Vous êtes ici : Franc- maçonnerie | Livres, Textes & Documents | Ordre chapitral - Nouveau grade de Rose-Croix | Sur la Rose

Ordre chapitral - Nouveau grade de Rose-Croix

Jean-Marie Ragon
© France-Spiritualités™






Sur la rose

      La ROSE, le plus touchant, le plus gracieux des emblèmes de la Francmaçonnerie, fut de tout temps la reine des fleurs, le parfum des dieux, la parure des grâces, les délices de Cythérée, l'ornement de la terre. Elle est le symbole des sentiments les plus nobles, des choses les plus opposées : la piété en décore les temples, l'amour et la gaieté en font des couronnes, la douleur l'effeuille sur les tombeaux ; la pudeur et la charité la reçoivent comme le prix le plus glorieux ; enfin, les anciens l'appelaient la splendeur des plantes. Aussi, les prêtres, dans tous les siècles et dans tous les pays, ont-ils, à l'envi, célébré cette fleur, dont la seule présence rappelle à notre esprit les idées les plus flatteuses, les comparaisons les plus riantes et les plus secrets symboles de la beauté [Note de l'auteur : Il y a, dans le rituel liturgique romain, le dimanche de la rose, qui est le quatrième dimanche de carême, ainsi appelé à cause de la bénédiction que le pape fait, ce jour-là, d'une Rose d'or, qu'il donne ou envoie à une personne de distinction. On raconte que les prêtres du royaume de Boutan, en Asie, lorsqu'ils sont appelés près d'un malade, portent avec eux de petites pyramides ornées de croix et de roses. Ils élèvent ces symboles comme l'Ecossais élève le delta. Ils les arrosent d'une eau sacrée. Cette cérémonie a pour but la guérison du malade.]. La rose fut aussi l'emblème de la femme, et comme la croix ou le triple phallus symbolisait la virilité ou le soleil dans toute sa force, l'assemblage de ces deux emblèmes offrait un sens de plus et exprimait la réunion des deux sexes, symbole de la régénération universelle.
      Quant au titre de ce grade, les maçons considèrent la croix dont les branches désignent les quatre points cardinaux, comme un emblème de l'immortalité et de la sainteté de leur union, et la rose comme l'image de la discrétion et le symbole du silence, car l'on dit qu'on est sub rosâ, lorsqu'on n'a rien à craindre des indiscrets. Or, une rose sur une crois est donc la manière la plus simple d'écrire en hiéroglyphes : Secrets de l'immortalité, connaissance dernière et la plus secrète des anciens mystères, avec celle d'un Dieu unique.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2022  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte FRANC-MAÇONNERIE