Vous êtes ici : Franc- maçonnerie | Livres, Textes & Documents | Ordre chapitral - Nouveau grade de Rose-Croix | Ouverture des Travaux

Ordre chapitral - Nouveau grade de Rose-Croix

Jean-Marie Ragon
© France-Spiritualités™






OUVERTURE DES TRAVAUX

      Le T:. S:. frappe un coup répété par les surv:. et dit :
      « TT:. Resp:. et Parf:. FF:., aidez-moi à ouvrir le chap:. de R:. C:. »
      Les surv:. répètent et disent : « TT:. RR:. et PP:. FF:., aidons le T:. S:. à ouvrir le chap:. de R:. C:. »
      D.  T:. Exc:. et P:. F:. 1er surv:., quel est votre soin ?
      R.  T:. S:. et P:. Me, c'est de voir si le chap:. est bien couvert et si tous les FF:. ici présents sont chev:. R:. C:.
      D.  TT:. CC:. et PP:. FF:. 1er surv:., assurez-vous en. (Le 2e surv:. prend les signes, parole, mot de passe et attouchement du Me des cérém:. et lui dit : « Voyez T:. Puiss:. et P:. F:., si le chap:. est bien couvert. » Le Me des cérém:. sort pour remplir son objet. En même temps, les surv:., chacun sur sa colonne, vont prendre à chaque F:. les signes, mots et attouchement de grade, et en rendent compte au T:. S:. par la voix du 1er surv:., qui dit, ayant repris leurs places :
      R.  T:. S:. et P:. M:., tous les FF:. ici présents sont chev:. R:. C:. (Le Me des cérém:. ayant rendu compte au 2e surv:., ce dernier frappe un coup de maillet sur celui du 1er surv:. le chap:. est bien couvert.
      Le 1er surv:. frappe un coup de maillet sur celui du 2e surv:., et le T:. S:. y ayant répondu, il dit :
      R.  T:. S:. et P:. Me, le chap:. de R:. C:. est bien couvert.
      D.  T:. Ecl:. et P:. F:. 1er surv:., quelle heure est-il ?
      R.  L'instant où le voile du temple fut déchiré, que les ténèbres se répandirent sur toute la terre, que la lumière fut obscurcie, que les colonnes et les outils de la maçonnerie furent brisés, que l'étoile flamboyante disparut ; que la pierre cubique sua sang et eau et que la parole fut perdue.
      Le T:. S:. : « Puisque la maçonnnerie éprouve une telle tribulation, employons toutes nos forces en de nouveaux travaux pour recouvrer la parole, et, afin d'y parvenir, ouvrons le chap:. de R:. C:. »
      Les surv:. disent, chacun parlant à sa colonne : TT:. RR:. et PP:. FF:., le T:. S:. va ouvrir le chap:. de R:. C:., joignons-nous à lui.
      Le T:. S:. frappe six coups et le 7e séparé.
      Les surv:. répètent la batterie.
      Le T:. S:. dit : « Faisons notre devoir. » Il fait le signe de demande.
      Tous les FF:. font le signe de réponse. Ils mettent ensuite le glaive à la main gauche et se placent à l'ordre de bon pasteur, de sorte que le glaive est tenu par le bras gauche la pointe haute. Les FF:., guidés par le T:. S:., se tournent vers l'O:., font une génuflexion et reprennent leurs places.
      Le T:. S:. dit : « Le chap:. de R:. C:. est ouvert et les travaux du souv:. chap:. de           en son 4e ordre. »
      Les surv:. répètent. on applaudit par six et un, en disant sept fois OSÉE ! (On ne frappe pas dans les mains, dans la 2e chambre.)
      le T:. S:. frappe un coup, répété par les surv:. et tous les FF:. s'asseyent sur leurs banquettes hautes d'un pied.
      NOTA : On ne doit jamais entrer ni sortir sans faire une génuflexion.

