Vous êtes ici : Mythologie, histoire & géographie | GÉOGRAPHIE | Dictionnaire géographique | G | Gaulois / Gauloise

Gaulois / Gauloise

© France-Spiritualités™



Dictionnaire M. Bescherelle

Substantif [De Gallus, nom que les Latins donnaient aux Celtes, et dont l'étymologie est à peu près inconnue ; les uns la font venir de gallu, mot celtique qui signifie pouvoir ; les autres de gallen, voyager, dans la même langue, parce que les Gaulois sortaient de leuir pays pour s'emparer des autres contrées ; il en est qui veulent qu'elle vienne du grec lait, parce que ce peuple avait la peau très blanche : si cette étymologie n'est point vraie, elle est du moins gaie et ingénieuse.]
Habitant de la Gaule.
Un Gaulois. Une Gauloise.
Les Gaulois étaient le peuple le plus valeureux de l'antiquité. Les Romains craignaient si fort les Gaulois, qu'ils avaient ordonné qu'on ne serait pas exempt d'aller à la guerre, quelque âge que l'on eût, quand elle se ferait contre les Gaulois.
Salluste dit que les Romains faisaient la guerre avec les autres nations pour la gloire, mais avec les Gaulois pour leur onservation. (Ménag.)

Gaulois : Histoire
Les Galls, Gaels, ou Gaulois, peuples de la Gaule, en étaient aussi, selon quelques auteurs, aborigènes. Ils étaient vaillants, fiers et superstitieux, adoraient Teuth, Taranis et plusieurs autres dieux, auxquels ils immolaient jusqu'à des victimes humaines. Leurs prêtres se nommaient druides. Comme les prêtres égyptiens, ils étaient les dépositaires de toutes les sciences. Ils enseignaient à la jeunesse la théologie, l'astronomie, la cosmographie, la physique et l'histoire naturelle. De temps immémorial, les Gaulois furent repoussés par l'invasion des Belges ou étrangers, qui furent, à leur tour, envahis par les Cimbres. Les Gaulois émigrèrent sous la conduite de Sigovèse et de Bellovèse, 590 ans avant J.-C., et allèrent peupler le nord de l'Italie et les pays entre le Danube et la Save, et plus tard la Galatie. Il s'emparèrent de Rome, y mirent le feu, et les Romains, retirés au Capitole, ne se sauvèrent qu'à prix d'or. Une autre fois, ils pillèrent le temple de Delphes. Leurs incursions ne cessèrent qu'à leur soumission par César, 61 ans avant J.-C.

Gaulois :
Se dit encore quelquefois des Français, surtout en poésie.

Et l'étranger apportant sa balance,
Lui dit deux fois, Gaulois, comptons ton or.

(Béranger)

Gaulois :
On dit d'un homme simple et âgé, qui est à la vieille mode, que c'est un bon Gaulois, un franc Gaulois.
Se dit aussi d'un homme dont la conduite est franche et droite.

Gaulois : Adjectivement
Qui est de la Gaule.
Un chef gaulois. Un guerrier gaulois. Une femme gauloise. Une armée gauloise.
Les femmes gauloises jouissaient d'une grande considération, et étaient admises dans les conseils. (Encyclopédie)
Dans les circonstances importantes, ces peuplades gauloises formaient entre elles des confédérations sous l'influence des druides. (Encyclopédie)
A Mursa, l'armée gauloise, trahie par l'impéritie de ses chefs, attaquée avant d'avoir pu se mettre en bataille, obligée de combattre par pelotons isolés, soutint le choc avec une valeur héroïque, préférant la mort à la honte de donner à l'univers étonné le spectacle inouï de Gaulois tournant le dos à l'ennemi. (Traduction de Julien)
César remarque qu'il n'y avait point d'armées où on ne trouvât des soldats gaulois. (Bernardin de Saint-Pierre)

Gaulois :
Qui appartient à la Gaule ou à ses habitants.
Les villes gauloises. Les mœurs gauloises. Les coutumes gauloises. Idiome gaulois.

Gaulois : Figuré
Grossier, du vieux temps.
Avoir des coutumes gauloises. Poète gaulois.

Nos bons bourgeois débitaient leurs fleurettes,
Pleurs et soupirs, gémissements gaulois.

(La Fontaine)

Probité gauloise / Franchise gauloise : Proverbial et figuré
Probité, franchise extrêmes.

Le gaulois / La langue gauloise : Linguistique
Langue parlée par les anciens Gaulois, surtout au centre des Gaules, et remplacée successivement par le latin, le roman et le français. Le gaulois était un dialecte celtique.  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume II (G-Z) (1856), p. 19.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2020  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte MYTHOLOGIE GÉOGRAPHIE HISTOIRE