Vous êtes ici : Mythologie, histoire & géographie | Mythologie | Grecque | M | Mégare

Mégare

© France-Spiritualités™



Dictionnaire M. Bescherelle

Mythologie
Fille de Créon, roi de Thèbes, et femme d'Hercule, qui la tua dans un accès de fureur.

Mégare : Mythologie
Mégare, fils de Jupiter et d'une nymphe sithnide, se sauva du déluge de Deucalion en atteignant à la nage le sommet d'une haute montagne. Il était guidé par les cris d'une bande de grues, d'où ce mont s'appela Géranien, du grec grue.

Mégare : Géographie
Ville de la Grèce, capitale de la Mégaride, située près du golfe Saronique, fondée vers 1131 av. J.-C. n'offre plus aujourd'hui qu'un monceau de ruines. Elle avait 12.000 âmes. Euclide et Stilphon y fondèrent l'école philosophique mégarienne.

Mégare l'Hybléenne :
Ville voisine du mont Hybla, dans la Sicile orientale, avait été fondée par une colonie de Mégariens, en l'an 728 av. J.-C. Détruite de fond en comble par Gélo, roi de Syracuse, elle se releva ; mais ayant voulu, en l'an 214 av. J.-C., résister aux Romains, elle fut prise et pillée. Deux siècles après, elle n'existait plus.

Mégare :
Ville d'Epire, vers le sud, dans la Molosside.

Mégare :
Ville de Thessalie, au nord, sur les confins de la Macédoine.

Mégare :
Ville d'Illyrie.

Mégare :
Ville de Syrie, au nord, sur les confins de la Cilicie.

Mégare :
On appelait aussi de ce nom un quartier de Carthage.

Mégare : Antiquité grecque
Substantif masculin
Se dit en général d'un grand temple.
Se dit particulièrement d'un endroit où l'on immolait les porcs pendant les Thesmophories.

Mégare : Fossile
Pierre remplie de coquilles fossiles.
Pierre de Mégare.  M. Bescherelle, aîné, Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française - Volume II (G-Z) (1856), p. 476.



Pierre Commelin

      Mégare, fille de Créon, roi de Thèbes, et femme d'Hercule, avait été accordée à ce héros en récompense du secours qu'il avait porté à Créon contre Erginus, roi d'Orchomène. Pendant la descente d'Hercule aux Enfers, Lycus voulut s'emparer de Thèbes, et forcer Mégare à l'épouser. Hercule revint à propos, tua Lycus et rétablit Créon. Junon, indignée de la mort de Lycus, inspira à Hercule une violente fureur dans un accès de laquelle il tua Mégare et les enfants qu'il avait eus d'elle.

      Suivant une autre tradition, il ne tua que ses enfants, répudia, dans la suite, Mégare, dont la vue lui rappelait sans cesse le souvenir de sa fureur, et la fit épouser à son neveu Iolas. – La démence du héros a fourni à Euripide le sujet de sa tragédie d'Hercule furieux.  Pierre Commelin, Mythologie grecque et romaine, p. 276.


Un lien vers cette page se trouve dans les pages suivantes :



Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2020  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte MYTHOLOGIE GÉOGRAPHIE HISTOIRE