Vous êtes ici : Mythologie, histoire & géographie | Mythologie | Autres mythologies | D | Didon

Didon

© France-Spiritualités™



Pierre Commelin

      Didon, fille de Bélus, roi de Tyr, avait épousé un prêtre d’Hercule nommé Sicarbas ou Sichée, le plus riche de tous les Phéniciens. Après la mort de Bélus, Pygmalion, son fils, monta sur le trône. Ce prince, aveuglé par la passion des richesses, surprit un jour Sichée, dans le temps qu'il sacrifiait aux dieux, et l'assassina au pied de l'autel. Il cacha longtemps ce meurtre, flattant sa sœur d'une vaine espérance. Mais l'ombre de Sichée, privé des honneurs de la sépulture, apparut en songe à Didon, lui montra l'autel au pied duquel il avait été immolé, et lui conseilla de fuir et d'emporter des trésors cachés depuis longtemps dans un endroit qu'il lui indiqua.

      Didon, à son réveil, dissimule sa douleur, prépare sa fuite, s'assure des vaisseaux qui étaient au port, y reçoit tous ceux qui haïssaient ou craignaient le tyran, et part avec les richesses de Sichée et celles de l'avare Pygmalion. La flottille toucha d'abord à l'île de Chypre où Didon enleva cinquante jeunes filles qu'elle donna à ses compagnons. De là elle conduisit sa colonie sur la côte d'Afrique, et y bâtit Carthage.

      Pour fixer l'enceinte de sa nouvelle ville, elle achète autant de terrain que la peau d'un bœuf coupée en lanières peut en entourer, ce qui lui fournit assez d'espace pour pouvoir y construire une citadelle qui fut, appelée Byrsa, c'est-à-dire, en grec, cuir de bœuf.

      Elle fut demandée en mariage par Iarbas, roi de Mauritanie ; mais l'amour qu'elle conservait pour son premier mari lui fit rejeter cette alliance. Dans la crainte d'y être forcée par les armes de ce prince et par les vœux de ses sujets, elle demanda trois mois pour y réfléchir. Durant cet intervalle elle fit les préparatifs de ses funérailles, et, le terme fatal arrivé, elle se poignarda. Cet acte si énergique lui fit donner le nom de Didon, femme de résolution, au lieu de celui d'Elissa qu'elle avait porté jusqu'alors.

      Virgile, par un anachronisme d'au moins trois cents ans, a rapproché Didon du héros troyen dont il la suppose éprise, et qu'elle voudrait retenir à Carthage. Lorsque le héros s'éloigne, elle appelle sa sœur Anna, lui annonce qu'elle ne peut se consoler du départ d'Enée ; puis elle monte sur son bûcher funèbre et s'y donne la mort. Pendant que la flotte des Troyens cingle vers la Sicile et l'Italie, Enée peut apercevoir sur le rivage les flammes qui consument celle qu'il a délaissée pour obéir au Destin.  Pierre Commelin, Mythologie grecque et romaine




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2020  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte MYTHOLOGIE GÉOGRAPHIE HISTOIRE