      RÉCEPTION. Le T:. S:. dit : « T:. Ec:. et P:. F:. 1er surv:., quel sujet vous rassemble ? »
      R.  T:. S:. et P:. Me, la propagation de l'ordre et la perfection d'un chev:. d'Orient qui demande à être admis parmi nous.
      Le T:. S:. fait lecture de la requête d'un postulant. On délibère sur le jour et l'heure de sa réception. Pendant ce temps, le Me des cérém:. va lui dire qu'il doit attendre que sa requête soit décrétée. Lorsqu'on ouvre la porte, il doit se mettre à genoux pour la recevoir. Le T:. S:. la remet à un chev:. qui va la jeter à terre au postulant. La porte refermée, il y trouve l'heure et le jour fixés pour sa réception.
      le T:. S:. invite le Me des cérém:. à aller préparer le candidat dont la réception est à l'ordre du jour.
      Le Me des cérém:. va trouver le récipiend:., le salue, le fait décorer en chev:. d'Orient et lui dit : « Tous nos temples sont démolis, nos outils et nos colonnes sont brisés, la parole sacrée est perdue, et, malgré toutes nos perquisitions, nous ignorons les moyens de la retrouver. Voulez-vous nous aider à la chercher ? »
      Le récip:. y ayant consenti, il lui dit : Suivez-moi, et le mène, la tête découverte, à la porte du chap:., où il frappe en chev:. d'Orient.
      Les surv:. en font l'annonce.
      Le T:. dit : « Voyez qui frappe ainsi. »
      Les surv:. s'en assurent.
      Un F:. expert entr'ouvre la porte et dit au Me des cérém:. : Que demandez-vous ?
      R.  « C'est un F:. chev:. d'O:., errant dans les bois et les montagnes, qui a perdu la parole, à la 2e destruction du temple et qui désirerait, avec votre secours, la retrouver. »
      Les surv:. en font l'annonce.
      Le T:. S:. dit : « Que l'entrée lui soit donnée. »
      (Tous les chev:., assis comme il a été dit, ont la main gauche sur le cou, la droite sur le visage et les jambes croisées.)
      Le récip:. est introduit entre les deux surv:., ayant à côté de lui le Me des cérém:.
      Le 1er surv:. frappe un coup répété par le 2e surv:. et par le T:. S:., et dit : « T:. S:. et P:. Me, je vous présente un chev:. d'Orient qui cherche la parole. »
      Le T:. S:. lui dit : « Mon frère, la confusion s'est glissée dans nos ouvrages ; il n'est pas en notre pouvoir de travailler, vous devez vous en apercevoir à la consternation qui règne ici. Il se passe, en cet instant, un dérangement sur la surface de la terre : le voile du temple se déchire (à ces mots, on tire un rideau noir qui cache l'autel) ; les ténèbres sont répandus sur la terre, la lumière est obscurcie, les autels et les colonnes sont brisés, l'étoile flamboyante a disparu, la pierre cubique sue sang et eau, la parole est perdue. Vous voyez qu'il ne nous est pas possible de vous donner la parole. Cependant, notre dessein n'est point de rester dans l'oisiveté. Nous cherchons à la retrouver par une loi nouvelle ; êtes-vous dans le sentiment de nous suivre ? »
      R.  Oui.
      Le Me des cérém:. le fait voyager par le Nord, par l'O:., le Midi et l'Occid:., pour qu'il apprenne les beautés de la nouvelle loi (Les voyages se réduisent à sept tours. Chaque fois que le récip:. passe devant l'autel, il fait une génuflexion ; au dernier tour, le Me des cérém:. lui montre chaque colonne dont il répète l'annonce.).
      Les voyages achevés, et le récip:. entre les deux surv:. le 1er surv:. dit, après avoir frappé un coup : « T:. S:. et P:. Me, le récip:. a terminé ses voyages. »
      Le T:. S:. lui dit : « Mon frère, qu'avez-vous appris dans cette route ? »
      (Le Me des cérém:. souffle la rép:. au récip:.)
      R.  T:. S:. et P:. Me, trois vertus pour me guider dorénavant : Foi, Espérance, Charité. Enseignez-moi s'il en est d'autres à suivre.
      Le T:. S:. lui dit : « Mon frère, ce sont positivement ces colonnes et leurs inscriptions qui sont les principes de notre ordre et de nos nouveaux mystères. Approchez et venez prendre avec nous l'engagement de ne jamais vous éloigner de cette loi. »
      Le Me des cérém:. le conduit à l'autel, il s'agenouille, ôte ses gants, pose les mains sur le glaive couché sur le livre de la sagesse et baisse la tête. (Tous les chev:. se mettent debout et au signe de bon pasteur.)
      Le T:. S:. pose son maillet sur les mains du récip:. et lui fait prêter son obligation.

