Vous êtes ici : Mythologie, histoire & géographie | Mythologie | Autres mythologies | H | Hébé et Ganymède

Hébé et Ganymède

© France-Spiritualités™



Dom Antoine-Joseph Pernéty

      Déesse de la jeunesse, fille de Jupiter et de Junon, suivant Homère;, ou de Junon seule, sans avoir connu d'homme, mais pour avoir mangé beaucoup de laitue dans un festin où Apollon l'avait invitée. Hébé fut constituée Echansonne de Jupiter, et donnée ensuite en mariage à Hercule après son apothéose.

      Hébé signifie proprement la médecine Hermétique, donnée en mariage à Hercule, c'est-à-dire mise entre les mains de l'Artiste après sa perfection, afin qu'il en fasse usage pour la santé du corps humain, la guérison des maux qui l'affligent, et son rajeunissement pour lequel on invoquait Hébé.  Dom Antoine-Joseph Pernety, Dictionnaire mytho-hermétique, Edition de 1758 - Français modernisé par France-Spiritualités.



Pierre Commelin

      Hébé était fille de Jupiter et de Junon. Selon quelques poètes, Junon seule était sa mère : elle l'avait spontanément conçue en mangeant force laitues sauvages à un festin offert par Apollon. Jupiter, charmé de la beauté de sa fille, la nomma déesse de la jeunesse, et lui confia l'honorable fonction de servir à boire à la table des dieux. Mais un jour qu'elle s'était laissée tomber d'une manière peu décente, Jupiter lui ôta son emploi pour le donner à Ganymède. Cependant Junon, sa mère, la retint à son service, et lui confia le soin d'atteler son char. Plus tard, Hercule, devenu immortel et ayant pris place parmi les dieux, épousa Hébé dans le ciel, et eut de cette déesse une fille, Alexiare, et un fils, Anicetus. A la prière d'Hercule, elle rajeunit Iotas, neveu et compagnon de ce héros.

      Elle avait en Grèce plusieurs temples, dont quelques-uns jouissaient du droit d'asile. On la représente couronnée de fleurs, avec une coupe d'or à la main.

      Ganymède, qui remplaça Hébé dans ses fonctions, était fils de Tros, roi de Dardanie, qui, à partir de son règne, prit le nom de Troie. Ce jeune prince était d'une si éclatante beauté, que Jupiter voulut en faire son échanson. Un jour que Ganymède chassait sur le mont Ida en Phrygie, le dieu se métamorphosa en aigle et l'enleva dans l'Olympe.

      Cette fable est, dit-on, fondée sur un fait historique. Tros ayant envoyé en Lydie son fils Ganymède offrir un sacrifice à Jupiter, fut enlevé et retenu par Tantale, roi de ce pays. Cet enlèvement fit éclater entre les deux princes une longue guerre qui ne se termina que par une première ruine de Troie.

      Quoi qu'il en soit, la fable a persisté. Dans un ancien monument, on voit un aigle, avec les ailes déployées, enlevant Ganymède qui tient de la main droite une pique, et de la gauche un vase, symbole de l'emploi qu'il va occuper.  Pierre Commelin, Mythologie grecque et romaine, pp. 86-88.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte MYTHOLOGIE GÉOGRAPHIE HISTOIRE