Vous êtes ici : Mythologie, histoire & géographie | Mythologie | Autres mythologies | S | Scylla et Charybde

Scylla et Charybde

© France-Spiritualités™



Pierre Commelin

      Scylla, nymphe d'une éclatante beauté, avait inspiré un violent amour à Glaucus, qui se joue des tempêtes et se complaît dans les flots azurés. Moitié homme, moitié poisson, ne se rendant compte ni de sa laideur ni de sa difformité, ce dieu marin avait beau prendre à témoin le ciel, la terre et la mer de la sincérité de son cœur, la nymphe restait insensible à ses adjurations et à ses transports. Il eut recours à Circé. La magicienne, qui aimait Glaucus au point d'en être jalouse, lui fit de perfides promesses. Elle composa un poison qu'elle jeta ensuite dans la fontaine où la nymphe avait coutume de se baigner.

      A peine Scylla fut-elle entrée dans la fontaine, qu'elle se vit changée en un monstre qui avait six griffes, six gueules et six têtes ; une meute de chiens lui sortait du corps autour de sa ceinture, et leurs hurlements continuels frappaient d'effroi tous les passants. Scylla, effrayée elle-même de sa forme monstrueuse, se jeta dans la mer près des rochers et des écueils qui, dans le détroit de Sicile, portèrent son nom.
Scylla a une voix terrible, et ses cris affreux ressemblent au rugissement du lion : c'est un monstre dont l'aspect ferait frémir un dieu même. Lorsqu'elle voit passer des vaisseaux dans le détroit, elle s'avance hors de son antre, et les attire à elle pour les engloutir. C'est ainsi qu'elle se vengea de Circé en faisant périr les vaisseaux d'Ulysse, son amant.

      Charybde, fille de Neptune et de la Terre, ayant volé des bœufs à Hercule, fut foudroyée par Jupiter et changée en un gouffre dangereux qui se trouve dans le détroit de Sicile, en face de l'antre de Scylla. Homère suppose qu'il engloutit les flots trois fois par jour, et trois fois les rejette avec des mugissements horribles.

      De ces deux gouffres le moins dangereux est celui de Charybde ; de là le proverbe : « Tomber de Charybde en Scylla ».<  Pierre Commelin, Mythologie grecque et romaine, pp. 142-143.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2020  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte MYTHOLOGIE GÉOGRAPHIE HISTOIRE