Vous êtes ici : Mythologie, histoire & géographie | HISTOIRE | Dictionnaire historique | B | Brabançon / Brabançonne

Brabançon / Brabançonne

© France-Spiritualités™



Dictionnaire M. Bescherelle

Substantif féminin [Du celte bro, pays, contrée, et aban, rivière] Géographie
Celui ou celle qui est du Brabant.
Un Brabançon. Une Brabançonne. Les Brabançons.
Un orateur d'au-delà de la Meuse répondait en hollandais au discours français d'un député brabançon. (Const.) Voyez Brabantin, qui est plus usité.

Des Brabançons et Flamens l'adversité
Fut des Hollandois et Zelandois la prospérité :
Proverbe

Brabançon : Adjectif

La Brabançonne :
Nom d'une chanson patriotique belge, qui fut faite au mois de septembre 1830, à l'occasion de la révolution qui renversa du trône la maison d'Orange. L'auteur des paroles est un jeune comédien français, connu sous le nom de Jenneval, qui était au théâtre de Bruxelles lorsque l'insurrection s'organisa. il fut tué d'un boulet à Berchem, en poursuivant les Hollandais.

Brabançons : Substantif masculin pluriel
Aventuriers dont le nom indique la patrie ; c'étaient, au XIIème siècle, un ramas d'Allemands et de Flamands. Henry Ier, roi d'Angleterre, commença à s'en servir en 1137, et ils devinrent la souche des troupes mercenaires et des armées permanentes. Mais c'est surtout depuis Henry II qu'ils figurent dans la milice anglaise. La milice française admit les Brabançons depuis le règne de Louis VII, et ils existèrent jusqu'à Charles V. Daniel n'indique pas de différence entre les mots Brabançons, Cantatours, Coteraux, Grandes compagnies, Routiers, Malandrins. C'étaient des variétés d'aventuriers, ou peut-être les mêmes, que les annalistes ont diversement qualifiés. Ces troupes se ressemblaient toutes par un esprit de rapine que l'imprévoyance des gouvernements semblaient se plaire à entretenir. On les rassemblait en hâte et sans choix, quand la guerre éclatait ; on les licenciait quand les hostilités cessaient, et quoique souvent la paix ne fût pas faite. Ces hommes affamés et sans ressources gardaient leurs armes et se livraient à d'affreux désordres.  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume I (A-F) (1856), pp. 466-467.


Un lien vers cette page se trouve dans les pages suivantes :



Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2021  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte MYTHOLOGIE GÉOGRAPHIE HISTOIRE