Vous êtes ici : Mythologie, histoire & géographie | Mythologie | Egyptienne | M | Mythologie égyptienne

Mythologie égyptienne

© France-Spiritualités™



Dictionnaire M. Bescherelle

Substantif féminin
Comme toutes les religions de l'Orient, la religion égyptienne offre un double point de vie. Elle repose sur un panthéisme à la fois physique et intellectuel, et sur la personnification des forces de la nature identifiées avec les forces de l'intelligence. Dans la doctrine des prêtres égyptiens, il existe un être, Piromi, irrévélé, absolu, incorporel, immuable, éternel, infini, antérieur au premier né des dieux. Les Egyptiens furent les premiers qui établirent en principe que l'âme est immortelle, et que l'homme étant mort, elle passait dans le corps d'un animal, et qu'après avoir passé d'animal en animal pendant l'espace de trois mille ans, elle rentrait dans un corps humain.

      Les principales divinités de l'Egypte sont Kneph, dieu sans commencement, dieu immortel ; de son union avec la parole divine sortit le second démiurge, Phta, le dieu du feu et de la vie, qui fut le créateur de la terre Tho et du ciel Potiris. Comme il était à la fois mâle et femelle, il se partagea et devint Pan-Mendes, le pouvoir mâle de la production, et Hephaestobula, le pouvoir femelle de la génération. De ce couple divin sortirent le soleil Pi-Ré ou Phré, roi et œil droit du ciel, et la lune Pi-Ioh, reine et œil gauche du ciel. Pi-Ré, Kneph et Phta, telle est la trinité égyptienne. Le soleil est à la fois membre et chef des Cabires, tous enfants de Phta. Ces Cabires sont d'abord les sept planètes. Le huitième est Imathès ou Esculape, dieu gouverneur et conservateur du monde. Les six Cabires mâles et les six Cabires femelles forment les dieux célestes du second ordre. La troisième génération céleste se compose des cinq dieux suivants : Osiris, Aroueris, Typhon, Isis et Nephtys. Parmi les autres divinités égyptiennes, on compte encore Toth, appelé Hermès par les Grecs. le culte des animaux embrasait l'Egypte tout entière.  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume II (G-Z) (1856), p. 604.


Un lien vers cette page se trouve dans les pages suivantes :



Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2020  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte MYTHOLOGIE GÉOGRAPHIE HISTOIRE