Vous êtes ici : Mythologie, histoire & géographie | Mythologie | Autres mythologies | I | Iris

Iris

© France-Spiritualités™



Dom Antoine-Joseph Pernéty

      Fille de Thaumas et d'Electra, et sœur des Harpies, selon Hésiode. Electra était fille de l'Océan, et Thaumas, fils de Pontus et de la Terre. Iris était Messagère de Junon, comme Mercure fut celui de Jupiter ; l'un et l'autre portaient sur la terre les ordres de ces Divinités. Elle était vêtue d'une robe de différentes couleurs, et ne quittait presque jamais Junon ; et Apollonius de Rhodes nous apprend qu'elle l'envoya à Thétis. Quelquefois, mais rarement, Jupiter l'employa. Homère en donne plus d'un exemple. L'emploi le plus important d'Iris était d'aller couper le cheveu fatal des femmes qui allaient mourir, et de délivrer leurs âmes de leurs corps, comme Mercure le faisait à l'égard des hommes.

      Les Philosophes Hermétiques donnent par similitude le nom d'Iris à leur matière, quand après la putréfaction elle prend les couleurs de l'arc-en-ciel. Ils prétendent que tout ce que la Fable a imaginé sur les emplois d'Iris auprès de Junon, doit s'entendre de ce qui se passe dans le vase Hermétique : que délivrer les âmes des corps des femmes, c'est précisément sublimer la partie volatile de la matière qui demeure au fond ; ce qui se fait à point nommé dans le temps que les couleurs de l'Iris se manifestent sur cette matière ; qu'Iris par ce moyen devient en effet la Messagère de Junon, parce que Junon est prise pour l'humidité vaporeuse de l'air renfermé dans le vase, et qui occupe tout le vide qu'y laisse la matière. La généalogie d'Iris l'indique assez, puisqu'on la dit petite-fille de Pontus et de la Terre, c'est-à-dire, de la mer ou eau mercurielle, et de la terre philosophique.  Dom Antoine-Joseph Pernety, Dictionnaire mytho-hermétique, Edition de 1758 - Français modernisé par France-Spiritualités.



Pierre Commelin

      Iris, fille de Thaumas et d'Electra, était la messagère des dieux, et principalement de Junon, comme Mercure était le messager de Jupiter. Thaumas étant fils de la Terre, Iris, à cause de son origine, doit être considérée comme aussi antique que les plus anciens dieux. Toujours assise auprès du Trône de Junon, elle est prête à exécuter ses ordres. Son emploi le plus important était de couper le cheveu fatal des femmes qui allaient mourir, de même que Mercure était chargé de faire sortir des corps les âmes des hommes qui allaient terminer leurs jours. C'est elle qui avait soin de l'appartement ainsi que du lit de sa maîtresse, et qui l'aidait à sa toilette. Lorsque cette déesse revenait des Enfers dans l'Olympe, c'est Iris qui la purifiait avec des parfums. Junon avait pour elle une affection sans bornes, parce qu'elle ne lui apportait jamais que de bonnes nouvelles.

      On la représente sous la figure d'une grâcieuse jeune fille, avec des ailes brillantes de toutes les couleurs réunies. Les poètes prétendaient que l'arc-en-ciel était la trace du pied d'Iris descendant rapidement de l'Olympe vers la terre pour porter un message ; c'est pourquoi on la représente le plus souvent avec l'arc-en-ciel au-dessous ou au-dessous d'elle.

      Ce phénomène céleste se désigne aussi poétiquement par le nom d'écharpe d'Iris.  Pierre Commelin, Mythologie grecque et romaine, pp. 85-86.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2022  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte MYTHOLOGIE GÉOGRAPHIE HISTOIRE