Vous êtes ici : Mythologie, histoire & géographie | Mythologie | Grecque | H | Hommage

Hommage

© France-Spiritualités™



Dictionnaire M. Bescherelle

Substantif féminin [Du latin barbare hommagium, fait de homo, homme] Jurisprudence féodale
Le devoir que le vassal est tenu de rendre au seigneur dont son fief relève.
Rendre l'hommage. Faire la foi et hommage. Etre reçu à rendre la foi et hommage. Tenir à foi et hommage.
La terre fut saisie faute d'hommage rendu.
Donner une terre à la charge de l'hommage, en se réservant l'hommage.

Hommage : Figuré
Un jeune prince, aussi beau que l'Amour,
Enfant des dieux, par ses grâces exige
De tous les cœurs un juste hommage-lige.

(Du Cer.)

Hommage : Figuré
Soumission, vénération, respect.
Toutes les créatures doivent hommage au Créateur, doivent lui rendre hommage.
Rendre hommage aux vertus de quelqu'un. Un hommage sincère. Adresser des hommages à la Divinité. Rejeter, mépriser les hommages de quelqu'un. Etre entouré d'hommages.
Beck, qui s'était flatté d'une victoire assurée, pris et blessé dans le combat, vient rendre en mourant un triste hommage à son vainqueur par son désespoir. (Boileau)
Il n'est pas jusqu'à l'erreur qui ne rende par là hommage à l'ancienneté et à l'autorité de nos saintes Ecritures. (Mass.)
Je viens pour rendre hommage aux cendres d'un héros. (Corneille)
Notre armée au cercueil eut mon premier hommage. (Delav.)

Aux feux inanimés dont se parent les cieux
Il rend de profanes hommages.

(Racine)

Verra-t-on toujours tes caprices
Consacrés par les sacrifices
Et par l'hommage des mortels ?

(Jean-Baptiste Rousseau)

Hommage :
Se dit quelquefois des choses morales.
L'hypocrisie est un hommage que le vice rend à la vertu. (La Rochefoucauld)

La richesse jamais n'eut un droit légitime
De gagner notre amour, d'attirer notre estime,
Des parlements entiers, à la honte des lois
Ont vendu quelquefois leurs criminelles voix ;
Mais l'estime et l'amour, libres dans leurs suffrages,
A la seule vertu présentent des hommages.

(Du Resnel)

Rendre hommage à la vérité :
Dire, déclarer la vérité.

Rendre hommage de :
Reconnaître avec respect et reconnaissance quelqu'un pour auteur d'un bienfait.
Nobles génies, qui cultivez votre esprit, et qui rendez à Dieu, le seigneur des sciences, le premier hommage de vos pensées. (Fléch.)

Hommage :
Don respectueux, offrande.
Faire hommage à quelqu'un d'une chose. Faire hommage d'un livre. Hommage de reconnaissance.
Daignez agréer ceci comme un hommage de ma reconnaissance. Recevez l'hommage de mon respect, de ma reconnaissance.

Hommage :
Soins empressés que l'on a auprès des femmes.
Recevoir les hommages de mille adorateurs.
De ses vœux dédaignez-vous l'hommage ? (Corneille)
Orgueilleuse ! cet hommage manquait à ses charmes. (Jean-Jacques Rousseau)

Je méprise l'hommage à mille autres offert,
Et ne veux point d'un cœur de toutes parts ouvert.

(Racine)

Faire hommage de :
Offrir quelque chose comme preuve de respect, de reconnaissance.

                                                  Ne vous en souvenez
Que pour en faire hommage au pied d'un si grand homme.

(Corneille)

Que mon cœur chez les morts emportant son image,
De son dernier soupir puisse leur faire hommage.

(Corneille)

Hommages : Substantif masculin pluriel
Devoirs, civilités.
Grands hommages. Offrir ses hommages. Présenter ses hommages. Agréer, recevoir, mériter, obtenir refuser, rejeter les hommages.
Je défie de trouver un moyen plus honorable d'aller à la fortune que les hommages de l'estime. (Jean-Jacques Rousseau)
Elle recevait les hommages qu'on lui rendait avec un visage aussi doux. (Fléch.)
Rendent-ils au sultan des hommages sincères ! (Racine)
Il verra le sénat m'apporter ses hommages. (Racine)
Les Grecs ont senti que, dans ces occasions, le cœur a besoin de se répandre, et d'adresser des hommages aux auteurs, du bienfait. (Barth.)
Ce respectable vieillard fut moins touché des hommages que l'on rendait à ses vertus, que des honneurs que l'on décernait à son fils. (Barth.)

Hommage :
Se dit quelquefois des animaux.

Il fit ses plaisirs les plus doux,
D'aller rendre souvent en son petit ramage,
A sa maîtresse une espèce d'hommage.

(***)

Hommage :
S'emploie quelquefois comme exclamation.
Hommage à la vertu !<  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume II (G-Z) (1856), p. 150.




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte MYTHOLOGIE GÉOGRAPHIE HISTOIRE