Vous êtes ici : Mythologie, histoire & géographie | Mythologie | Autres mythologies | P | Parques

Parques

© France-Spiritualités™



Dictionnaire M. Bescherelle

Substantif féminin [Du latin parcæ, fait de parcere, épargner, par antiphrase, parce qu'elles n'épargnent personne] Mythologie
Chacune des trois déesses nommés Clotho, Lachésis et Atropos, qui filaient, dévidaient et coupaient le fil de la vie des hommes. Maîtresses du sort des hommes, elles en réglaient les destinées ; tout ce qui arrivait dans le monde était soumis à leur empire, et ce pouvoir ne se bornait pas à filer nos jours, car le mouvement des sphères célestes et l'harmonie des principes constitutifs du monde étaient aussi de leur ressort. La vie des hommes dont elles filent la trame est entre leurs mains. Les différentes soies qu'elles emploient dans leur ouvrage forment la différence des jours heureux et malheureux. Clotho tient la quenouille, Lachésis tourne le fuseau, Atropos coupe le fil. Les anciens confondaient souvent les Parques et les Destinées.

Parques :
On compte quelquefois parmi les Parques Ilithyie, et Pausanias appelle Vénus la plus ancienne des Parques.

Parques :
Chez les Romains, les Parques sont quelquefois appelées Nona, Décima et Morta.

Parques :
Les Parques scandinaves sont Urda, Véranda et Skulda, le passé, le présent et l'avenir.

Parque : Poétique
Les ciseaux de la Parque. La Parque a tranché le fil de ses jours.
Un véritable amour brave la main des Parques. (Corneille)
Et qu'il reste à la Parque encor de quoi filer. (Boileau)
S'affranchir de la main des Parques. (Jean-Baptiste Rousseau)

Les dieux livrent enfin la Parque homicide
L'ami, le compagnon, le successeur d'Alcide.

(Racine)

La Parque, ravissant ou son fils ou sa fille,
A-t-elle moissonné l'espoir de sa famille ?

(Boileau)

C'est ainsi que la main des Parques,
Va nous filer ce siècle heureux.

(Jean-Baptiste Rousseau)

Hâtez-vous, le temps fuit, et la Parque ennemie
D'un coup de son ciseau va vous rendre au néant.

(Louis Racine)

Parque :
Se prend quelquefois pour la Mort.
La Parque cruelle, impitoyable.

Parques : Iconologie
On représente les Parques sous la figure de trois femmes accablées de vieillesse, avec des couronnes faites de gros flocons de laine blanche entremêlés de fleurs de narcisse, et portant dans leurs mains la quenouille et les ciseaux. D'autres leur donnent des couronnes d'or quelquefois une simple bandelette leur entoure la tête. Rarement elles paraissent voilées.

Parques : Epithètes
Avares, jalouses, insatiables, pâles, livides, blêmes, ridées, immuables, inflexibles, insensibles, impitoyables, inexorables, sourdes, inhumaines, sévères, terribles, barbares, cruelles, envieuses, rigoureuses, ennemis, traîtresses, vengeresses, avides.


A : Périphrases
Les filles de la Nuit, les filles du Destin, les filles de l'Erèbe, les filles de l'Achéron, les trois sœurs.
Dans la poésie familière, on les appelle les trois sœurs filandières.

Je vis de l'Achéron les filles inflexibles,
Les Parquet aux mortels si frêles, si terribles.

(La Grange-Chancel)

Parque : Ichthyologie
Substantif féminin
Poisson d'Amérique.

Parque : Relat.
Substantif masculin
Chemise ou blouse en fourrure des Kamtschadales.  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume II (G-Z) (1856), p. 784.



Pierre Commelin

Les Parques      Les Parques, divinités maîtresses du sort des hommes, étaient trois sœurs, filles de la Nuit ou de l'Erèbe, ou bien de Jupiter et de Thémis, ou, selon quelques poètes, filles de la Nécessité et du Destin. L'obscurité de leur naissance indique qu'elles ont exercé leurs fatales fonctions dès l'origine des êtres et des choses ; elles sont aussi vieilles que la Nuit, que la Terre et le Ciel. Elles se nomment Clotho, Lachésis et Atropos, et habitent un séjour voisin de celui des Heures, dans les régions olympiques, d'où elles veillent non seulement sur le sort des mortels, mais encore sur le mouvement des sphères célestes, et l'harmonie du monde. Elles ont un palais où les destinées des hommes sont gravées sur le fer et sur l'airain, de sorte que rien ne peut les effacer. Immuables dans leurs desseins, elles tiennent ce fil mystérieux, symbole du cours de la vie, et rien ne peut les fléchir et les empêcher d'en couper la trame. Une fois cependant, elles consolèrent Proserpine de la violence qu'on lui avait faite, calmèrent la douleur de Cérès affligée de la perte de sa fille ; et, lorsque cette déesse fut outragée par Neptune, ce fut à leurs prières qu'elle consentit à sortir d'une caverne de SicilePan la découvrit.

      Clotho, ainsi nommée d'un mot grec qui signifie "filer", paraît être la moins vieille, pour ne pas dire la plus jeune des Parques. C'est elle qui tient le fil des destinées humaines. On la représente vêtue d'une longue robe de diverses couleurs, portant une couronne formée de sept étoiles, et tenant une quenouille qui descend du ciel en terre. La couleur qui domine dans ses draperies est le bleu clair.

      Lachésis, nom qui en grec signifie "sort" ou "action de tirer au sort", est la Parque qui met le fil sur le fuseau. Ses vêtements sont quelquefois parsemés d'étoiles, et on la reconnaît au grand nombre de fuseaux épars autour d'elle. Ses draperies sont couleur de rose.

      Atropos, c'est-à-dire en grec "inflexible", coupe impitoyablement le fil qui mesure la durée de la vie de chaque mortel. Elle est représentée comme la plus âgée des trois sœurs, avec un vêtement noir et lugubre ; près d'elle, on voit plusieurs pelotons de fil plus ou moins garnis, suivant la longueur ou la brièveté de la vie mortelle qu'ils mesurent.

      Les anciens représentaient les Parques sous la forme de trois femmes au visage sévère, accablées de vieillesse, avec des couronnes faites de gros flocons de laine entremêlée de narcisse. D'autres leur donnent des couronnes d'or ; quelquefois une simple bandelette leur entoure la tête ; rarement elles paraissent voilées.

      Les Grecs et les Romains rendirent de grands honneurs aux Parques, et les invoquaient ordinairement après Apollon, parce que, comme ce dieu, elles pénétraient l'avenir. On leur immolait des brebis noires, comme aux Furies.

      Ces divines et infatigables filandières n'avaient pas seulement pour fonction de dérouler et de trancher le fil des destins. Elles présidaient aussi à la naissance des hommes. Enfin, elles étaient chargées de conduire à la lumière et de faire sortir du Tartare les héros qui avaient osé y pénétrer. C'est ainsi qu'elles servirent de guides à Bacchus, à Hercule, à Thésée, à Ulysse, à Orphée, etc. C'est à elles encore que Pluton confiait son épouse, lorsque, suivant l'ordre de Jupiter, elle retournait dans le ciel pour y passer six mois auprès de sa mère.  Pierre Commelin, Mythologie grecque et romaine, pp. 95-98.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2020  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte MYTHOLOGIE GÉOGRAPHIE HISTOIRE