      OBLIGATION. « Je promets, parole d'honneur, sur les mêmes obligations que j'ai répétées dans les grades précédents, de ne jamais révéler les secrets de chevaliers de l'aigle, sous le nom de Rose-Croix, à aucun F:. de grade inférieur ni à aucun prof:., sous peine d'être à jamais privé de la parole et d'être perpétuellement dans les ténèbres, qu'un ruisseau de sang coule sans cesse de mon corps, que je souffre les plus rudes angoisses de l'âme, que les épines les plus piquantes me servent de chevet, que le fiel et le vinaigre me servent de breuvage, que le supplice de la croix termine enfin mon sort, si jamais je contreviens aux lois qui vont m'être prescrites. Je promets aussi de ne jamais révéler le lieu ni par qui j'ai été reçu. Que le G:. A:. de l'U:. me soit en aide ! »
      Le T:. S:. dit : « Tout est consommé ! »
      Tous les FF:. se couvrent le visage de leurs mains et s'asseyent.
      Le Me des cérém:. relève le récip:. et lui ôte son habit de chev:. d'O:.
      Le T:. S:. lui passe une tunique (la chasuble), en disant : « Cet habit vous dénote notre croyance ; il doit vous rappeler, par ses ornements (la croix sur la chasuble), ce qui fait le point principal de nos mystères. » Il lui met le tablier, en disant : « Ce tablier est la marque du sincère repentir des maux qui ont causé tous nos malheurs. Il doit vous servir à reconnaître ceux d'entre nous qui cherchent à recouvrer la vraie parole. » Il lui passe le cordon, en disant : « Ce cordon doit vous servir de marque de deuil jusqu'à ce que la parole soit retrouvée. passez à l'Occ:. et vous nous aiderez à la chercher. »
      Le T:. S:. frappe sept coups, répétés à l'Occ:. Tous les FF:. se mettent debout et à l'ordre, le glaive dans la main droite.
      Le T:. S:. fait aux surv:. les questions suivantes :
      D.  Quel motif nous rassemble ?
      R.  T:. S:. et P:. Me, la pierre cubique, qui ruisselle sang et eau, par le relâchement des maçons dans leurs ouvrages, est exposée, pour le succès de la maçonnerie, sur le sommet du calvaire.
      D.  Que signifie ce mystère ?
      R.  La perte de la parole qu'avec votre aide nous espérons retrouver.
      D.  Que faut-il faire pour y parvenir ?
      R.  Embrasser la nouvelle loi, être pleinement convaincu des trois vertus qui en sont les colonnes et la base.
      D.  Quelles sont-elles ?
      R.  La Foi, l'Espréance, la Charité.
      D.  Comment trouverons-nous ces trois colonnes ?
      R.  En voyageant dans l'obscurité la plus profonde.
      « Le T:. S:. Voyageons mes FF:. de l'Occ:. au Nord, de l'O:. au Midi, et surtout ne perdons pas de vue les sentiments qui nous guident. »
      (Tous les FF:. voyagent en silence suivant leur rang et font sept fois le tour du chap:., le T:. S:. à la tête, ensuite les surv:., les off:. dignitaires, les membres des col:., le récip:. et le Me des cérémonies.)
      Au 3e tour, le T:. S:. passe dans la chambre rouge. Au 4e, les surv:. Au 5e, les off:. dignit:. Au 6e, tous les chev:., excepté le récipiend:. et le Me des cérém:., qui font seuls le 7e tour, après lequel ils se rendent à la porte du chap:.où le Me des cérém:. frappe en chev:. R:.-C:.
      Le F:. expert du porche intérieur entr'ouvre la porte et apercevant le récip:. qui se dispose à entrer, il lui dit : « Vous ne pouvez entrer à moins de me donner le mot. »
      R.  Je suis un F:. qui cherche la parole par le secours de la nouvelle loi et des trois col:. de la maçonnerie. – A ces mots, le F:. expert ferme la porte. Le Me des cérém:. dépouille le récipiendaire de son cordon et de son tablier, en disant : « Ces marques ne sont pas assez humiliantes pour trouver la parole ; il faut passer par des épreuves plus humiliantes encore. »
      Il le couvre d'un drap noir saupoudré de cendre, afin qu'il ne puisse rien apercevoir et lui dit : « Je vais vous conduire dans le lieu le plus ténébreux d'où la parole doit sortir triomphante à la gloire et à l'avantage de la Maçonnerie, mettez votre confiance en moi. »
      Il le conduit dans un appartement où l'on a pratiqué des élévations en montant et en descendant, répétées le plus qu'il est possible. Il le mène ensuite sur le seuil d'une chambre (la troisième) qui représente les horreurs d'un lieu de peines et de souffrances ; là, il lui relève le coin du drap qui le couvre et lui fait faire, en silence, le tour de cet enfer. Ramené sur le seuil, il lui rabaisse le drap, en disant : « Les horreurs que vous venez d'apercevoir ne sont rien en comparaison de celles que vous souffrirez si, malheureusement, vous n'observez pas notre loi. »
      Le conduisant ensuite à la porte du chap:., il lui dit : « Souveznez-vous de répondre aux questions qui vous seront faites, sans quoi vous ne pouvez parvenir au grade que vous désirez. Les voici :
      D.  D'où venez-vous ?
      R.  De la Judée.
      D.  Par quelle ville avez-vous passé ?
      R.  Par Nazareth.
      D.  Qui vous a conduit ?
      R.  Raphaël.
      D.  De quelle tribu êtes-vous ?
      R.  De Juda.
      Le Me des cérém:. fait frapper, par le récipiendaire, sept coups en R:. C:. – (Après les cérémonies accoutumées pour annoncer, ouvrir, et pour s'assurer de celui qui demande l'entrée), le Me des cérém:. dit au F:. expert qui entr'ouvre la porte :
      « C'est un chev:. qui, après avoir parcouru les espaces les plus profonds, espère nous procurer la parole pour fruit de ses recherches. » – Le F:. expert en fait l'annonce au 2e surv:. qui en informe le 1er et celui-ci, le T:. S:., en disant : « T:. S:. et P:. Me, c'est un chev:. qui, après avoir parcouru les espaces les plus profonds, espère nous procurer la parole pour fruit de ses recherches. »
      Le T:. S:. : « Qu'il soit introduit à l'Occident et nous l'interrogerons. »
      Cet ordre de retour au F:. exp:., les portes s'ouvrent et le récipiendaire est introduit entre les surv:. qui en informent le T:. S:. en ces termes : « T:. S:. et P:. M:., voici un F:. ch:. maç:. qui vient nous aider à retrouver la parole perdue et qui désire devenir maç:. parf:. »
      Le T:. S:. : D'où venez-vous ?
      R.  De la Judée.
      D.  Par quelle ville avez-vous passé ?
      R.  Par Nazareth.
      D.  Qui vous a conduit ?
      R.  Raphaël.
      D.  De quelle tribu êtes-vous ?
      R.  De Juda.
      D.  Donnez-moi les lettres initiales de ces quatre mots ?
      R.  I. N. R. I.
      D.  Que signifient-elles ensemble ?
      R.  Jésus de Nazareth, Roi des Juifs.
      « Mes FF:., quel bonheur ! La parole est recouvrée, que la lumière soit accordée au chev:. » (On lui ôte le drap.)
      Le T:. S:. dit : « A moi, mes FF:., applaudissons ! (Par sept fois, disant autant de fois OZÉE !) – Il dit au néophyte :
      « Mon frère, je vous félicite sur le recouvrement de la aprole qui vous fait acquérir le grade de Parfait maçon, ce n'est pas assez de l'avoir su acquérir et mériter. Il faut être toujours digne de le conserver et en tirer des fruits pour l'avenir. Puissiez-vous en jouir longtemps parmi nous, mon C:. F:., et en tirer, par une vie digne d'un chev:. R:. C:., la récompense de ceux qui auront marché dans les sentiers de la vérité ! Approchez, mon frère, que je vous communique les mystères de la Parfaite maçonnerie. » – Le Me des cérém:. le conduit à l'O:., où le T:. S:. lui ôte sa chasuble et lui donne le signe, l'attouchement et la parole en disant : « Mon F:., nous avons, dans ce grade, comme dans les précédents, des signes, mots et attouchements pour nous reconnaître ; il y a deux signes, l'un de demande et l'autre de réponse :

