son camp un exemplaire des Statuts de l'Ordre, accompagné d'une lettre collective des six premiers officiers de son Comité général appelant particulièrement l'attention de S. G. sur les trois derniers articles de ces Grandes Constitutions. Dans cette lettre, qui sera remise à l'Evêché par l'Aumônier de la Compagnie, le groupe ne demandera pas sa reconnaissance officielle, mais fera savoir respectueusement qu'il se soumet, d'une façon absolue et en tous ses faits et gestes, au contrôle de l'Autorité Diocésaine.

      ART. 49 – Si le Vénéré Pasteur veut bien accréditer auprès de la Compagnie un ecclésiastique comme son représentant officieux, et sans que le fait ait à être publié, le Délégué de l'Autorité Diocésaine aura place d'honneur au bureau à toutes les grand'gardes et à toutes les réunions de comité ; il assistera, avec l'Aumônier, aux séances particulières de la garde d'élite. Il prendra part à n'importe quelle assemblée de la Compagnie, dès l'appel nominal, et quittera, le dernier, là salle de séance.
      Si l'Autorité Diocésaine désire, au contraire, que la plus grande discrétion soit observée à son égard, son Délégué officieux ne sera connu que de l'Aumônier de la Compagnie, lequel le fera agréer au nombre des Membres Honoraires ecclésiastiques et lui confèrera, comme tel, le grade de Chevalier du Sacré-Cœur.

      ART. 50 – Tous livres et registres de la Compagnie seront toujours tenus à la disposition de l'Autorité Diocésaine par l'intermédiaire de l'Aumônier, qui les communiquera immédiatement au Vénéré Prélat, chaque fois que S. G. voudra bien manifester le désir d'en prendre connaissance.

Du Camp de Paris, siège central de l'Ordre pour la France et ses Colonies,
le 19 février 1896, Mercredi des Cendres

FR+ Paul de Régis,
Grand-Maître Honoraire ad vitam
par élection du 26 novembre 1895,
chargé de la rédaction des Statuts de l'Ordre
par vote unanime des Fondateurs.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte FRANC-MAÇONNERIE