Vous êtes ici : Mythologie, histoire & géographie | HISTOIRE | Dictionnaire historique | Apanage

Apanage

© France-Spiritualités™



Dictionnaire M. Bescherelle

Substantif masculin [Du latin apanare, vieille latinité, donner du pain. Apaner, c'était donner du pain. Apaner une fille, la doter. Apanage veut donc dire dot, dotation.]
Se dit des terres ou des revenus que les princes ou souverains donnent à leurs puînés pour leur entretien et pour leur tenir lieu de partage. L'origine des apanages vint en France de ce que l'aîné seul d'une famille souveraine étant admis, à l'exclusion de tous les autres, à recueillir le sceptre dans l'héritage paternel, il était juste d'accorder aux fils du roi, comme enfants, une part de la succession de leur père ; comme princes, un établissement conforme à leur rang. Sous les deux premières races, les fils du monarque mort se partageaient tous les territoires qui avaient appartenu à leur père. A partir de Hugues Capet, pour établir dans la succession à la couronne le droit de primogéniture, l'ancien mode de partage fut remplacé par la concession d'une ou plusieurs provinces, sur lesquelles le fils aîné devenu roi ne conservait qu'une souveraineté nominale. L'institution des apanages fut une transaction d'héritiers. Comme on le vit successivement, les apanages formés de démembrements du domaine qui était inaliénable, exercèrent sur le pouvoir une action dissolvante. Un siècle suffit pour que le roi Philippe Ier cessât d'être assez fort pour résister à un simple baron de Corbeil. L'affranchissement des communes vint enfin arrêter cette effrayante décomposition. Les collatéraux furent exclus du droit de succession, et, en 1285, Philippe le Bel prononce l'exclusion des filles ; en 1461, la transmission en ligne directe seulement et le retour à défaut d'enfants mâles était devenu le droit commun des apanages. Depuis 1790, les apanages avaient été assimilés aux propriétés ordinaires, sauf qu'ils étaient inaliénables, imprescriptibles. A présent que la royauté n'est plus un droit ni un patrimoine, mais une fonction, l'apanage ne peut ressembler à ce qu'il fut autrefois : ce ne peut être qu'une dot ou un château avec quelques mille livres de rente.
Tout l'apanage des princes se réduit souvent à la rapine, à ce qu'ils ravagent dans les lieux qui se trouvent sur leur chemin. (Virey)

Apanage :
Ce qui est inhérent à une chose, ce qui est propre à quelqu'un, en bien ou en mal ; ce qui est à la suite ou la dépendance d'une autre chose.
La justice est le plus bel apanage des souverains. La vraie félicité ne peut être l'apanage de l'homme sur cette terre : les soucis, les souffrances, la misère, voilà quel est l'apanage de notre pauvre humanité. (Voltaire)
Le fanatisme et les contradictions sont l'apanage de la nature humaine. (Voltaire)
L'homme a la force et la majesté. Les grâces et la beauté sont l'apanage de l'autre sexe. (Buff.)
Soyez riche en vertus, c'est là votre apanage. (Destouches)

Apanage :
L'Académie ne le dit point dans le sens ni avec la construction qu'il a dans les vers suivants :
Le présent seul est de notre apanage,
Et l'avenir peut consoler le sage,
Mais ne saurait altérer son repos.

(Voltaire)  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume I (A-F) (1856), p. 194.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte MYTHOLOGIE GÉOGRAPHIE HISTOIRE