      SIGNE DE DEMANDE. Lever les yeux au ciel, porter, en même temps, les mains renversées à la hauteur du front, les doigts entrelacés et les laisser tomber ainsi sur le ventre. Ce signe s'appelle signe d'admiration.
      SIGNE DE RÉPONSE. Lever la main droite à la hauteur du front sur le côté, ayant le pouce et les doigts fermés, à l'exception de l'index avec lequel on montre le ciel, en levant aussi les yeux. ce signe indique que tout vient d'en haut et qu'il n'y a qu'un seul être, source de pure vérité.
      SIGNE DE SECOURS. Croiser la jambe droite derrière la gauche, à la hauteur du mollet. on y répond en croisant la jambe gauche derrière la droite.
      ATTOUCHEMENT. Placer réciproquement la main droite à plat sur la mammelle droite du F:. et la main droite sur la mammelle gauche, et se donner le baiser frat:., en disant, le 1er F:. : Emmanuel, et le 2e : paix profonde.
      ORDRE. Les bras croisés sur la poitrine, les mains écartées ; il se nomme signe du bon pasteur.
      MOT DE PASSE. Emmanuel (Deus nobiscum). – RÉPONSE : Paix profonde ou pax vobis.
      MOT SACRÉ. I. N. R. I., il s'épelle.
      AGE. Trente-trois ans.
      BATTERIE. Sept coups (6+1).
      MARCHE. Naturelle, trois pas précipités, étant à l'ordre, et génuflexion, avant de se placer.

