Vous êtes ici : Mythologie, histoire & géographie | HISTOIRE | Dictionnaire historique | N | Neustrie

Neustrie

© France-Spiritualités™



Dictionnaire M. Bescherelle

Substantif féminin Géographie
La partie occidentale de la France.

Neustrie :
Partie du royaume de Lombardie, qui comprenait les duchés de Turin, Pavie, Milan, Bergame, etc.

Royaume de Neustrie / Royaume de Westrie : Histoire
C'est-à-dire royaume d'Occident. Un des royaumes qui se formèrent, lors du démembrement des Etats des quatre fils de Clovis, en 567. Ce nom ne devint d'un usage commun que vers l'an 604. Le royaume de Neustrie comprenait les pays situés entre la Loire et la Meuse. La Neustrie proprement dite était elle-même divisée en Neustrie inférieure, qui comprenait la Bretagne, l'Anjou et les petits pays voisins, et Neustrie supérieure, qui renfermait la Normandie, et tous les pays au couchant de l'Anjou jusqu'à Orléans et Paris. La Neustrie, avec la Bourgogne et la Bretagne, forma la part de Pépin le Bref dans le partage de la succession de Charles-Martel, en 741. Après le traité de Verdun en 843, le nom de Neustrie changea de sens, et ne désigna plus que l'ouest de la Basse-Neustrie. Enfin, la Nouvelle-Neustrie elle-même perdit son nom pour prendre celui de Normandie, lorsqu'elle eut été cédée à Rollon en 912.

Neustrie :
Neustrie se dit encore aujourd'hui, dans le style soutenu, pour la Normandie.
Salut, pommiers touffus qui couvrez la Neustrie. (Castel.)

... Les pommiers ont cédé leur moisson,
Et leur sue formera cette fraîche boisson
Que la jeune beauté, dans les champs de Neustrie,
Préfère au jus vermeil de la grappe mûrie.

(Fontanes)  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume II (G-Z) (1856), p. 634.



Dictionnaire universel d'histoire et de géographie de Bouillet

[Mot qu'on dérive tantôt de l'allemand Neuest Reich, nouveau royaume, tantôt de Ne oster Reich, pays non oriental, c'est-à-dire Etat de l'Ouest.]

      Un des trois grands royaumes francs, désignait la Gaule du nord-ouest, et avait à peu près pour bornes à l'ouest la Bretagne, au sud la Loire, à l'est une ligne passant en Champagne et laissant Reims à l'est, au nord la Meuse ; il répondait ainsi aux deux anciens royaumes de Soissons et de Paris, tandis que l'Austrasie repérsentait celui de Metz, et la Bourgogne celui d'Orléans.

      Le nom de Neustrie commence à paraître après la mort de Caribert, pendant les guerres de Chilpéric contre Sigebert. Le triomphe de Clotaire II (613) fut celui de la Neustrie, à laquelle parut alors plus particulièrement annexée l'Aquitaine. Mais après la mort de Clotaire III, la Neustrie reçut un roi imposé par les Austrasiens, et l'Aquitaine se trouva de fait indépendante (670) ; Ebroïn ne releva la Neustrie que pour peu d'instants : vaincue à Testry (687), elle ne fut plus qu'un Etat vassal de l'Austrasie, que régissait la maison d'Héristal. Cependant, la distinction de Neustrie, Austrasie, Bourgogne subsista, bien que s'effaçant sous les premiers Carlovingiens.

      Après le traité de Verdun (843), le nom de Neustrie ne désigna plus que l'ouest de la Basse-Neustrie. Enfin, cette nouvelle Neustrie elle-même perdit son nom pour prendre ceui de Northmannie ou Normandie, lorsqu'elle eut été cédée au Normand Rollon (912).  Marie-Nicolas Bouillet, Dictionnaire universel d'histoire et de géographie, 20ème édition (1866), p. 1341-1342.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte MYTHOLOGIE GÉOGRAPHIE HISTOIRE