Vous êtes ici : Religions, fois & philosophie | CHRISTIANISME | Biographies & Portraits | R | Robert de Thorigny / Robert du Mont (?, à Torigny - 24 juin 1186, au Mont-St-Michel)

Robert de Thorigny / Robert du Mont

(?, à Torigny - 24 juin 1186, au Mont-St-Michel)
Quinzième abbé du Mont-St-Michel
© France-Spiritualités™




      Robert dit Robert du Mont parce qu'il était abbé du Mont-St-Michel, issu d'une illustre famille de Normandie, prit le nom de Torigny, du bourg où il était né. Il naquit à la fin du XIème siècle ou plus probablement au commencement du XIIème. En 1128, il prit l'habit de saint Benoît dans l'abbaye du Bec, fondée récemment par le vénérable Herluin. Il s'appliqua à l'étude, qui fut si cultivée dans ce monastère, et y acquit bientôt de la célébrité. Il fut fait prieur claustral de ce monastère, et il était chargé de cette obédience honorable quand, le 25 mai 1154, le jeudi dans l'octave de la Pentecôte, les religieux du Mont-St-Michel l'élurent pour abbé à l'unanimité des suffrages. Depuis cinq ans, le monastère du Mont-St-Michel était en proie à des troubles que fit cesser l'administration de Robert. Il continua les modestes fonctions qui au Bec faisaient ses délices, copiant des livres comme les simples frères, mais, en habile critique, corrigeant le texte vicié des originaux, tout en veillant au bien de son monastère, soit pour en augmenter les revenus, soit pour en changer les bâtiments. Il répara les vieux édifices, il en constuisit de nouveaux, il embellit surtout son église et l'enrichit de reliques précieuses, comme on peut le voir dans son Supplément à Sigebert, de l'année 1165.
      En 1156, l'archevêque de Rouen et les évêques de Coutances, de Bayeux et d'Avranches vinrent le visiter et restèrent quatre jours près de lui. On vit Henry II, roi d'Angleterre, pour honorer l'abbé, manger au réfectoire et à la gauche de Robert. Ce fut sans doute sa réputation qui attira, deux années après, au Mont-St-Michel, le même prince avec Louis VII, roi de France, et un cortège de cardinaux, d'archevêques et d'évêques. Le pape Alexandre III faisait tant de cas de lui qu'il le manda spécialement au concile de Tours, assemblé en 1163 pour éteindre le schisme de l'antipape Octavien. L'année suivante, Robert alla à Rome, d'où il rapporta plusieurs bulles en faveur de sa communauté. Ce fut après ce voyage qu'il accompagna, en 1169, le prince Geoffroi à son entrée à Rennes. Prié d'assister à l'élection de l'évêque de Dol, en 1177, il fit choisir Rolland, doyen de l'église d'Avranches. Il passa ensuite en Angleterre, et au retour de ce voyage (1178), il procura la dédicace de l'église de Genets, qu'il avait fait bâtir sur la côte voisine du Mont-St-Michel. En 1160, Robert fut avec Achard, évêque d'Avranches, parrain d'Aliénor, fille de Henry II, roi d'Angleterre, et dans son Chronicon Normannia, à l'année 1162, il montre que les grands prenaient souvent alors des religieux pour parrains de leurs enfants (1). Enfin, Henry II lui était si dévoué qu'il lui confia des emplois qui semblaient encore plus incompatibles avec son état, tels que le gouvernement du château de Pontorson et le soin de faire installer le prince Geoffroi, son fils, au comté de Bretagne.

      Après trente-deux ans de gouvernement, Robert mourut le 24 juin 1186. Il était le quinzième abbé du Mont-St-Michel. Il ne nous reste qu'un bien petit nombre des ouvrages qui lui sont attribués, et qu'on pouvait consulter dans les archives de l'abbaye avant la destruction du monastère. Ces archives, qui ne pouvaient que les indiquer, les faisaient monter à 140 volumes, presque tous perdus dans la chute d'une tour où ils étaient conservés. Il n'en reste plus que : un Supplément à la Chronique de Sigebert et une continuation ; un Traité des monastères et abbayes de Normandie ; l'Histoire du monastère du Mont-St-Michel ; un Commentaire sur les épîtres de saint Paul, tiré de saint Augustin ; l'Histoire de Henry II, roi d'Angleterre.

      On peut consulter, sur Robert de Thorigny et sur ses œuvres, l'Histoire de l'Eglise gallicane, livre 27ème ; l'Histoire ecclésiastique de Dupin, XIIème siècle ; le 11ème tome du Gallia christiana ; le 9ème volume de l'Histoire littéraire de la France, et le 14ème volume, où D. Brial parle d'ouvrages non mentionnés ici ; la Vie de saint Bernard de Tiron, aux annotations de Souchet ; la Bibliothèque historique de la France, N°16630 ; la Notice sur Tombelaine, par M. Blondel, d'Avranches ; les recherches de M. Gerville sur le Mont-St-Michel, dans le Recueil des Ant. de Norm. ; l'Histoire du Mont-St-Michel, par M. de Roche, lequel parle d'une chronique inédite de Robert, conservée dans la bibliothèque du chapitre, à Bayeux, etc. ; et surtout la discussion savante du jésuite Janning : Disquisitio in supplementum chronologicum quod chronico Sigeberti Gemblacensis objungi solet sub nomine Roberti de Monte, au 6ème tome de juin des bollandistes. Janning prétend d'abord que Robert n'a point écrit la Vie de Henry II, roi d'Angleterre, et que d'Achéry se trompe sur ce point ; mais il se rétracte à la fin du volume ; ce qui n'a pas empêché Dupin, Oudin, Noël Alexandre, d'errer sur sa parole et d'être d'un sentiment contraire à d'Achéry. C'est la Vie de Henry Ier qu'il dit dans sa chronique avoir composée. Enfin, on peut encore consulter le 1er volume de la Bibliotheca nova, lib. mss., pp. 347 et 350 ; Cave, pp. 622 et 623 ; le Spicilège de d'Achéry ; la Bibliotheca bibliothecarum de Montfaucon, t. 2 ; les Documents historiques inédits, publiés par Champollion ; l'Histoire du Mont-St-Michel, par D. Huynes, dont le manuscrit se conserve à la bibliothèque de Paris, etc.

      Quelques auteurs avaient distingué deux Robert, l'un d'Avranches et l'autre du Mont, erreur causée par la position des localités, l'abbaye étant du diocèse et dans le voisinage d'Avranches ; mais ce rêve est abandonné. Ainsi Possevin, Vossius, Leland, se sont trompés à cet égard.


__________________________________________________________________________________________________
(1)  Cette coutume était pourtant contraire aux statuts de l'Eglise.  (Biographie universelle ancienne et moderne - Tome 36 - Pages 118-119)




Site et boutique déposés auprès de Copyrightfrance.com - Toute reproduction interdite
© 2000-2019  LB
Tous droits réservés - Reproduction intégrale ou partielle interdite

Taille des
caractères

Interlignes

Cambria


Mot de passe oublié
Créer un compte BIBLE CHRISTIANISME JUDAÏSME & KABBALE RELIGIONS & PHILOSOPHIES ORIENTALES DICTIONNAIRE RELIGIEUX GÉNÉRAL PHILOSOPHIE & HUMANISME