      « Allez, mon Fr:., vous faire reconnaître par les FF:. Surv:. et vous reviendrez auprès de moi. » – (Cela fait, le Me des cérém:. le ramène à l'O:., tous les FF:. l'entourent ; il se met à genoux et le T:. S:. lui passe le cordon où pend le bijou, en disant : « Par les pouvoirs que j'ai reçus de ce Souv:. Chap:., je vous crée et constitue Chev:. de l'Aigle, Parfait maçon, libre, sous le nom de R:. C:., pour jouir, à présent et pour toujours, des privilèges attachés à subl:. grade. Ne déshonorez jamais ce cordon qu'un parfait maçon doit porter partout. La rosette qui est au bas, vous rappellera la perte de la parole. Le bijou vous fera connaître, par son symbole, que la Maçonnerie alléggorique renferme des vérité qui sont du ressort du parfait maçon ; la forme du bijou doit vous en faire connaître plus que mon explication ; j'espère que vous n'en perdrez jamais la mémoire. » – Il lui pose la lame du glaive sur l'épaule droite, puis sur la gauche ; il le relève, l'embrasse et lui dit :
      « Nous avons aussi dans ce gr:. des hiéroglyphes qui ne sont connus que de nous. On vous les communiquera, mais gardez-vous d'en abuser. Ne craignez plus les vicissitudes des temps, et que le G:. A:. vous soit en aide ! »
      « F:. Me des cérém:., conduisez le chev:. entre les surv:. » (Cet ordre s'exécute.)
      « TT:. Ecl:. et PP:. FF:. surv:., annoncez à tous les RR:. et PP:. FF:. chev:. qu'ils aient à reconnaître, à l'avenir, le F:. N... pour Chev:. de l'Aigle, Parfait maçon, libre, sous le titre R:. C:., et membre du Souv:. Chap:. de... 4e ordre. » (Les surv:. répètent.)
      Le T:. S:. : « Applaudissons, mes FF:. » – Tous les chev:. applaudissent par sept, disant autant de fois OZÉE !
      Le néophyte demande à remercier et son remerciement est couvert ; puis le T:. S:. lui dit : « Mon frère, prenez place parmi nous. » (Le Me des cérém:. le fait placer.)
      Le T:. S:. : « T:. écl:. et P:. F:. orat:., vous avez la parole. »




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2020  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte FRANC-MAÇONNERIE