Vous êtes ici : Mythologie, histoire & géographie | Mythologie | Egyptienne | T | Typhon

Typhon

© France-Spiritualités™




Dictionnaire M. Bescherelle

Mythologie égyptienne
Le principe du mal et de la destruction personnifié. Il était le fils d'Athyr ou de Buto, et devint l'époux de Nephtys. Typhon avait établi son séjour dans la mer ; ce qui explique la longue répugnance des Egyptiens pour les expéditions maritimes.

Typhon : Mythologie grecque
Géant, fils de Junon, qui, selon un hymne homérique, le conçut seule. Ce monstre se présenta avec les autres géants pour combattre et détrôner les dieux. Il leur causa une telle frayeur qu'ils furent contraints de s'enfuir en Egypte, où ils prirent différentes formes. Jupiter le foudroya, et le précipita dans l'Etna. C'est aux efforts impuissants de Typhon pour s'affranchir de ce poids que sont dues les éruptions de l'Etna.

Typhon :
Un des géants qui escaladèrent le ciel. Epris de Vénus, il la poursuivit jusque sur les bords de l'Euphrate, où deux gros poissons la passèrent avec son fils de l'autre côté de ce fleuve. On dit que ces deux poissons furent mis au nombre des douze signes du zodiaque.

Typhon :
Surnom de Priape.

Typhon : Chronologie
Septième monarque de la dynastie des dieux, chez les Egyptiens.

Typhon : Iconologie
Les Egyptiens représentaient Typhon avec des cheveux roux ou sous les formes de l'hippopotame, du verrat ou du crocodile.

Typhon :
Substantif masculin [Du grec brûler, enflammer]
Vent impétueux qui souffle de différents points de l'horizon, et change à chaque instant de direction ; c'est celui qui accompagne ordinairement les trombes.
Pendant que le docteur raisonnait ainsi dans son palanquin, il survint un de ces ouragans qu'on appelle aux Indes un typhon. (Bernardin de Saint-Pierre)

Typhon : Géologie
Nom donné à de grandes masses minérales ou stratifiées, comme celles que présentent les granits, les porphyres.  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume II (G-Z) (1856), p. 1561.



Dictionnaire universel d'histoire et de géographie de Bouillet

      Typhon, dieu égyptien, frère d'Osiris, était le principe du mal, des ténèbres et de la stérilité. On lui donnait pour mère, mais plus souvent pour femme et pour sœur, Nefté ou Nephthys (la terre, par opposition à Tpé, le Ciel). Osiris, en partant pour la conquête du monde, lui laissa le gouvernement des déserts à l'est de l'Egypte ; mais Typhon convoita l'Egypte même, et il l'eût envahie si Djom (ou Hercule) ne l'eût repoussé par ordre d'Isis. Après le retour d'Osiris, il trouva moyen de faire entrer ce prince dans un coffre, l'y enferma et le fit ainsi périr, puis il abandonna le cadavre au cours du Nil. Lorsque Isis eut recueilli ce tristes restes et les eut placés dans un cercueil, Typhon attenta au sépulcre et dispersa par tout le Delta le cadavre dépecé en 14 lambeaux. Le fils d'Osiris, Orus, devenu grand, vainquit Typhon et le fit périr. L'hippopotame, l'âne, le verrat, le crocodile, le scorpion lui étaient consacrés. II avait souvent, auprès des grands temples consacrés aux dieux bons, de simples chapelles, dite chapelles noires ou Typhonia. On l'honorait surtout à Héracléopolis la Petite, appelée de là Typhonopolis.  Marie-Nicolas Bouillet, Dictionnaire universel d'histoire et de géographie, 20ème édition (1866), pp. 1919-1920.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte MYTHOLOGIE GÉOGRAPHIE HISTOIRE